Archives de catégorie : Matériel photo

Nikon D750: il est officiellement là

Nikon D750-1

On en parlait hier, c’est aujourd’hui officiel. Nikon lance le D750. C’est un boitier qui vient s’intercaler entre le Nikon D810 et le D610. S’il est difficile de parler d’un boitier « Expert », on le qualifiera de reflex pour « Amateur averti ».

Si le D750 n'est pas estampillé "Pro" ou "Expert", cela ne l'empêche pas de bénéficier d'une finition de qualité et de joints d'étanchéité.

Si le D750 n’est pas estampillé « Pro » ou « Expert », cela ne l’empêche pas de bénéficier d’une finition de qualité et de joints d’étanchéité.

En effet, on garde le même corps que le D610, mais on le dope aux amphétamines pour faire grimper rafale (6,5 img/s) au passage on lui greffe un module WIFI, l’AF 51 points du D810 ainsi que son module de mesure de lumière. En accusant avec tout ça, un poids net de 751g. Les propriétaires de D800/D800E/D810 apprécieront…

Pour améliorer la préhension, une poignée sera disponible pour ce nouveau reflex. Poignée compatible avec la nouvelle batterie MB-D16.

Pour améliorer la préhension, une poignée sera disponible pour ce nouveau reflex. Poignée compatible avec la nouvelle batterie MB-D16.

Mais surtout, c’est le premier reflex non amateur de la marque, qui hérite d’un écran inclinable. Si au début nous n’apprécions pas forcément ce type de visée, force de reconnaitre depuis l’utilisation d’un COI (Compact à Objectif Interchangeable, ou Hybride), que c’est une option fort pratique. Pour éviter de se contorsionner mais ce mode de visée est aussi plus discret et moins agressif que la visée à l’oeil. Revers de la médaille, c’est moins stable et très énergivore.

Principales caractéristiques
  • Capteur plein format de 24,3 millions de pixels.
  • Sensibilité de 100 à 12 800 ISO, extensible jusqu’à l’équivalent de 50 à 51 200 ISO.
  • Système AF 51 points Multi-CAM 3500II configurable en 9, 21 ou 51 points et sensible jusqu’à -3 IL.
  • Moniteur inclinable robuste : s’ouvre et pivote jusqu’à 90° vers le haut et 75° vers le bas. Ecran LCD RVBW antireflet de 8 cm (3,2 pouces) doté de 1 229 000 pixels.
  • Wi-Fi intégré.
  • Cadence rafale jusqu’à 6,5 vues par seconde en FX ou DX.
  • Vidéos Full HD (1080p) au format FX ou DX, à 50/60vps. Plage de sensibilités de 100 à 51 200 ISO pendant l’enregistrement et contrôle précis de la vitesse d’obturation, de l’ouverture et des niveaux sonores.
  • Processeur de traitement d’image EXPEED 4
  • Picture Control 2.0 : post-production facilitée avec le paramètre Uniforme offrant une plage dynamique maximale ; ajustement fin des détails avec le paramètre Clarté.
  • Autonomie de 1230 images ou 552 minutes en vidéo.
  • Modes Créatifs : HDR (grande plage dynamique), timelapse, effets spéciaux et modes Scène
  • Double logement pour carte SD compatible UHS-I et SDXC.

2014-09-12_07-11-04

Petit bémol, l’obturateur reste limité au 1/4000 de seconde. Preuve que ce reflex n’est pas forcément adapté à la photographie en pleine lumière, avec des objectifs lumineux et à faible PDC… Et ça arrive en photo de sport quand on veut figer un mouvement. A savoir… Faudra descendre à 50 ISO… Mais attention, c’est pas du natif. Pour un reflex qu’on annonçait à vocation sportive, la fiche technique n’est pas complète. Mais il ne fallait pas canibaliser la gamme supérieure.

Nikon D750 vs D610, les différences physiques…

Au jeu des différences, il y en a peu de cosmétiquement visibles entre un Nikon D610 et un D750. Surtout vue du dessus… Le D750 se trouvant à gauche de la capture.

Les plus observateurs remarqueront quand même que la poignée est un peu plus creusée et moins large pour améliorer la prise en main. Ce qui était un des reproches des D600/D610.

Outre l'écran orientable, rien ne distingue le Nikon D750 du D610

Outre l’écran orientable, rien ne distingue extérieurement le Nikon D750 du D610

Là où le D750 s’affirme le plus est sans doute sur sa tranche latérale gauche et à l’arrière du boitier.

Mis à part la disposition du bouton Info, peu de changements sont visibles au premier coup d'oeil.

Mis à part la disposition du bouton Info, peu de changements sont visibles au premier coup d’oeil.

Sources

Le Nikon D750 sera commerciale mis en vente le 23 septembre au tarif public estimé de 2199€.

Merci à Nikon France pour ces informations.

Voir la fiche produit du Nikon D750

Voir le Communiqué de presse

Voir la vidéo de présentation

 

 

Nikon proposera le Nikon 1 S2 en juin

Annoncé plus simple d’utilisation que son prédécesseur le S2 débarquera courant juin 2014.

Pour faire rapide ce S2 renferme un CMOS de 14,2 millions de pixels au format CX avec une plage de sensibilité allant de 200 à 12 800 ISO. Format RAW et vidéo Full HD sont de mise.

20140514-090130.jpg

Le kit Nikon 1 S2 avec l’optique 1 NIKKOR 11–27.5mm f/3.5-5.6 sera disponible en juin 2014 en blanc et noir au prix de vente conseillé de 449€ TTC.

Source Nikon.fr

La fiche produit à venir…

Nikon dévoile un nouveau téléconvertisseur TC-14E III

Plus de compacité sans compromis de qualité, voilà ce que propose le nouveau téléconvertisseur TC-14E de troisième génération.

Il est évidemment compatible avec le nouveau NIKKOR 400mm f/2.8 qui sera disponible le 28 août 2014 au prix public conseillé de 12 499 € TTC.

20140514-065557.jpg

Le téléconvertisseur Nikon AF-S TC-14E III sera lui aussi disponible le 28 août 2014 au prix public conseillé de 539 € TTC.

Source Nikon.fr

Test du trépied Giottos YTL 8213

Giotto YTL8213 Intro

Vous n’avez pas encore choisi votre cadeau de noêl ? Il vous reste de la place dans vos souliers ? Alors pourquoi pas un trépied ?

Gitzo, Benro, Feisol, Manfrotto, Vanguard, Induro ou les originaux trépieds ‘Macro tout-terrain’ Benbo et uniloc… Les marques de trépieds ne manquent pas et les références non plus !

Et bien, aujourd’hui, nous allons en ajouter une à votre étude de marché avec la prise en main du Giottos ‘Silk Road’ YTL 8213.

''Pour bien choisir un trépied, se poser la question du besoin''

A quoi ce trépied va me servir ? A commencer par la nature de son utilisation : pour de la photo nocturne, en intérieur, pour de la macro… ? Ensuite, vient la question de « Qu’est ce qu’il devra supporter comme matériel  : un petit compact, un hybride, un reflex ‘amateur’, un reflex ‘expert-pro’, un petit zoom, un gros zoom, une camera ? »

TIPA

Giottos s’est vu décerner cette année le pris TIPA du meilleur Design pour les trépieds de sa série « Silk Road YTL »

Une fois le besoin cerné, ne reste plus qu’à sélectionner quelques marques et partir à la recherche des fiches techniques Internet pour trouver le mouton à 5 pattes…

Attention, généralement, il faudra leur ajouter une ‘Tête’ (ou ‘Rotule’) qui permettra de fixer le boitier et  ainsi de faire un cadrage au petits oignons avec un maximum de confort.n’oubliez pas qu’un tête de trépied, ou ‘Rotule’ devra généralement faire l’objet d’un achat complémentaire.

Dernier conseil, s’ils paraissent parfois couteux, les trépieds, mais aussi les rotules s’envisagent comme des investissements. Si vous faites le bon choix, il est à parier que vous le garderez plus longtemps que votre appareil. Il est donc judicieux de ne pas se tromper.

