Exposition – Le devoir de memoire

sept 24, 2008 Pas de commentaire

A l’occasion de la journée nationale de reconnaissance des Harkis par l’Etat français et le 60ème anniversaire des Droits de l’Homme, le prestigieux musée de l’Armée a choisi de présenter 50 clichés de la photographe Elisa Cornu. Ces photographies se trouveront réparties sous les galeries de la cour d’honneur de l’Hôtel national des Invalides, haut lieu de mémoire de l’histoire de France.
Vous aurez le loisir de pouvoir visiter la galerie du 25 septembre au 15 novembre 2008. Entrée libre et gratuite tous les jours de 7h30 à 19h.

Plusieurs volets

Intitulée « Harkis –Portraits au camp des Invisibles », cette exposition s’articule autour de 2 volets :

- Le premier volet présente un travail qui s’est construit sur une année à la Cité du Brogylum et comprend une série de portraits des trois générations : harkis, enfant, petits enfants.
C’est le jeu entre le réel et le visible.

Les strates du visage composent le reflet de toute l’humanité selon Levinas.
Les portraits témoignent de cette expérience et du questionnement sur la mémoire, sur la reconnaissance et l’altérité, qui donnent forme à des moments vécus inscrits sur leur visage, tels des strates, en les soustrayant à l’insignifiance et à l’oubli.
- Le deuxième volet – le camps du logis d’Anne, traite de la dimension du paysage et de la problématique de l’exil.
Par des photographies de paysages du camp abandonné, c’est la poétique de la trace qui inscrit le dialogue entre la présence et l’absence.

La suite de la revue de presse au format PDF.

Un peu d’histoire

Cette journée nationale est une bonne opportunité pour se souvenir, ou pour certains de savoir qui sont les Harkis. Pour vous y aider, je vous conseille de consulter cet article ;-)

Autres articles intéressants

A propos de l auteur

Profil de l auteur non disponible
Pas de commentaire pour le post “Exposition – Le devoir de memoire”

Laissez un commentaire

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.