Archives de catégorie : Capture One

Infos et tutoriaux pour Capture One

Capture One 6.3 a mangé du Lion

Comme à chaque fois, les nouvelles versions de Mac OS font grincer des dents… Contrairement à d’autres systèmes d’exploitation, Apple met à jour son OS mais, semble-t’il sans toujours se soucier des logiciels tiers qui tournent sous cette plateforme. Certains s’en tirent bien, alors que d’autres grincent des dents. Capture One fût l’un de ceux là. Heureusement, la version 6.3 semblerait apporter une bouffée d’oxygène aux utilisateurs de la pomme. Vous en saurait un peu plus début de semaine prochaine. En attendant, Lion est en téléchargement sur mon Mac Pro…

Les Sonystes sont aussi à la fête puisque Phase One propose déjà une prise en charge partielle des nouveaux Sony NEX-7, NEX-5N, SLT-A77 et SLT-A65. Partielle signifie ici que les Raw sont reconnus mais les algorithmes de traitement qui leur seront appropriés ne sont pas encore optimisés. Les Olympiens (sic!), possesseurs de Olympus E-P3 and E-PL3 pourront aussi profiter de la mise à jour pour pouvoir traiter leur RAW.

Source

Rendez-vous sur la page de téléchargement de Capture One. Vous y trouverez une section Documentation avec le fichier PDF de présentation des nouveautés et corrections prisent en charges par Capture One 6.3

Capture One 6 à moins de 6€ !

La bonne affaire s’est rapidement propagée sur la Toile il y a quelques semaines : Capture One est disponible pour seulement le prix d’achat d’un magazine !

On doit cette offre exceptionnelle à un magazine anglais : DIGITAL PHOTOGRAPHER MAGAZINE. Pour profiter de l’offre il suffit de pointer sur une page Web et de répondre à une question qui est en relation avec le contenu du numéro 110 du magazine.

Oui, mais il y a deux problèmes : ce magazine n’est pas distribué en France ou de manière confidentielle, et de plus, on en est maintenant au numéro 111… Et bien, il y a une astuce qui consiste (pour les heureux possesseur d’iPhone, iPod Touch et iPad) à acheter l’application PHOTOGRAPHER MAGAZINE (1.59€), puis de télécharger le numéro en question (3.99€). Ce qui fait la version de Capture One Express à 5.58€ !

Attention, il n’est pas assuré que la promotion restera éternellement disponible. Donc, vérifiez bien avant d’acquérir l’application que la page qui pointe vers l’offre est toujours d’actualité.

Sources

Piloter Capture One avec son iPhone

Dans un récent communiqué de presse en date de … ce jour, Phase One annonce que son application pour iOS est compatible avec les iPhones. Dès lors, cela signifie que vous pouvez piloter votre reflex grace à votre iPhone (connecté en Wifi via un PC ou Mac). Différemment d’autre solutions, Capture Pilot est totalement gratuit et permet de commander Capture One et votre APN à partir d’un simple iPhone ou iPod ! La version iPad ayant été la premier de la plateforme iOS à bénéficier de cette option.

Je sens qu’une petite prise en main va s’imposer…

A savoir

L’application est compatible avec iOS4 et vous devez posséder la version PRO de Capture One 6.

[Capture one] Corriger les yeux rouges

Surprise, la liste des fonctions de correction de Capture One ne comprend pas la suppression des yeux rouges ! Il semblerait que ce soit une option peu utilisée car vous n’êtes pas nombreux à en avoir fait la remarque. Pourtant, C1 en version PRO possède tout ce qui faut pour faire disparaître ces maudits yeux de lapin…

En route en vidéo pour voir comment procéder…

Comme j’ai peu d’images avec des personnes ayant les yeux rouges, je vous ressers la même photo que pour le tutoriel réalisé pour DPP…