Sur le papier

La principale originalité du Giottos YTL 8213 réside dans la forme de sa colonne centrale, en « Y », d’où son nom. Alors que la plupart de ses concurrents font appel à une colonne circulaire, Giottos a dessiné  la sienne de manière à épouser —lorsqu’il est replié— la forme des 3 branches qui le composent.

En rouge la colonne d'un trépied "Classique". EN vert celle de la série YTL.

En rouge la colonne d’un trépied « Classique ». En vert celle de la série YTL.

Le gain de place annoncé par Giottos serait de 30% ! Si cette donnée est difficilement vérifiable, cette série de trépieds est véritablement compacte et son transport s’en trouve facilité.

Sur le terrain

Le trépied étant livré sans tête, nous l’avons couplé avec une rotule à friction Benro B3. Ainsi équipé, nous avons un ensemble de moins de 2,5kg. Ca nous change du trépied Uniloc 1700 et de sa tête Manfrotto 468RC… On est quasiment dans un rapport du simple au double.

Ce bénéfice en terme de poids, on le doit principalement à la forte présence de carbone sur le Giottos YTL. Le fabricant chinois, faisant appel à 8 couches de cet alliage ultra léger pour la construction des pieds. Les clapets de serrage étant en PVC et les autres pièces d’assemblage en aluminium (tout comme la colonne centrale).

_SAB3218

Les bandes de mousses facilitent la prise en main du trépied, d’autant que les sections supérieures offre un diamètre rassurant de 31mm.

L’autre point fort de du carbone est qu’il présente une très bonne rigidité et est moins sensible aux vibrations que l’aluminium. Si tant est que l’on fasse la différence entre ‘Carbone’ et ‘Carbone’. Il ne suffit pas d’apposer un autocollant carbone pour être assuré que le trépied sera d’une qualité et d’une fiabilité à toute épreuve.

Pour autant, Giottos semble ne pas avoir lésiné sur la conception de ses trépieds en carbone, car avec 8 couches et un diamètre de tube de 31mm pour notre exemplaire, on est en présence d’un produit rigide et capable de très bien amortir les vibrations sans entrer en résonance. Surtout qu’avec seulement 3 sections, on n’a pas toujours besoin de déplier la plus étroite d’entre elle. On a vraiment apprécié.

S'il faut déployer au moins 2 section de jambes pour que le sac ne touche pas le sol, avec une seule section, le pied n'a pas besoin non plus d'être lesté...

S’il faut déployer au moins 2 sections de jambes pour que le sac ne touche pas le sol, avec une seule, le trépied n’a pas besoin d’être lesté…

Malheureusement, cet avantage de la légèreté se paie et on apprécie de pouvoir lester le trépied grosse à un crochet escamotable qui se trouve sous la colonne. Petit reproche en passant, la forme de ce crochet pourrait être plus marquée. La anse de mon Lowerpro pouvant tout juste être attrapée.

Giotto Crochet YTL

Bien amarré à la colonne en ‘Y’, le crochet du Giottos Sik Road pourrait être plus courbé.

Pour mettre la rotule au plus près de sol, inversez la position du crochet avec celle de la platine de support de la rotule comme ci-dessous. Le crochet a pris la place de l’ensemble (1) et (2). Pour ne pas être trop gêné par les pieds, écartez ces derniers dans la position intermédiaire.

Colonne inversée Giotto YTL-2

Pour éviter d’avoir à viser à l’envers, mieux vaut pouvoir fixer l’ensemble APN-Objectif par le collier de pied de l’objectif. D’où l’importance d’avoir des objectifs macro (par exemple) possédant cette option.

Colonne inversée Giotto YTL-4

Les 3 éléments qui permettent d’inverser la colonne centrale. En changeant le sens de la vis (1) on peut d’utiliser indifféremment des rotules au pas de vis 1/4 » que 3/8 ».

Passé cet aspect un peu laborieux, le Giottos YTL 8213 et un trépied ‘Rapide’. Rapide à mettre en oeuvre grâce au système Quick Easy Lever Locking System, ou QEL Locking System. Chacun l’appelle un peu comme il veut, même si la technologie diffère d’un constructeur à l’autre, dans le cadre des utilisateurs, on appelle ça communément un verrouillage-déverrouillage des pieds pas clapet.

Clapet

Le principe du verrouillage-déverrouillage des pieds par clapet est notre préféré, même si on peut lui reprocher le risque de pincer… Ce qui ne nous ait jamais arrivé avec le système breveté Giottos.

Actuellement, deux systèmes s’opposent. Le système à bagues et celui à clapet. le premier demande à tourner des bagues au niveau des différentes sections des pieds pour les allonger ou les raccourcir. L’autre permet un réglage par manipulation de clapet de serrage. Il y a des adeptes des 2 systèmes. Pour autant, nous préférons le second. Nous le trouvons rapide et surtout rassurant. Avec ce principe, on voit facilement si les sections sont bien verrouillées. Ce qui n’est pas le cas du système à bagues.

Giotto YTL8213 au max

Avec les clapets, pas besoin de beaucoup de temps pour déployer le trépied à sa hauteur maximale (163cm + plus ou moins 10cm de rotule…). Bien que généralement, avec ce modèle (YTL 8213), on pourra s’abstenir de déployer les plus petites sections.

Toutefois, une chose nous a moins enchanté, mais elle est commune à nombre de trépieds –sauf à la série Explorer de Gitzo et aux Benbo et Uniloc– c’est le serrage, ou l’absence de serrage de l’inclinaison des pieds.

Pour profiter du niveau à bulle, il faudra relever légèrement la colonne centrale...

Pour profiter du niveau à bulle, il faudra relever légèrement la colonne centrale…

Du coup, on se trouve avec le choix classique entre 3 angles d’inclinaison. Option peu pratique en campagne… Si Giottos nous avait donné l’option de pouvoir opter pour l’inclinaison de notre choix, nous aurions béni ce fabricant ! Malheureusement, on reste du classique.

Giottos

3 crans permettent de caler les jambes selon des inclinaisons prédéfinies…

Dommage parce que l’on tenait là un sérieux concurrent aux Gitzo Explorer. Si ce dernier à pour lui une colonne centrale orientable que n’a pas notre modèle, Giottos possède à son catalogue une déclinaison de la série Silk Road, avec colonne orientable. Ce sont tous les trépieds Silk Road commençant par 83xx au lieu de 82xx.

Même si on n'accède qu'à trois paliers d'inclinaison, on n'est pas obligé d'opter pour les mêmes crans pour tous les pieds

Même si on n’accède qu’à trois paliers d’inclinaison, on n’est pas obligé d’opter pour les mêmes crans pour tous les pieds

Conclusion

On n’ira pas par quatre chemins, le temps passé avec ce trépied nous a convaincu que le produit est qualitativement parmi les meilleurs. Il sait se faire oublier par la facilité de sa mise en oeuvre et sa légèreté. On reste tout de même un peu frustré de ne pas pourvoir donner un angle d’inclinaison aux pieds comme on le voudrait. Autre remarque, vu la compacité du produit, pourquoi ne pas avoir cherché à breveter un système qui permettrait de verrouiller les pieds en position replié afin de se servir du trépied comme d’un monopode sans risquer de voir les jambes s’écarter ?

Si vous n’avez pas besoin d’un modèle supportant 10 Kg, tournez vous vers le modèle YTL 8283 qui supporte 8kg et vous fera économiser quelques euros… Pour mettre dans une bonne rotule ! Sur ce point, on vous conseille la Manfrotto 468RC2…

Cliquer ici pour voir ce que nous avons ou pas aimé avec ce trépied

Points forts: Construction carbone 8 couches, rigidité, crochet de lestage, inversion de la colonne centrale, compatible avec filetage 1/4 » et 3/8 », mousse de confort sur les 3 jambes, compacité, poids, QEL Locking System.

Points faible:  Pas de housse ni de sangle dans le colis,  garantie que d’un an (voire 2 selon ou il est acheté), écriture qui s’effacent facilement, crochet pas assez proéminent, jambes non bloquées en position replié, que 3 positions d’inclinaison des jambes.

Une petite note au sujet du prix. S’il et attractif pour un trépied de cette hauteur, on trouve le delta entre les modèles aluminium et carbone relativement élevé en comparaison par exemple avec Benro. Toutefois, on reste dans des standards de prix relativement attractifs.

