Canon DPP 3.6

mar 29, 2009 23 Commentaires

DPP n’est plus ringard ! C’est ce que risquent d’en penser plus d’un avec cette nouvelle version. Canon accélère et alors que nous étions habitués à voir poindre une nouvelle mouture à chaque sortie d’un nouveau boitier, voilà que la marque japonaise prend encore une fois ces utilisateurs à contre-pied.

« Ça y est, on peut corriger les horizons ?! » me demanderez-vous. Et bien désolé de vous décevoir, ce n’est pas pour cette fois-ci. Par contre, le panneau RAW de la palette d’outils se voit doté, de 2 nouveaux curseurs de réglages qui vont vous plaire :)

Appelés, Surbrillance et ombres, ils ont pour mission de donner le change aux Tons foncés/Ton clairs de Photoshop… Enfin, ne nous emballons pas. Mais pour rattraper les basses et hautes lumières, ils devraient faire l’affaire. Je les ais rapidement testé et ils agissent directement sur la courbe des tons de l’onglet RAW.

Allure de l’histogramme sans corrections

Allure de l’histogramme avec une diminution des hautes lumières

Allure de l’histogramme avec une diminution des basses lumières

ATTENTION

- Ne pas aller au-delà d’un réglage +-3 pour l’un et l’autre (+-2 avec les Styles Neutre et Fidèles).

- Dans l’onglet RVB appliquez une courbe en S pour redonner un peu de peps à votre photo.

- Attention, une utilisation mal contrôlée fera apparaitre des aplats, des halos et augmentera les aberrations chromatiques.

Après les améliorations du rendu des HL depuis la version 3.4, Canon semble faire évoluer son dématriceur dans le bon sens. Mais alors, pourquoi ne pas ENFIN nous fournir un outil permettant d’aligner correctement les horizons ? On ne sait pas pourquoi… mais c’est comme ça :(

Pour trouver facilement la nouvelle version, consultez le forum DpReviews. Ou encore ICI avec le code 7816002105.

Quelques Comparaisons…

Notez le net ratrappage des dérives colorimètriques (Surbrillance à 5 pour l’exemple…). En Bleu, ce dont je vous parlais : l’apparition d’halos.

ComparaisonDPP3.6.png

Extrait issu, d’un RAW de Canon 5D

En savoir plus

Paru en juin 2009, la première édition de DPP pour les photographes est disponible aux Edition Eyrolles en version ebook.

DPP pour les photographes
DPP pour les photographesDPP pour le Photographes est le premier ouvrage en français sur le sujet.
Informations: Aux Éditions Eyrolles – Par Sébastien Abric – 118 pages – 15€

Autres articles intéressants

A propos de l auteur

Profil de l auteur non disponible

23 commentaires pour le post “Canon DPP 3.6”

  1. Nicolas says:

    En effet Canon n’en fini plus de faire des mises a jour pour notre plus grand plaisir sur DPP. Merci pour ces nouvelles informations.

  2. Seb says:

    Espérons que l’on vienne bientôt à avoir un outil de redressement. Car avec ça, la boucle serait presque bouclée. Mais rappelons que Phase One a mis plus de 3 ans pour implémenter une telle fonction sur la version LE de Capture One… D’ailleurs, étrangement ces 2 là sont très proches…

  3. fred says:

    le code marche pas , je vais attendre la version officiel sur le site canon et en fr . merci quant meme

  4. Seb says:

    Tout à fait… C’est uen erreur de copier/coller. J’ai effacé un espace de trop et on se retrouve avec un chiffre en moins …

  5. fred says:

    oui c’est bon avec le 5 a la fin , merci

  6. Seb says:

    :-)

  7. Pascal says:

    Merci Sébastien,
    bravo pour cette avance d’information sur forums « es-canon » ;=)
    Téléchargement impeccable, il faudra que je prenne un peu de temps pour l’utiliser.
    A bientôt

  8. richard says:

    Merci pour cette super news :-)

  9. Seb says:

    Je ne fais que relayer une information… ;)

  10. richard says:

    J’ai bousculé un peu DPP pour voir comment il traite à la fois les zones sous-ex et sur-ex avec cette outil.
    Il pédale un peu avec les HL mais se débrouille un peu mieux avec les ombres surtout si l’on l’associe avec « l’outil luminosité + » dans les courbes (onglet RVB).

  11. Seb says:

    Oui, tu as raison.

    C4est pour ça que je préconise d’utiliser l’Avertissament des hautes lumières et de caler l’exposition à la limite. Le reste se fait avec le nouveau curseur Ombres et surtout avec les deux paliers Tonalité automatique présents dans l’onglet RVB. Dans ce cas, ne pas omettre de dessiner un très léger S sur la courbe.