Capture One 6: les secrets de la correction locale

Depuis le 29 avril de cette année, Capture PRO a pris de l’embonpoint. En effet, la version 6.2 ajoute quelques fonctionnalités à l’outil de correction locales du démacriceur Danois. Notez aussi en aparté, que ce jour, Carole Clément propose sur le très bon site Focus-Numérique, une vidéo de présentation de ce fameux outil de corrections locales. Mais, cela ne change rien au pas-à-pas que j’avais prévu, d’autant que je ne compte pas tout à fait aborder le sujet sous cet angle. Le didacticiel que vous allez pouvoir consulter ci-après est un très bon complément à ce que propose Carole justement rien que par le fait que je vais aborder les nouveautés de la version 6.2 et que le tutoriel sur Focus-Numérique est réalisé avec la version 6.1.

Notions de base

L’outil Corrections Locales peut être appelé de trois manière :

  • En passant par la barre d’outils (1)
  • En passant par l’onglet Réglages locaux (2)
  • En employant le raccourci clavier [b]

Maintenir le bouton gauche de la souris au-dessus du pinceau pour visualiser le menu contextuel complet

Dans tous les cas, il vous faudra ouvrir l’onglet Réglages locaux pour avoir sous la main toutes les options utilisables avec cet outil. Autant activer le pinceau de par cet onglet et utiliser par la suite les raccourcis clavier pour alterner entre le mode Gomme (e) et Pinceau (b).

Les Couches

Un fois activé, reste à peindre les zones qui demandent à être corrigées. La taille du pinceau est ajustable d’un clic droit de souris, en faisant glisser le curseur Taille de droite à gauche. Le curseur Dureté, influence quant à lui la diffusion du pinceau. À 0, le masque est diffus (1), alors qu’à l’opposé, les bordures du contours sont nettes et franches (2). Notez que le calque peut être supprimé (3) et renommé.

Pour afficher ou camoufler la présence du masque, utilisez alternativement le raccourci clavier [m]. Le menu contextuel vu au paragraphe précédent active aussi d’autre options.

En (4), Capture One permet de changer de calque sans avoir à retourner dans l’onglet Réglage Locaux. Il est aussi intéressant d’avoir cette information sous les yeux quelque soit l’onglet d’ajustement où l’on se trouve. En effet, si vous vous apercevez qu’un curseur de réglage est grisé dans un panneau d’outil particulier, il se peut que vous ne soyez pas sur le calque par défaut (Fond). Un rapide coup d’oeil sur cet élément vous permettra de vérifier si c’est le cas et éventuellement de basculer sur le bon calque.

Les améliorations

Au fil de l’eau depuis la version 6.0, la liste des réglages d’ajustement proposés avec l’outil Corrections Locales s’étoffent. Aujourd’hui, Phase One a débloqué le curseur Saturation et Clarté. Si pour le premier, on pouvez contourner la chose en s’appuyant sur l’Editeur de couleurs, pour le second, on apprécie grandement de pouvoir y accéder. Notamment pour la retouche de portraits…

Les astuces de Capture One 6.2

Bien que la fiche technique de Capture One 6.2 affiche fièrement la possibilité de copier et d’inverser un masque local, elle ne présente pas comment faire… Et je reste persuadé que bon nombre de sites vantant ces nouveautés ne savent pas comment les employer, ni, et où les trouver. Je vais donc vous livrer la marche à suivre avec un exemple concret.

Raccourcis claviers utiles
– [b] : active le pinceau
– [e] : active la gomme
– [m] : affiche ou masque le calque actif
– [Alt] maintenu : permet de passer du mode pinceau au mode Gomme tant que la touche reste enfoncée.

En premier lieu, j’ai peint l’arrière-plan enneigé avec une dureté à 50%, puis j’ai baissé le contraste, la luminosité et la saturation. Enfin, j’ai déplacé le curseur Clarté au minimum pour adoucir cet arrière-plan et faire en sorte qu’il soit moins présent. J’aurai aussi pu augmenter la luminosité au lieu de la baisser… Question de goût.

En 1, la photo après correction, et en 2, celle avant.