Sources

Les trépieds Giottos sont distribués en France par Daymen France et produits par Giottos.

Le modèle testé est le Giottos Silk Road YTL 8213.  si le prix public conseillé était initialement de 450 €, on le trouve (à cette date et avant changement de la TVA) au tarif TTC de 473 € sur le site http://www.digit-photo.com. Le modèle 8283 est lui à 325 € prix public conseillé. Il ne supporte  »que » 8kg mais avec un équipement plus léger que notre configuration, c’est un trépied tout à fait adapté.

Voir et télécharger la plaquette des trépieds Giottos.


Nikon annonce son reflex rétro, le Df

Nikon Df

Il arrive. Juste à temps pour le salon de la photo de Paris… C’est le nouveau Reflex Nikon. Reflex plein format reprenant les lignes, non pas futuristes mais rétro du FM2.

Alors que les autres marques se focalisent sur les APN hybrides, voire sans viseurs optique, Nikon joue la carte du pentaprisme. Alors, pari gagnant ?

Communiqué de presse

Paris, le 5 novembre 2013 Nikon annonce aujourd’hui le Df, un nouveau type de reflex numérique dédié à la photographie à l’état pur.

Inspiré du design des appareils photo argentiques 24x36mm emblématiques de Nikon et doté des technologies des tout derniers modèles professionnels de la marque, le Df incarne la passion de la photographie, que ce soit dans la forme ou la fonction. Véritable exception, cet appareil photo au style rétro contraste avec l’uniformité des reflex numériques modernes. Équipé du même capteur d’image que le modèle phare de Nikon, le D4, il offre une plage dynamique et une sensibilité phénoménale. Bien que ce soit le plus léger des modèles Nikon actuels au format FX, il offre la robustesse et la fiabilité d’un appareil Nikon haut de gamme. Idéal pour les puristes de la photo comme pour les mordus de design, le Nikon Df touchera le cœur et l’esprit des photographes qui sont aussi passionnés par leur art que par leur appareil.

Df_drawing

Jean de Gasté, Chef de Produits reflex pour Nikon France, explique : « Dès le départ, le concept de cet appareil était de célébrer la photographie à l’état pur. C’est un appareil qui vous donne envie de sortir et de prendre des photos. L’émotion est au cœur même de la photographie et le Df sait parfaitement l’exprimer. Sa combinaison unique de style rétro et de technologie professionnelle en fait un outil sans équivalent : les photographes passionnés qui aiment travailler les concepts et les idées vont l’adorer, tandis que les amateurs de design classique apprécieront la manière dont son design reflète l’héritage de Nikon à la pointe de la photographie. »

Nikon DF01

La photographie à l’état pur

Au cœur du Df se trouvent le capteur CMOS au format FX de 16,2 millions de pixels et le processeur de traitement d’images EXPEED 3 que l’on retrouve dans le D4, la référence des appareils photo professionnels Nikon. Grâce à une combinaison aussi performante de technologies de niveau professionnel, le Df offre une qualité d’image supérieure dans des conditions d’éclairage très diverses. Les couleurs saturées sont fidèlement reproduites pour donner aux images une profondeur naturelle, même à une sensibilité élevée, avec une sensibilité incroyablement extensible jusqu’à 204 800 ISO (équivalent).

Capteur CMOS au format FX (24 x 36) de 16,2 millions de pixels : grâce à un équilibre parfait entre la taille du capteur au format FX (36 x 23,9 mm) et les 16,2 millions de pixels effectifs, le Df offre des images d’une précision et d’une profondeur exceptionnelles, avec un bruit réduit et une plage dynamique étendue.

Sensibilité impressionnante : avec une sensibilité de 100 à 12 800 ISO, extensible à un équivalent de 204 800 ISO, le Df réaffirme la souveraineté de Nikon en matière de prise de vue dans des conditions de faible éclairage. Vous obtenez ainsi des images précises avec un bruit minimal, même dans des conditions d’éclairage complexes.

EXPEED 3 : du traitement d’images au transfert, le processeur de traitement d’images Nikon gère facilement les tâches riches en données sans sacrifier la rapidité ni la qualité. Le traitement d’images sur 16 bits confère des couleurs optimales, des tonalités parfaites et un bruit réduit sur l’ensemble du cadre, délivrant de superbes dégradés préservant de nombreux détails, même pour les prises de vue au format JPEG. En outre, le puissant processeur EXPEED 3 est rapide, précis et exceptionnellement économe en énergie, contribuant ainsi à une autonomie prolongée de l’appareil photo.

Réactivité : le temps de démarrage est d’environ 0,14s* et le temps de réponse au déclenchement est de seulement 0,052 s*. La prise de vue en rafale haute vitesse atteint 5,5 vps dans les formats FX et DX.

Nikon Df02

Design Nikon emblématique : mécanique de précision et qualité d’image

Si le Nikon Df reprend le design des reflex argentiques 24×36 mm emblématiques de la marque, il est également conçu pour répondre aux attentes des photographes qui travaillent en numérique. Les passionnés de photographie savent bien que prendre une photo est aussi enrichissant qu’admirer le résultat final. Le Df est doté d’un boîtier solide en alliage de magnésium et d’une excellente ergonomie qui ont fait du nom Nikon un gage de robustesse et de fiabilité.

Molettes mécaniques élégantes : utilisation simplifiée et manipulation sûre de l’appareil grâce à ces molettes mécaniques très ergonomiques. Elles vous permettent de régler la sensibilité, la correction d’exposition, le mode d’exposition et le mode de déclenchement séparément, pour accéder à tous les paramètres de prise de vue sans utiliser le menu de l’appareil photo.

Portabilité plein format : appréciez la liberté créative de la photographie au format FX où que vous alliez, grâce à un boîtier compact de 710 g environ (sans accumulateur). Conçu pour supporter des conditions difficiles, l’appareil photo est doté de capots supérieur, arrière et inférieur en alliage de magnésium solide et léger. Il est à l’épreuve des intempéries tout comme le reflex numérique D800 de Nikon, pour une meilleure résistance à l’humidité et à la poussière.

Obturateur résistant : l’obturateur haute précision a été testé sur plus de 150 000 cycles, avec une vitesse d’obturation maximale de 1/4000s et une synchronisation du flash jusqu’à 1/200s.

Unité de nettoyage automatique du capteur : ce dispositif réduit l’accumulation de poussière devant le capteur d’image.

Conception économe en énergie : permet de prendre environ 1400 photos* (avec l’accumulateur EN-EL14a, en mode vue par vue).

Détails classiques : le boîtier du Df est disponible en noir classique ou en argent avec rehauts noirs. La poignée texturée, les molettes mécaniques et le panneau supérieur plat rappellent les reflex argentiques avec films aux halogénures d’argent emblématiques de Nikon tels que le F2 et le F3. Par ailleurs, l’interface utilisateur est présentée dans une tonalité chromatique originale.

Nikon Df de dos

Compatible avec les objectifs non-AI

Plus axé sur la photographie à l’état pur que n’importe quel autre reflex numérique actuellement disponible sur le marché, le Df est équipé d’un levier de couplage photométrique repliable unique qui permet de fixer des objectifs NIKKOR non AI directement sur son boîtier. Les objectifs Nikon sont réputés dans le monde entier pour leur supériorité en matière d’optique et NIKKOR fête cette année son 80e anniversaire. Les photographes qui utilisent les objectifs NIKKOR à monture F d’origine, encore aujourd’hui très prisés, entrevoient de nouveaux horizons. Mais jusqu’à présent, il était impossible de les utiliser facilement sur un reflex numérique moderne.

 Lors des prises de vue avec un objectif non AI en mode A (Priorité ouverture) ou M (Manuel), le Df permet une mesure à pleine ouverture, équivalente à celle des objectifs AI. Les caractéristiques de l’objectif telles que la focale et le réglage d’ouverture maximale peuvent être facilement définies par le biais de simples réglages de l’appareil photo, ce qui permet à ce dernier de reconnaitre le réglage de l’ouverture et de calculer l’exposition correcte.