    Mais je conseille aussi de mettre à -1 le curseur Surbrillance pour récupérer certaines dérives colorimétriques qui pourraient survenir.

  12. Emmanuel. says:

    Bonsoir à tous,
    Quelle sont les valeurs de consignes que vous mettez dans les préférences, pour indiquer les zones d’ombre et de surbrillance ?
    Parce que cela peux fausser l’interprétation et donner une utilisation des nouveaux
    curseur de façon inutile ou excessive non ?

  13. Seb says:

    Bonsoir Emmanuel,

    Je mets 253 et 3. Je ne pense pas que cela influence l’utilisation des curseurs. Comme tu le dis toi même, c’est aussi une question d’interprétation.

  14. Emmanuel. says:

    Bonjour à tous,
    Je pense que ça à une influence dans le sens ou si tu mets, par exemple
    15 et 230 tu auras l’indication se zone surex ou trop sombre, qui ne le sont pas réellement. avec pour résultat une utilisation « abusive » des outils,et un risque de « degradation » de l’image.
    Qu’en pensez vous ?

  15. Seb says:

    Oui, mais tu parles de cas extrèmes… 15 et 230 ne sont pas des valeurs sérieuses.

  16. Bug Killer says:

    J’ai utilisé DPP un temps avec 253 et 3, je suis revenu petit à petit à 255 et 0 car sur certaines photos (je ne compte pas les cas de HL spéculaires) l’élimination des surbrillances et des ombres signalées m’obligait à baisser le contraste au point que la photo grisouillait et que les couleurs devenaient très fades. Avec 255 et 0, je ne constate pas de zones brûlées ni complètement bouchées sur un tirage. Dans quel cas est-il donc nécessaire de décoler ces seuils du mini/maxi ?

  17. Seb says:

    Tout dépend comment on utilise les avertissements des zones êcrétées. Je n’ai pas la possibilité d’avoir un ordinateur pour faire des captures et vous expliquer ça ( je suis avec mon téléphone…).

    Mais ces valeurs sont judicieuses surtout si l’on vient à utiliser les bouton « Assistant courbe de tonalité ».

  18. Bug Killer says:

    Justement, l’utilise presque toujours l’assistant courbe de tonalité, quitte à en annuler l’effet ou à ajuster manuellemenet la courbe.

    Ce « l » c’est celui qui manque dans le décoller de mon message précédent.

  19. Jean says:

    Bonjour,

    Petite question lorsque je vais sur le liens du site japonais il me demande un nom d’utilisateur et un mot de passe ?

    Une idée ?

    Merci,

    Jean

  20. Jean says:

    Merci pour le lien Seb :-)

  21. Stéphane says:

    Bonjour,

    Tout d’abord toutes mes félicitations pour votre ebook « DPP pour les photographes » que je viens d’acquérir.

    J’ai deux questions de néophyte à vous poser:

    - Que représente la valeur 0 en abscisse de l’histogramme RAW?

    - Quelle différence entre les fonctions disponibles dans l’onglet RAW et l’onglet RVB lorsque l’on traite un fichier RAW (ex: WB, netteté, saturation des couleurs)? Pour la netteté, j’ai l’impression que les effets sont cumulatifs si l’on joue simultanément sur les deux curseurs. Par contre, le réglage des niveaux sur l’un ou l’autre des histogrammes n’a pas d’impact sur l’autre. Je ne comprends pas la logique.

    Cordialement

    Stéphane

    • Seb says:

      Bonjour,

      1/ En abscisse, on trouve une échelle de luminosité, allant du noir au la valeur la plus claire. Un fichier RAW étant codé sur 12 (ou14) Bits, un histogramme tel que celui de l’onglet RVB n’est pas censé afficher toutes les valeurs. C’est pour ça que celui de l’onglet RAW est plus large.

      2/ Lorsque l’on traite un fichier RAW, il est préférable de ne pas toucher aux curseurs de l’onglet RVB. En effet, ils sont cumulatifs avec ceux de l’onglet RAW. Comme je l’explique dans l’ebook, lors du traitement d’un RAW, l’onglet RVB sert essentiellement à modeler la courbe des tons. L’ajustement des niveaux sur l’histogramme du RAW impacte l’histogramme RVB mais en effet, le contraire n’est pas vrai. Rappelez-vous que l’histogramme d’un fichier RAW devrait afficher 4096 (12 bits) valeurs en abscisse, alors que celui en RVB n’est capable d’en afficher que 256 (8 bits). Dès lors, le décalage d’une dizaine de valeurs vers la droite ou la gauche influence peu celui du RAW.

      Cordialement

      Sébastien Abric