Cette fois, pour éclaircir un peu plus le petit garçon et sa luge, j’ai créé un nouveau calque (en 1, ci-dessous), puis j’ai cliqué sur le petit triangle à droite du panneau Couche de réglage (en 2 ci-dessous). Dans le menu, j’ai opté pour Copier le masque de>Couche 1.

Dès qu’un nouveau calque est ajouté, donnez lui un nom, ou appuyez sur [Enter]…

De là, j’ai à nouveau fait appel au menu précédent et j’ai cette fois-ci décidé d’Inverser le masque.

Avec la touche [m], je fais apparaître le masque actif. On voit bien ici que cette fois, l’arrière plan n’est pas influencé par les réglages que je vais appliquer.

Enfin, j’augmente l’exposition et la saturation, le tout avec un brin d’accentuation et de clarté pour renforcer le tout.

Ici, j’ai un peu exagéré les ajustements afin que la différence Avant/Après soit bien visible, mais dans la pratique, mieux vaut jouer sur plus de subtilité.

Capture One 6.2

Promis depuis plus d’un mois, Capture One en version 6.2 vient d’arriver avec son lot de nouveautés et de nouveaux formats RAW pris en charge. Canon, Nikon, Sony et par bonheur, Fuji X100 sont dans la short-list.

Les principales améliorations portent sur la possibilité d’ajuster la Clarté et la Saturation avec l’emploi des correction locales (Fig.1). Le menu Préférence n’est pas non plus en reste (Fig.2 et 3) et de nombreux bugs d’instabilité ont aussi été corrigés. Au sujet de l’emploi du mode pinceau (Corrections locales) nous proposerons bientôt une prise en main complète sous forme de vidéo afin de vous démontrer le potentiel de cet outil et de ses nouvelles possibilités.

Fig.1


Fig.2

Fig.3

Source

Téléchargez Capture One 6.2

La liste complète des nouveautés


Didacticiels Capture One : La version PRO

Dans le nouveau numéro de MDLP (37 déjà !), je vous livre en images les principales fonctionnalités de la nouvelle version PRO de Capture One. Le mois dernier, c’était celles de la version Express, mais il en faut pour tous les goûts… Et toutes les bourses.

Tous les logiciels de dématriçage ayant fait récemment l’objet d’une mise à niveau pour inclure dans leur moteur de traitement les nouveaux boitiers sur le marché, je peux d’ores et déjà vous confirmer que celle de Capture One approche, avec à la clef quelques ajouts, ci et là. Alors, surveillez vos flux RSS.

Autre précision, le format des tutoriels de MDLP ayant quelques contraintes, il y a de fortes chances que lors de la parution des nouveaux didacticiels, je vous livre en plus sur ce blog quelques informations et astuces supplémentaires…

Passez de bonnes fêtes de Pâques, et  à très bientôt.

Seb

Didacticiels Capture One, c’est parti !

En projet depuis longue date, le numéro 34 de MDLP en voit enfin l’aboutissement : une série de didacticiel va paraitre dorénavant de manière régulière est sera reprise un peu plus tard sur le site MDLP. Depuis longtemps, avec Lightroom et DPP, ce logiciel fait partie des préférés. La longue attente entre la version 3.7 et 4.0 est du passé. Depuis les mises à jour s’enchainent de manière rythmée et depuis deux ans, nous avons droit avant les fêtes de fin d’année à une nouvelle mouture qui s’avère majeure. Ce fût encore plus le cas avec l’apparition des tant attendues corrections locales (uniquement en version PRO).

Une coquille s’est glissée dans le descriptif des captures 8 et 9, qu’il faut intervertir…

Tout n’est pour autant pas parfait, car cet outil n’est pas disponible avec tous les réglages proposés par le logiciel, mais cela tend à s’améliorer et d’ici quelques semaines, deux nouvelles fonctions devraient y être rattachées… En tout cas, je peux vous assurer que Phase One travaille dur pour offrir un logiciel de qualité et qui sait, peut être que la fin d’année verra poindre une version avec un interfaçage avec Expression Media un peu plus poussé…

En attendant, profitez de cette première mise en bouche avec la présentation des points forts du logiciel et des options de la version Express. Prochainement, je vous parlerai de la version PRO et par la suite, les didacticiels porteront sur des fonctions spécifiques de logiciel. Capture One n’aura bientôt plus aucun secret pour vous.