Des photos de qualité professionnelle

Le large éventail de technologies de pointe du Df garantit des photos d’une qualité optimale. Outre l’exceptionnel capteur d’image et le processeur de traitement d’images très performant de l’appareil photo, le système AF ultrasensible et la cadence de 5,5 vues par seconde permettent d’immortaliser avec une remarquable précision les situations les plus inattendues. Par ailleurs, la mesure ponctuelle de la balance des blancs et d’autres fonctionnalités innovantes telles que l’horizon virtuel électronique à deux axes, le viseur optique haute performance et le mode de visée écran offrent une précieuse liberté de composition.

Système AF 39 points Multi-CAM 4800 avec autofocus ultra-sensible : avec une sensibilité jusqu’à -1 IL, une compatibilité avec des objectifs jusqu’à f/8 et quatre modes de zone AF, dont le suivi 3D, le système AF du Df offre une couverture rapide et précise sur l’ensemble du cadre, et ce, même dans des conditions d’éclairage difficiles.

Mesure ponctuelle de la balance des blancs : le Df permet des réglages manuels extrêmement précis de la balance des blancs en vous laissant attribuer rapidement une balance des blancs ponctuelle à la zone spécifique de l’image sélectionnée en mode de visée écran.

Système de reconnaissance de scène : le capteur d’image de l’appareil photo et son capteur RVB 2016 photosites fournissent des données précises au système de reconnaissance de scène, qui optimise l’exposition, l’autofocus et la balance des blancs juste avant le déclenchement, pour des photographies d’une précision exceptionnelle.

Viseur optique haute performance : le viseur à pentaprisme en verre offre une couverture de l’image d’environ 100 % et un grossissement de 0,7x, ainsi qu’un mode de recadrage DX avec délimitations.

Grand moniteur LCD de 8 cm (3,2’’) et 921 000 pixels avec visibilité sous tous les angles et verre renforcé. Il offre une visualisation nette et lumineuse des images avec une capacité de reproduction des couleurs très importante.

Horizon virtuel électronique à deux axes : les données de roulis (inclinaison horizontale) et de tangage (inclinaison vers l’avant ou l’arrière) peuvent être vérifiées par le biais du moniteur LCD et par le biais du viseur pour les données de roulis.

Visée écran : en mode de visée écran, un quadrillage optionnel pour les formats d’image 1:1 ou 16:9 facilite la composition, et l’AF par détection de contraste offre une grande facilité d’utilisation, ainsi qu’une précision et une vitesse optimisées. Vous pouvez également confirmer l’exposition d’une simple pression sur la commande d’aperçu lorsque l’appareil est en mode M (Manuel).

 Nikon DF du dessus

Outils intégrés

Quel que soit le genre de photographie qui vous intéresse, les nombreuses fonctionnalités créatives et pratiques du Df satisferont votre style de prise de vue préféré et votre vision créative.

Mode de déclenchement silencieux : parfait pour photographier en toute discrétion, ce mode silencieux réduit le bruit causé par le mécanisme de retour du miroir de l’appareil photo.

Modes de recadrage : format DX et ratio 5:4. Lorsqu’un objectif au format DX est connecté, l’appareil photo sélectionne automatiquement le mode de recadrage DX.

Mode HDR (grande plage dynamique) : photographie une image surexposée et une image sous-exposée en une seule pression du déclencheur. La plage peut être élargie jusqu’à 3 IL pour différents styles, une hyper saturation et des dégradés, tandis que la douceur de la bordure où les deux expositions se rencontrent peut être ajustée pour un rendu plus naturel.

D-Lighting actif : le D-Lighting actif de Nikon conserve automatiquement les détails des zones aussi bien sombres qu’éclairées, pour des images d’une qualité exceptionnelle au contraste naturel, lorsque vous photographiez dans des situations au contraste élevé.

Menus de retouche : les menus incluent des options de correction des yeux rouges, d’équilibre colorimétrique, ainsi que des options de redimensionnement et de traitement RAW. Outre le filtre flou, les effets de filtres incluent Skylight, Intensificateur de couleur et Filtre étoiles, et parmi les options de retouche rapide figurent Contrôle de la distorsion, Perspective, Redresser et Fisheye.

Réglages Picture Control : ils vous permettent de personnaliser l’aspect de vos photos en ajustant des paramètres tels que l’accentuation, la saturation et la teinte avant la prise de vue.

Système Nikon

Le Df est un appareil photo au format FX et, en tant que tel, il est parfaitement compatible avec toute la gamme d’objectifs NIKKOR, même les objectifs non-AI. Il est proposé avec une édition spéciale de l’objectif NIKKOR AF-S 50mm f/1.8G. Avec son nouveau design rétro, sa conception compacte et légère et son ouverture maximale lumineuse de f/1,8 cet objectif s’associera parfaitement au Df.

pentaprisme

Outre les objectifs NIKKOR, la large panoplie d’accessoires et d’équipements photographiques Nikon peut vous aider à concrétiser vos idées de multiples manières. Pour les photographes qui veulent se lancer dans l’art de la photo au flash, le système d’éclairage créatif de pointe Nikon inclut divers flashes polyvalents qui offrent de nombreuses possibilités de prises de vue, qu’ils soient fixés sur l’appareil photo ou utilisés comme flash sans fil. Le transmetteur sans fil pour mobile WU-1a Nikon permet de transférer des photos directement depuis l’appareil photo vers un périphérique mobile ; la commande à distance est prise en charge à l’aide de l’émetteur-récepteur sans fil WR-R10 et du système de communication sans fil WR-T10 de Nikon, qui vous permettent de piloter à distance les principales fonctions de l’appareil photo, même lorsque des obstacles sont présents entre vous et l’appareil.

 Accessoires optionnels

Dragonnes et étuis en cuir exclusifs proposés en noir classique et marron

Annoncé juste avant le Salon de la Photo, Nikon invite tous les passionnés à venir sur son stand (Porte de Versailles – Hall 4 –  Paris 15e) découvrir en exclusivité cette nouveauté du 7 au 11 novembre 2013.

Le Nikon Df en kit avec l’objectif 50mm f/1.8G sera disponible en argent ou en noir à partir de fin novembre 2013 au prix public recommandé de 2899 € TTC

Source Nikon

Fiche technique du Nikon Df

Un nouvel objectif Nikon AF-S 58mm f/1,4G

Autant critiqué qu’encensé, le 50mm f/1.4 actuel souffrait véritablement de la concurrence des excellents Nikkor AF-S 50mm f/1.8G. C’est donc logiquement que Nikon annonce un exceptionnel objectif AF-S ouvert à 1.4. Surprise, ce n’est pas un 50mm, mais un 58mm..,

nikon AF-S 58mm

Communiqué de presse

Paris, le 17 octobre 2013 – Nikon annonce aujourd’hui le lancement du nouvel objectif AF-S NIKKOR 58mm f/1.4G, un objectif d’exception au format FX qui repousse les limites de la qualité d’image.
Issu d’un processus de fabrication extrêmement méticuleux afin d’offrir une performance d’image exceptionnelle, ce nouvel objectif ultra-lumineux est sans égal. Sa construction optique permet d’obtenir une netteté, un contraste et une résolution époustouflants. Avec son piqué incroyable, son effet de flou d’arrière-plan naturel (bokeh) et ses performances inégalables lors des prises de vue en ouverture maximale, cet objectif offre le meilleur de la technologie NIKKOR pour les photographies de nuit ou les portraits.

Martin Lefebure, Chef de produit objectifs, accessoires et logiciels chez Nikon France, déclare : « Les innovations dans le domaine de la conception optique ont apporté des avancées considérables. Grâce aux constantes améliorations réalisées par Nikon en matière de performances optiques et mécaniques, les objectifs NIKKOR sont capables de saisir et de reproduire le monde qui les entoure avec une très grande fidélité. Et même avec tous ces progrès, il est très rare qu’un objectif tel que l’AF-S NIKKOR 58mm f/1.4G soit mis au point : ses qualités et ses caractéristiques transcendent les conventions. Il s’agit d’un objectif dont la qualité ne peut être justement appréciée qu’en regardant l’image finale. Dans l’histoire de la photographie, peu d’objectifs accèdent au rang de « classique » et celui-ci possède toutes les qualités pour atteindre une telle consécration. »

Nikon 58mm f1.4

Une légende moderne
Les ingénieurs Nikon ont réussi avec le 58mm f/1.4G à augmenter de manière significative la netteté, le contraste, la définition, ainsi qu’à réduire considérablement l’aberration sagittale et à produire un flou d’arrière-plan naturel. Le résultat est un objectif unique qui offre un contrôle esthétique exceptionnel permettant ainsi aux photographes d’explorer une large palette d’expressions créatives et de créer des images extrêmement originales.

Dessiner avec la lumière
Conçue pour répondre aux demandes des photographes exigeants, la résolution hors du commun de l’objectif AF-S NIKKOR 58mm f/1.4G permet de reproduire fidèlement chaque élément d’une scène avec une très haute définition. Les sujets sont rendus avec une grande netteté sur les prises de vue à l’ouverture maximale de f/1.4. De même, des images de sujets distants avec un fort contraste ou des scènes à faible luminosité peuvent être obtenues sans qu’il soit nécessaire de réduire l’ouverture. L’aberration sagittale est efficacement réduite de sorte que les points lumineux sont fidèlement reproduits même à la périphérie de l’image, ce qui permet de réaliser des photos de paysages nocturnes d’une qualité incomparable. Malgré la grande ouverture de cet objectif, le vignettage est contrôlé afin de conserver la luminosité sur tout le cadre lors de prises de vue avec ouverture maximale, même avec mise au point sur l’infini.

nikon 58mm

Bokeh superbe
Grâce à sa conception optique unique, l’objectif AF-S NIKKOR 58mm f/1.4G produit des images comportant un superbe effet de bokeh avec une véritable sensation de profondeur.
L’intensité du flou d’arrière-plan augmentant graduellement au fur et à mesure que la distance à partir de la zone de mise au point s’accroît, aucune transition brutale n’est visible. De plus, la subtile gradation du bokeh du point AF à l’arrière-plan produit un incroyable effet de profondeur naturelle. En mesurant le degré de définition et de bokeh aux différents plans de l’image (entre le premier plan, le plan focal et l’arrière-plan), les ingénieurs Nikon sont parvenus à atteindre le parfait équilibre entre la définition et les aberrations optiques, pour produire une impression d’espace tridimensionnel impossible à mesurer à l’aide des courbes MTF. Ces avantages s’étendent également aux vidéos : lors du réglage de la mise au point, la gradation du bokeh est incroyablement progressive, ce qui est particulièrement appréciable pour filmer des scènes comportant des effets atmosphériques.

AF-S 58mm

Qualité NIKKOR renommée
Le traitement nanocristal de Nikon offre des effets anti-reflets d’une exceptionnelle efficacité sur tout le spectre visible ; ils permettent de réduire considérablement les images fantômes et la lumière parasite, pour des images plus claires et plus contrastées. Une technique de construction d’objectif avec trois lentilles collées garantit à la fois la clarté optique et la réduction des reflets, la lentille avant enfoncée profondément dans le barillet assurant une réduction efficace de la lumière parasite et des images fantômes, même en contre-jour. Le moteur ondulatoire silencieux (SWM) de Nikon, de conception robuste, permet un autofocus fluide, rapide et silencieux. L’objectif est fourni avec un parasoleil spécifique et un étui.

Le NIKKOR 58mm f/1.4G sera disponible fin octobre 2013 au prix public recommandé de 1739 € TTC.

Source Nikon France.

Consulter la fiche technique

Nikon D610, une mise à jour mineure du D600


Nikon D610

Alors que le cycle de vie des reflex numériques dépassent allègrement 12 mois, voire 2 à 3 fois plus, lorsque l’on monte en gamme, Nikon fait le contre-pied et propose une révision du D600, tout juste un an après sa sortie. Il est vrai que malgré les qualités de ce boitier, des ombres sont rapidement venues ternir le tableau. Poussières, huile, on aura tout lu sur ce sujet.

2013-10-08_08-01-56

Sur la molette de sélection (en haut à gauche), on aperçoit clairement les nouveaux mode de prise de vue silencieuse « Quiet ».

Outre l’aspect marketing et certainement l’envie de tourner la page, l’arrivée de ce nouveau venu nous laisse un peu dubitatifs.

Evidemment, si vous voulez passer au plein format, la question ne se pose pas et le D610 vous tend les bras. Pour les autres, sachez que les améliorations sont mineures et ne devraient pas vous manquer au quotidien. Peut-être le mode « Quiet », ou une meilleure finition (identique D800) nous promettons, mais il n’y a pas de quoi fouetter un chat.

Sources

Vous trouverez ci-après le communiqué de presse officiel ainsi que la fiche technique du Nikon D610.

 Disponible à compter du 18 octobre 2013 au tarif conseillé de 1899€ TTC.

Nikon 1 AW1, le premier hybride étanche !

Fort du succès de son APN Hybride, Nikon à décider pour cette saison Automne Hiver 2013, de le décliner en une version tout terrain. A savoir étanche (15m) résistant au gel et aux chocs (2m).

Nikon 1 AW

Ce nouveau venu dans la gamme s’appellera Nikon 1 AW1 et sera disponible à compter du 10 octobre aux prix public conseillé de 749€ TTC. A ce tarif, il sera équipé d’un objectif 1 NIKKOR AW 11-27,5mm f/3.5-5.6. Pour cette lancée dans le grand bain (…), un autre objectif fixe mais lumineux fera son apparition au catalogue : le 1 NIKKOR 10mm AW F/2.8 (299€). En complément, unpetit flash sous-marin devrait voir le jour au printemps…

Communiqué de presse

Paris, le 19 septembre 2013 – Première mondiale1, Nikon annonce aujourd’hui le lancement du premier appareil photo numérique à objectifs interchangeables étanche et anti-choc : le Nikon 1 AW1. Étanche jusqu’à 15 m2, résistant aux chocs jusqu’à 2 m3, résistant au gel -10 °C et étanche à la poussière, le Nikon 1 AW1 le meilleur de l’action en toutes circonstances.

Le système autofocus hybride rapide et précis du Nikon 1 garantit la netteté de toutes les photos et vidéos. Le capteur CMOS au format CX de 14,2 millions de pixels dispose d’une sensibilité de 6400 ISO, pour un excellent niveau de détail dans des conditions de faible
luminosité.

Nikon1 AWMais c’est en pleine action que le Nikon 1 AW1 révèle tout son potentiel grâce à ses cadences de prise de vue en continu pouvant atteindre 60 vues par seconde (vps) et 15 vps avec l’autofocus.

Isabelle De Oliveira, chef de produits Appareils photo compacts à objectif interchangeable Nikon 1 chez Nikon France, explique : « Nous sommes ravis de proposer un nouveau système Nikon 1AW. Grâce à sa conception robuste et à son design, c’est un plaisir de réaliser des clichés et des vidéos dans des environnements variés. Vous pouvez changer d’objectif pour obtenir une perspective différente et, dans tous les cas, que vous soyez sous l’eau, à la montagne ou en soirée, vous restez au cœur de l’action. C’est le système idéal pour ceux qui attendent de leur équipement la performance dans toutes les conditions. »

Un esprit d’aventure dans un boitier design

Que vous prévoyiez une virée en voilier, une soirée en ville, ou une descente à ski, votre appareil photo Nikon 1 AW1 est l’appareil photo idéal grâce à son étanchéité à l’eau et à la poussière et à sa résistance aux chocs et au gel.

Nikon1_39

Le Nikon 1 AW1 est le premier appareil photo numérique à objectif interchangeable à pouvoir être utilisé sous l’eau. En plongée, activez le mode Sous-marin et le flash interne afin de reproduire fidèlement les couleurs naturelles des profondeurs de l’océan. Et de retour à la plage, ses protections anti-poussières vous permettront de continuer à photographier quand les autres appareils sont déjà rangés.

Sur tous les terrains difficiles ou escarpés, lors d’une randonnée en montagne, de prises de vues en parapente ou encore pendant une descente en rappel, le Nikon 1 AW1 vous accompagne grâce à sa résistance aux chocs et au froid jusque -10 degrés.