Capture One 6

Tout juste un an après l’apparition de Capture One 5, voici que Phase One remet ça avec une nouvelle version majeure de son logiciel de dématriçage.
Capture One 6 vient combler une lacune importante : l’absence de corrections locales non destructive. Alors que ses principaux concurrents (Lightroom 3, Aperture 3 et Bibble) offraient ces options depuis déjà quelque temps, C1 s’en trouvait dépourvu. Le manque est enfin comblé…

Bien qu’importante et primordiale aux yeux des aficionados du format RAW, le nouveau Capture One ne se résume pas aux seules corrections locales. Capture One 6, c’est aussi un outil de corrections des perspectives intuitif, un convertisseur Noir & Blanc performant et une multitude d’autres petits détails si pratique au quotidien : mode plein écran, personnalisation des barres d’outils, de l’interface de travail et des raccourcis claviers… Avec en plus la reconnaissance du format XMP, des fichiers vidéo et des options de catalogage qui s’étoffent.

Avant de vous présenter la liste complète des nouveautés et les ressources Web sur le sujet, je vais porter le focus sur quelques points de détails. En complément, vous trouverez très prochainement sur ce site et celui du magazine LemondedelaPhoto.com des didacticiels pour vous faciliter la prise en main du logiciel.

Importation, tri, catalogage…

Malheureusement, pour ceux qui espéraient trouver une intégration poussée d’Expression Media dans C1, cela seront plus que déçus.

Personnellement, je ne crois pas à une intégration totale d’EM au sein de Capture One. Ce que l’on demande à un catalogueur, c’est de pouvoir gérer des fichiers. Avec la vidéo qui arrive à grands pas, pourquoi ne pas le doter aussi de fonctions de montage ? Le catalogueur doit rester un outil de tri, de recherche et d’archivage.

Le nouvel outil de recherche ressemble comme 2 gouttes d’eau à celui d’Aperture 3…

Par contre, une meilleure interaction entre C1 et EM est souhaitable et tout à fait envisageable. J’entends par là, la reconnaissance par EM des réglages effectués avec C1, par exemple via le format DNG, bien qu’après avoir interrogé Phase One sur le sujet, le doute soit de mise sur cette option. Cela est tout à fait envisageable au travers du format propriétaire EIP mis en place par Phase One. Voire même la possibilité qu’EM puisse convertir un fichier EIP en JPEG ou TIFF. Cela est déjà possible avec les NEF Nikon…

L’import d’images et de vidéos à partir d’une carte mémoire offre les outils de base: renommage, Copyright et en version Pro l’application de Styles et Presets

Au passage, notons que l’on peut maintenant attribuer des notes et des labels de couleurs. Sur ce point, j’ai d’ailleurs fait une demande auprès du développement pour voir s’il était possible d’ajouter deux marqueurs supplémentaires : une croix pour rejeter des images et un drapeau pour faciliter l’opération de tri. Requête qui a été transmise…

Peinture fraiche

L’utilisation des corrections locales est simple. Au premier coup de pinceau, un calque est créé. Vous peignez la zone à corriger en ajustant la taille du pinceau (1) et la diffusion du contour (2) d’un clic droit de souris sur l’image. Pour gommer, maintenez la touche [Alt] enfoncée ou appuyez sur la touche [E]. Dans ce cas, utilisez ensuite le raccourci [B] pour pouvoir peintre à nouveau une partie de votre photo.

A gauche avec un « Hardness » à 0 et à droite à 100

Juste au dessous de la liste des calques (3), se trouvent les réglages sur lesquels vous pouvez influer (4). Aperture et Lightroom sont plus étoffés sur ce point, mais pressé par le temps pour répondre à ses concurrents, des concessions ont dû être faites. Elles portent donc sur une liste de réglages pour l’instant restreinte et l’impossibilité actuellement de ne pas pouvoir s’appuyer en plus du pinceau sur un filtre dégradé. Reste que  les possibilités offertes avec les réglages actuels sont vastes et conviennent pour 85% des cas.