Excellente réactivité et qualité d’image optimale

Il est des moments où l’action n’attend pas. Le double processeur Nikon EXPEED 3A permet de capturer jusqu’à 15 images par seconde avec l’autofocus et jusqu’à 60 images par seconde en mode AF fixe, ce qui vous donne la possibilité d’obtenir des images de haute qualité, même lorsque les actions sont très rapides.

Nikon1_27

Le système AF hybride avancé possède un autofocus à détection de phase qui lui permet de saisir les mouvements les plus brefs et un AF par détection de contraste pour la capture des détails subtils. Le capteur CMOS au format CX offre une définition de 14,2 millions de pixels, ainsi qu’une sensibilité pouvant atteindre 6400 ISO, pour un excellent niveau de détails dans des conditions de faible luminosité, même avec des cadences de 60 vps.

Protection complète
La robustesse de l’appareil est garantie quelles que soient les conditions de prise de vue. Les joints en caoutchouc placés aux endroits stratégiques, comme le joint torique de la monture d’objectif, empêchent l’eau et la poussière de s’infiltrer dans les parties internes de l’appareil. Le double système de fermeture du logement pour accumulateur et du cache des ports USB/HDMI empêche tout risque d’ouverture accidentelle.

Nouveaux objectifs 1 NIKKOR AW
Lancés en même temps que l’appareil photo, le zoom 1 NIKKOR AW 11-27.5mm f/3.5-5.6 et l’objectif grand-angle 1 NIKKOR AW 10mm f/2.8 dédiés sont tout aussi élégants et solides. Également étanche à l’eau, à la poussière et résistant aux chocs et au gel, ces objectifs vous garantissent polyvalence, précision et style où que vous alliez. La gamme complète d’objectifs 1 NIKKOR standard est compatible avec le Nikon 1 AW1.

Nikon1_22
Tous les objectifs 1 NIKKOR offrent les performances haut de gamme qui ont fait la renommée de Nikon et tous sont optimisés pour l’enregistrement de vidéos. Leur compacité et leur poids plume contribuent à la portabilité du système Nikon 1, sans pour autant sacrifier la qualité d’image. Enfin, pour augmenter encore les possibilités, vous pouvez utiliser un objectif NIKKOR avec l’adaptateur pour monture FT18.

Bardé de capteurs
Les capteurs intégrés au Nikon 1 AW1 permettent de suivre l’itinéraire de vos aventures. Les coordonnées GPS et GLONASS sont stockées dans les données EXIF de l’image.
L’altimètre et le profondimètre vous indiquent l’altitude et la profondeur et, sur la terre ferme, la boussole électronique vous permet de vous repérer et d’enregistrer l’orientation de l’appareil. Enfin, pour garder l’appareil parallèle à l’horizon, activez la fonction Horizon Virtuel.

AW1_11_27.5_top

Prises de vue sans prise de tête
La fonction « Contrôle main libre » facilite l’utilisation de l’appareil photo même lorsque vous portez des gants ou lors d’une sortie sous-marine. Appuyez simplement sur la commande du Contrôle main libre et basculez l’appareil à gauche ou à droite pour modifier le mode de prise de vue, régler les paramètres, ou visualiser les images ou les vidéos.

Le film de vos aventures
Le Nikon 1 AW1 permet de réaliser des vidéos Full HD 1080p sous l’eau, par des températures glaciales ou lors d’une tempête de sable. L’autofocus silencieux et fluide garantit un rendu naturel pour vos séquences. En mode Vidéo, vous pouvez prendre une photo haute définition au format 3:2 durant l’enregistrement de votre séquence. Sélectionnez le mode Vidéo Avancée pour modifier manuellement la vitesse d’obturation et l’ouverture ou filmez des ralentis extrêmes.

Nikon1_12

Modes intelligents du Nikon 1

Le Nikon 1 AW1 propose deux solutions remarquables qui mettent un terme définitif aux occasions ratées. L’Affichage au ralenti capture rapidement jusqu’à 20 images en rafale et les affiche au ralenti pour vous permettre de choisir le moment que vous souhaitez conserver. Si vous préférez laisser la main à votre appareil photo, le Sélecteur de photo optimisé réalise jusqu’à 20 images en haute définition, puis recommande automatiquement les cinq clichés les plus réussis.

Liberté de création

Transformez des scènes ordinaires ou améliorez des photos facilement au sein même de votre appareil photo. Le mode Créativité vous permet d’appliquer des filtres et des effets aux photos avant d’appuyer sur le déclencheur ou d’accéder aux modes de prise de vue PSAM pour un contrôle total de l’appareil. Le contrôle du résultat en temps réel permet d’ajuster les réglages de manière très instinctive pour figer l’action, modifier les conditions de lumière ou flouter l’arrière-plan.

Partagez vos aventures instantanément

Le transmetteur sans fil pour mobile Nikon WU-1b (en option) offre un moyen simple et rapide d’envoyer des images directement à partir de votre appareil photo vers un smartphone ou une tablette pour un partage simplifié ou pour visualiser les images sur un écran plus grand. Vous pouvez même utiliser le transmetteur pour commander l’appareil photo à distance via votre périphérique.

Accessoires étanches

Gardez votre Nikon 1 AW1 à portée de main en toute sécurité grâce à la courroie AN-N3000 ou à la dragonne AH-N6000, toutes deux imperméables. Nikon1 Speedlight
Transportez votre appareil photo et l’un des objectifs 1 NIKKOR AW dans l’étui souple étanche CF-N7000.
Bénéficiez d’une prise en main ferme et confortable, même dans les environnements les plus extrêmes, grâce à la poignée GR-N6000. Enfin, pour que votre appareil ait toujours l’air comme neuf et soit protégé des rayures, utilisez la protection en silicone CF-N6000.

Attendu au printemps 2014, le flash sous-marin Speedlight SB-N10, constitue une option puissante utilisable avec le Nikon 1 AW1. Conçu pour éclairer les eaux les plus troubles, il aidera à capturer les couleurs des fonds marins que vous explorez. Le flash SB-N10 sera également compatible avec les caissons étanches Nikon 1, permettant de s’en servir avec d’autres appareils photo Nikon 1.

Prix et disponibilité

Le Nikon 1 AW1 en kit avec l’objectif 1 NIKKOR AW 11-27.5mm sera disponible à partir du 10 octobre 2013 au prix de lancement conseillé de 749€ TTC.
L’optique 1 NIKKOR AW 10mm sera disponible à partir du 10 octobre 2013 au prix de lancement conseillé de 299€ TTC.

Sources et documentation

Télécharger la fiche produit du 1 NIKKOR AW 11-27,5mm

Télécharger la fiche produit du 1 NIKKOR AW 10mm

Télécharger la fiche produit du NIKON 1 AW

Pour en savoir plus rendez-vous sur Nikon.fr.

 

[SIGMA] Un étonnant 18-35 f/1.8 !

Alors, là, depuis quelques années Sigma montait en puissance, mais là, le fabricant d’objectif aura fait fort avec ce surprenant 18-35 ouvert à 1.8.

Sigma 18-35

Si le communiqué de presse précise que la disponibilité et le prix seront « précisés ultérieurement », cette annonce aura su créer l’envie…

Réservé aux boitiers possédant un capteur APS-C (ou FF compatibles), il serait stupéfiant de le voir à moins de 1000 euros. Surtout quand on connait les contraintes qu’exigent la conception d’un tel grand angle.

Télécharger le communiqué de presse au format PDF

[Nikon D800] Prise en main et réglages de base d’un 36Mpx

Après maintenant plus de 9 mois passés en compagnie du D800, je pense qu’il est grand temps de vous donner nos premières impressions, mais surtout quelques pistes de pré-réglages afin d’exploiter au mieux ce boitier, ou pour d’autres voire les avantages qu’ils proposent par rapport à un D700, voire un D600.

Ne vous attendez pas à un test complet du D800. Ce n’est pas le sens de cet article. Au lieu de faire une énième version du compte rendu d’un reportage, je préfère vous faire découvrir les options du D800 qui vous serons utiles et vous faire partager mon expérience.

36 Mpx, ça aide pour les panoramiques… Photo imprimée au format 180 x 60 cm sur Canson Infinity Canvas Artist Matte 390 gr.