Petite mise en garde ; si vous voulez jouer sur l’ensemble des réglages de l’image, pensez à sélectionner le calque Background (5), sinon vous resterez sur le calque de retouche et certains outils ne seront pas actifs.

Nouvelles perspectives…

En sus du pinceau, on trouve au sein de la barre d’outils un nouvel icône dénommé Keystone. Ce n’est ni plus ni moins qu’un astucieux outil de redressement des perspectives. Un clic sur l’icône (1) affiche selon l’option choisie ( clic gauche maintenu sur l’icône de l’outil) deux droites verticales ou/et horizontales (3) à placer en alignement des lignes à redresser sur votre image. Pour application, cliquez enfin au centre de l’image (4).

Sachez tout de même que vous avez aussi le choix de travailler à l’ancienne en jouant sur les curseurs du panneau ROTATION et KEYSTONE qui se trouvent dans l’onglet Composition.

L’outil recadre automatiquement pour que des zones sans structure ne soient visibles. Pour visualiser l’image dans sa nouvelle composition, appuyez sur la touche [H] de votre clavier. Keystone peut aussi être appelé via le raccourci [K].

Du Noir au Blanc

La conversion Noir & Blanc fait aussi son apparition. Faisant appel à un mélangeur de couleur, son utilisation est simpliste, et en de nombreux points très proche de ce que propose Lightroom.

Plus besoin de passer par la personnalisation de profil adapté. Cochez la case Enable Black and White du panneau Color Sensitivity (1) et déplacez les 6 curseurs pour obtenir l’effet que vous désirez. Pour créer un virage de couleur, ça se passe dans l’onglet Split Tones (2).

L’interface

Radicalement revue depuis sa version 4, Capture One propose depuis ce temps là une interface unique pour Windows et Mac OS… Comme le démontre la capture ci-après, cette interface présente l’avantage de pouvoir placé les différents panneaux d’outils ou bon vous semble, voire même de les masquer. Un petit avantage aux possesseurs de Mac OS, le volet des outils de correction (1) et celui des miniatures peuvent être automatiquement escamotés…

Pour aller un peu plus loin, la barre d’outils supérieure pourra aussi être masquée et personnalisée. Vous pourrez supprimer ou ajouter de nouveaux outils de la même manière que cela se fait avec Aperture. Dans le même esprit, presque toutes les fonctions peuvent être appelées via des raccourcis claviers eux aussi entièrement paramétrables.

Film Fixe

La première véritable nouveauté se trouve au sein du navigateur des miniatures. Vous pouvez maintenant l’afficher comme le Film Fixe de Lightroom (en 1 ci-dessous).

Les vignettes peuvent maintenant être présentées sont forme de film fixe comme dans Lightroom ou Aperture

La loupe

L’autre nouveauté se trouve sous l’icône Zoom de la barre d’outil : la loupe. Pour l’activer, maintenir le bouton gauche de la souris enfoncé au dessus de l’icône Zoom utiliser le raccourci [P]. Pour agrandir le rapport, jouez avec la roulette de votre souris. Superbe et très réactif. Un peu plus que celle d’Aperture…

Plein écran

Enfin, la dernière se présente sous la forme d’un affichage plein écran (Cmd + Shift + > ou F11 sous Windows). Là encore, la similitude avec Aperture est assez frappante. Cette option est très agréable pour travailler, d’autant que tous les panneaux de réglages peuvent être appelés en tant que palette flottante. Rien que du bonheur.

Présenter son travail

S’appuyant sans doute sur les possibilités qu’offre Expression Media, la présentation de son travail se voit nettement améliorée avec un module Diaporama, Impression et publication sur le Web de planches contact. Les précédentes moutures possédaient quelques fonctions similaires, mais l’on sent cette fois-ci qu’elles sont plus complètes et réellement utilisables.

Phase One n’a pas lésiné sur la communication et je vous invite à consulter les vidéos de présentation disponibles sur le site.

Le mot de la fin

Avec cette nouvelle version de Capture One, Phase One nous surprend agréablement et démontre s’il en est besoin que la société Danoise est présente, réactive et entend bien être un acteur majeure dans le post traitement de fichiers RAW.

Pour les possesseurs d’une version enregistrée d’Expression Media, il faudra tout de même compter près de 300€ pour se payer la version complète (et la plus intéressante) de C1, je parle de Capture One PRO. Et s’il faut y ajouter EM, le prix passe alors à 448€. Cela reste cher par rapport à la concurrence.

Pour lutter à armes égales avec les géants que sont Aperture et surtout Adobe Photoshop Lightroom, il faudra encore travailler et surtout peut être revoir son tarif. Surtout en ces temps de « disette financière »…

Mais peut être que la première cible de Phase One n’est pas de gagner tout de suite de nouvelles parts de marché mais de stabiliser celles gagnées… En tout cas, je vais mettre à jour ma version PRO car cet outil est très performant et reste un must en qualité de dématriçage. De plus, ces options automatiques sont judicieuses et font gagner un temps précieux.

Prenez l’Express…

Pour la version de base renommée Express, à 99€ ou 49€ pour une mise à jour cela reste aussi une bonne affaire. Vous avez les outils élémentaires pour post-traiter un RAW avec depuis peu l’intégration de l’éditeur de couleur qui pourra vous rendre de fiers services. C1 étant en terme de colorimétrie et de rendu relativement proche de Canon DPP, c’est peut-être le moment de changer de dématriceur…

Durant la période d’essais vous pouvez basculez au choix entre la version Express ou PRO

Ce qui fâche

Nul n’est parfait et comme Canon DPP en son temps qui s’obstinait à ne pas proposer la possibilité de redresser les horizons, Capture One s’obstine à pêcher sur deux points.

L’absence d’un réglage Vibrance a du plus en plus de mal à s’expliquer. On peut effectivement passer par l’éditeur de couleurs, mais honnêtement, cela ne présente pas la même souplesse d’utilisation. Sur ce point, il faudrait venir à rectifier rapidement le tir.

Enfin, le fait de ne pas rattacher les données de traitement de C1 lors d’un export DNG nous gêne. Je trouve cette ligne de conduite dérangeante est restrictive. Mais pour en avoir assez longuement parlé avec le responsable du développement, je doute que cela change.

Dernier grief, la traduction… Confiée à un nouveau prestataire, cette dernière a pris du retard est se trouve incomplète. Si c’est un marqueur indiquant que Phase One se met la pression à démontrer qu’ils sont présents sur ce secteur des logiciels de post-traitement, cela ne fait pas professionnel et c’est des trois points noirs celui qui me déplait le plus. Pas su le fond, mais surtout sur la forme.

Sources

Vous trouverez ci-après une liste de liens pointant vers les principales sources d’informations qui vous seront utiles. Sachez que C1 est disponible à l’essai pour une période de 30 jours. Un seul fichier vous donnera accès au choix à la version Express ou PRO. Vous pourrez ainsi facilement comparer les différences entre les 2.

Promotion Capture One jusqu’au 18 juin !

Ayant eu maille à partir avec le corps médical, je n’avais pas prêté attention à mes derniers emails… Quelle erreur !

Je vous livre en l’état l’offre promotionnelle de Phase One… A savoir Capture One 5 pour seulement 49,50 € et la mise à jour de la version 4 (ou 3) pour seulement 34,5 € ! Et quand on sait qu’actuellement, pour l’achat d’une licence C1, vous avez droit à une licence d’Expression Media 2 (feu iView), il serait dommage de se priver de ce duo.

Rendez vous sur le site Phase one et saisissez le code ci-dessus lors de votre achat. Attention, ce code n’est pas valable pour la version PRO.