 

Le maître mot est principalement de vous indiquer comment optimiser les réglages de votre D800 pour en tirer tout le jus, gagner en productivité et peut-être au passage, tordre le coup à des à priori et « on dit »

Evidemment, je ne ferai pas l’impasse sur les quelques déboires rencontrés, mais je ne les stigmatiserai pas non plus. Vous verrez qu’il y a une explication rationnelle à chaque critique qui a pu s’abattre dur le D800. Même si la perfection n’existe pas.

Un D800 à sa main

Comme lorsque l’on monte dans une voiture, il faut toujours régler les rétroviseurs, le fauteuil conducteur, la hauteur du volant si proposer, ect… Avec un reflex, c’est pareil.  Qui plus est avec un boitier expert ou professionnel.

Mesure Spot

Lors de la prise en main d’un boitier, je commence toujours par faire le tour des menus afin de voir comment retrouver mes marques par apport aux habitudes que j’ai. Ensuite, je me plonge quelque peu dans le manuel pour voir s’il n’y a pas moyen d’y découvrir quelques perles (dans le bon sens du terme).

 

Habitué à un D700, on ne se retrouve pas en terre inconnue avec un D800. Rapidement, j’ai commencé par attribuer la mesure spot à la touche Function (Réglage personnalisé f4, page 311 du manuel)). Pas besoin de sortir l’oeil du viseur pour aller activer la mesure spot.

Mémorisation de l’exposition

Dans le mode par défaut, lorsque l’on enfonce le bouton de déclenchement, le boitier fait la mise au point en même temps qu’il lance l’analyse et mémorise la mesure de lumière de la scène. Pourtant, il existe pas mal de situations qui font qu’il est préférable de séparer les deux actions : contre-jour, scène difficile à exposer. Pour cette raison, je préfère attribuer la gestion de la mise au point seulement au bouton AF-ON (Réglage personnalisé a4, page 283 du manuel).

Ainsi, en activant la touche Function et en enfonçant à mi-course le déclencheur, on peut précisément piquer la lumière sur un endroit précis, avant d’effectuer la mise au point et enfin déclencher. J’avoue qu’on y perd un peu en réactivité, c’est pour ça que j’ai sauvegardé deux jeux de réglages perso. Celui par défaut et celui-ci. Pour en savoir plus sur cet aspect, consultez le manuel utilisateur page 280.

Choisir rapidement le format de cadrage

36 Mpx, si ça peut laisser dubitatif quant à la qualité des images produites, tout le monde s’accordera à dire qu’en terme de flexibilité et d’option de recadrage, l’apport est énorme. Si l’option APS-C est vraiment limite avec les Nikon D3s car les images qui en résultent sortent avec une résolution de 5,3 Mpx, 7,1 Mpx pour un D4, alors que le même rapport avec un D800 voit produire ce dernier des Raw de 16 Mpx ! Ça laisse de la marge et rend ce dernier drôlement polyvalent.

Si Nikon n’a pas jugé bon d’offrir des formats Raw d’une résolution plus faible que 36Mpx comme le propose Canon, on pourra modifier la zone de cadrage pour abaisser le poids des Raw. Malheureusement  il faudra composer avec le nouveau facteur de crop. Si Nikon faisait évoluer son micrologiciel dans le bon sens, le D800 serait une véritable bombe. Mais il cannibaliserait le D4. M’enfin, quand même… Ça boosterait les ventes de D800 et ça me ferait drôlement plaisir !

Si comme moi vous ne voulez pas vous encombrer d’objectifs lourds et encombrants, quelques objectifs fixes bien choisis vous rendront de fiers services avec un D800. Pour jongler facilement d’un rapport de recadrage à l’autre, j’ai associé la fonction « Choisir la zone de cadrage » à la touche Fn + la molette de commande (Réglage personnalisé f4, page 314 du manuel). Un pur bonheur !

Petite astuce, pour griser la zone en dehors du recadrage actuel, désactivez réglage personnalisé a5, page 284 de manuel utilisateur.

Zoom rapide

Pour éviter d’appuyer plusieurs fois sur les boutons loupe à gauche du boitier pour juger de la qualité d’une cliché en mode de Prévisualisation, je configure le bouton central du sélecteur pour basculer alternativement de la visualisation plein écran au mode loupe, après avoir opté pour le mode de grossissement modéré pour le réglage personnalisé f9, pages 309 et 310 du manuel.

Aller plus loin avec son D800

Optimiser la dynamique

S’il est un sujet où le numérique a considérablement fait des progrès, c’est au niveau de la dynamique. Attention, ce n’est pas la proportion du boitier à réagir, mais plutôt celle à encaisser les gros écarts de contraste. Dans ce domaine, le D700 était et reste un excellent boitier, mais le D800, malgré des photosites plus nombreux, propose une latitude de correction impressionnante et fait jeu égal avec les références du marché. Jusqu’à 1600 ISO il reste le meilleur en terme de rendu.

Attention, ne vous trompez pas. La plupart des personnes — lorsque l’on parle de dynamique — jugent l’affaire sur la capacité des boîtiers à récupérer les hautes lumières… Si l’exposition dite « à droite » atténue le risque de montée du bruit numérique, elle est aussi plus disposée à brûler les hautes lumières et créer des aplats, si elle n’est pas maîtrisée. Elle est aussi plébiscitée car en abaissant l’exposition, on garde un maximum de détails dans les ombres. Mais ça, c’était avant le D800.

Le Nikon D800 n’est pas taillé pour exposer à droite… Avec une sur-exposition de +1 IL la récupération des hautes lumières n’est pas du tout convaincante.

 

Avec un D800, vous allez pouvoir retrouver facilement de la matière dans les ombres. Les ombres… C’est en fait l’un des points faibles du numérique. Bien que des subterfuges permettant de les rehausser aient vu le jour ses dernières années, il n’en restait pas moins que les fichiers bruts étaient pauvres dans cette partie de l’histogramme. Heureusement, le D800 nous a réconcilié dans ce domaine. J’ai été véritablement bluffé par la capacité de l’imageur Nikon à trouver de la matière là où je pensais qu’il n’y en avait plus. Et cela avec une monté des petits pixels colorés et blanchâtres anarchiques maîtrisée (le bruit) !

Ici, le rattrapage de 3IL ne pose aucun problème. On est bien sûr à 160 ISO, mais aucune monté de bruit ne se fait sentir. On adore…

Si l’on doit certainement cela à un travail de tout premier ordre de la part du service R&D, la possibilité de travailler avec un fichier brut en 14 bits n’y est pas étrangère. En Raw 12 bits, nous avons 4096 nuances de luminosité par couche de couleur (Rouge, vert, Bleu), contre 256 en Jpeg. En 14 bits, on passe à 16384 nuances par couches ! Effectivement, les fichiers sont plus lourds, mais en optant pour une compression sans perte dans les réglages du boitier, vous maintiendrez un niveau acceptable…  C’est le prix à payer pour profiter à 120% des Raw du D800. Étrangement, cette option est calibrée par défaut pour du 12 bits. Vérifiez dans le menu « Prise de vue>Enregistrement NEF (RAW) » (page 86 du manuel) que l’échantillonnage des NEF se fait bien en 14 bits et que l’enregistrement est configuré sur « Compression sans perte ».

D-Lighting Actif

Pour rester sur la dynamique, si vous dématricez vos Raw avec Capture NX2, paramétrez le D-Lighting actif sur le mode Auto (page 175 du manuel). Sans ce réglage, le D-Lighting dans le panneau Développement ne pourra pas être configuré et vous perdrez le meilleur de ce que peut apporter cet outil. Maintenant, sachez que cette technologie n’est pas pris en charge par les autres dématriceurs de Raw.

Pour bénéficie des avantages du D-Lighting actif, il faudra activer l’option dans les réglages du D800. Sans ce pré-requis, le menu en jaune restera irrémédiablement grisé…

Sensibilité

La sensibilité ISO et ses qualités sont des sujets qui ont largement fait débat à l’annonce du Nikon D800. Les uns jugeant qu’un capteur de 36 Mpx ne peut pas rivaliser avec un 12 Mpx ou un 16 Mpx, les autres argumentant que ISO et résolution ne sont pas forcément incompatibles. C’est à vrai dire toujours un peu le même discours dès qu’un reflex repousse un peu plus loin les didacts de la résolution…

Nikon D800 – Sigma 150 f/2.8 macro non OS
Main levée au 1/40ème – f/3.2 – 1600 ISO

 

Avant de tordre le coup à certaines idées pré-formatées, nous allons voir comment exploiter au mieux les nouvelles options du D800 en matière de configuration des ISO et les nouveautés par rapport au D700.

Le contrôle automatique de la sensibilité ISO est une avancée considérable par rapport au D700 qui en est dépourvu.

Différemment du D3s, le Nikon D800 apporte un réglage supplémentaire dans le gestion des ISO : le mode «Sensibilité ISO Auto». Avec cette option, l’appareil gère les ISO afin d’opter pour une vitesse d’obturation minimale qui soit en adéquation avec l’objectif utilisé. Pour se faire, celui-ci s’inspire de la règle qui veut que pour éviter les flous de bouger, il faille ne pas descendre en deçà de l’inverse de la focale employée.

Une fois paramétré,  il n’est pas obligatoire de repasser par le menu du D800 pour activer ou désactiver la gestion automatique des ISO. maintenant seulement la touche ISO enfoncée et tourner la molette avant sur le boitier.

Par exemple, vous montez un 70-200mm, et bien quand vous êtes à 105mm, l’appareil adoptera une sensibilité qui permettra de ne pas descendre en dessous du 1/100ème de seconde. A 200mm vous serez au minimum au 1/200ème.

Ça  c’est pour un réglage « normal ». En effet, on peut influencer l’automatisme en jouant sur une échelle de 5 paliers allant de « Plus lent » à « Plus rapide ». « Plus lent » correspond à une vitesse d’obturation plus faible que celle qui est conseillée. À configurer quand on utilise des  objectifs stabilisés. « Plus rapide » quand on a la tremblote ! Le point milieu correspondant exactement à la régle énumérée ci-dessus.

La gestion automatique des ISO permet de mieux se concentrer sur la prise de vue

 

Dommage que le D800 ne reconnaisse pas automatiquement la présence d’un système de stabilisation.

Concrètement, on trouve ces réglages au sein du menu « Prise de vue>Réglage de la sensibilité » avec une présentation détaillée en page 111 du manuel utilisateur.

Vidéo

Si d’aventure vous voulez vous initier à la vidéo, voici quelques pistes bonnes à savoir avec le D800. Pour une utilisation optimale, fixer le scintillement (« Menu Configuration>Réduction du scintillement ») à 50Hz.

 

Pour les autres paramètres, rendez-vous dans le menu « Menu prise de vue>Paramètres vidéo>Taille d’image/Cadence » et chosissez 1920 x 1080 ; 25vps. Soit une résolution de 1920 x 1080 en 25 images par seconde. 24 vps correspond à la cadence utilisée au cinéma et apparemment avec les Bluray. Maintenant, les écran TV pleinement compatibles ne sont pas encore légion…


Coté du « Menu Réglages Perso>Vidéo« , j’ai personnalisé la commande Fn (g1) pour régler le diaphragme, ce qui a pour effet d’attribuer la gestion de la fermeture de celui-ci avec la commande d’aperçu (g2). Attention, cette fonctionnalité n’est disponible qu’en mode A et M, et seulement avant l’enregistrement (contrairement à certains écrits littéraires sur le sujet…). Enfin, le bouton de mémorisation de l’exposition me sert à ajouter un repère (g3).

Lorsque le réglage personnalisé g4 est configuré sur « Enregistrement de vidéos » une télécommande filaire peut piloter l’enregistrement vidéo à distance (page 324 du manuel utilisateur).

Dernières astuces, privilégiez le mode manuel avec une obturation au 1/50ème. Cela pour être en phase avec notre réseau électrique de 50Hz ainsi que nos 25 img/s.

Quelques vérités…vraies

Il est étrange de voir les commentaires qui ont pu pleuvoir sur le Nikon D800. Que ce soit à son annonce, ou après. Bon, avouons que Nikon n’avait peut-être pas tout prévu et que les problèmes d’AF par exemple ne sont pas ou n’étaient pas fictifs. J’en ai personnellement fait les frais et mon boitier a du retourner par deux fois au SAV. La première fois, il est revenu « calé » mais au travers des microréglages que propose le boitier ! Bravo. Bien joué. Seulement, je n’avais pas livré l’ensemble de mes objectifs, donc, tout était loin d’être parfait. Et hop, retour au SAV. Si la première approche coté SAV Pro s’est bien passé, la seconde fois, de l’autre coté (la boutique pour les « amateurs »), j’ai eu l’impression d’être pris de haut. « Vous êtes Pro ? », « Vraiment ? », « Vous avez votre carte ? ». Et ben, disons que pour la carte, je l’ai attendu 4 mois après ma demande… Enfin, bref, ce n’est rien de bien méchant, mais c’est pour le principe.

 

Bon, finalement, l’appareil est revenu (en province) vierge de microréglages, mais cette fois-ci avec un AF aux petits oignons. Ouf ! Tout ça, m’aura tout de même couté presque 3 semaines, entre les 2 immobilisations et le laps de temps qu’il m’a fallu pour renvoyer mon appareil au SAV. Sans prêt d’un autre boitier comme vanté sur le site du service Pro… Disons à leur décharge que je ne l’ai pas demandé, mais on ne me l’a nonplus, pas proposé.

La précision de l’AF est nulle et il vaut mieux un D3s…

Le D800 ne sait pas faire la mise au point. Fuyez ce boitier conçu en dépit du bon sens et à l’emporte pièce. C’est plus ou moins ce que l’on pouvait lire ci-et-là sur les forums emplis de photographes hors-pair qui ont tellement de travail qu’ils passent leur temps à raconter n’importe quoi. Je ne critique pas les gens qui y cherchent une réponse, mais plutôt ceux qui les phagocytent en croyant avoir la parole divine.

Le meilleur, c’est de voir des protocoles farfelus qui tentent de comparer à 100% les fichiers bruts de D3s avec ceux du D800. Qu’elle hérésie ! Le summum du n’importe quoi. Pour faire un comparatif éloquent, il faut le faire à partir d’épreuves ayant une résolution identique, soit 4 256 x 2 832 pixels pour être à la taille maximale des fichiers délivrés par le D3s.

– Le Pic Saint Loup (Hérault) –

 
Nous nous sommes amusés à faire le test et le constat est loin d’être si alarmant pour le D800. Un petit article spécifiquement dédié va bientôt venir étayer tout cela. Prenez garde à ne pas chercher à couper les cheveux en 4, car sur un écran sans zoom à 100% (qui publie des photo en pleine résolution sur le Web… ?)  ou sur un tirage papier, on aura bien du mal à faire le distingo entre une photo issue d’un D3s ou d’un D800. Sauf au-delà de la résolution du D3s !

Donc, affaire à suivre très prochainement…

Au final

En conclusion, le Nikon D800 est un excellent appareil qui a eu ses défauts de jeunesse, mais qui aujourd’hui ont une réponse et sont traités. Sa dynamique, sa propension à récupérer des détails dans les ombres et ses options de personnalisation me ravissent. J’ai eu effectivement des moments de doutes lorsque j’ai été confronté au problème d’AF, mais c’est maintenant lointain.

Mais pour autant, le D800 n’est pas parfait et quelques petites améliorations logicielles pourraient le rendre incontournable. Je pense surtout à 2 options telle que le « Peaking » et la possibilité d’enregistrer des Raw dans une résolution moindre.

Focus Peaking sur un LCD externe Marshall. Une option qui serait bien venue…

 

Pour la première, c’est une fonctionnalité que proposent les moniteurs LCD externes, et qui permet par coloration des pixels, de voir les zones de l’image qui sont nettes. Sony propose nativement cette fonction. Pour ceux qui connaissent Capture One Pro, ça s’apparente à l’outil Focus Masque (menu « Présentation>Voir Masque Focus« ).

Pour la seconde (« mini » Raw) on pourrait alors envisager d’augmenter la cadence en rafale mais aussi de préserver la capacité de nos disques tout en accélérant le post-traitement. Mais ne nous leurrons pas, agir de la sorte serait marcher sur les plates-bandes du D4 et peut-être le futur D4s…