[Lightroom 5] Trucs et astuces pour convertir ses photos en Noir & Blanc

mar 28, 2014 2 Commentaires

Noir et blanc Lightroom

A l’époque de l’argentique, développer du noir et blanc n’était pas très difficile, mais il fallait trouver une pièce pouvant facilement être occulté, avec un point d’eau, une évacuation et éventuellement fermant à clef. Généralement, pour débuter, la salle de bain présentait les caractéristiques idéales…

La vulgarisation du numérique nous a permis de réhabiliter la salle de bain à sa vocation principale : se laver ! Fini aussi la fastidieuse opération du décapsulage de pellicule et la mise en place à l’aveugle du film sur la spirale des cuves Patersons…L’ordinateur et les imprimantes jet d’encre ont remplacé l’agrandisseur et autres bacs de chimie. S’il reste un coté nostalgique à l’évocation de ces souvenirs, les progrès du traitement d’image font que les produits qui existent aujourd’hui n’ont pas à vous faire regretter cette époque.

Lightroom et le Noir et Blanc

De nos jours, tout bon logiciel de post-traitement offre la possibilité de convertir des clichés en noir et blanc. Certains avec plus ou moins de bonheur, mais parmi les ténors, tous se valent plus ou moins. Attention, on ne parle pas ici de simple désaturation. On parle aussi de filtres applicable pour renforcer la présence du ciel par exemple, d’ajout de grain, de vignettage ou encore de virages de couleur pour singer les tirages d’antan.

Silver Efex Pro 2

Silver Efex Pro2 est un plug-in associable à Lightroom en tant qu’éditeur externe. Une solution qualitativement excellente. Mais Lightroom n’est pas en reste…

Lightroom possède tout ce qu’il faut pour ça : mélangeur de couches, courbe des tons, corrections locales… Tout un artifice de haute volée. Et comme si ça ne suffisait pas, on peut même appeler un plug-in spécialisé tel que Silver Efex Pro 2, Dxo Film Pack ou Topaz B&W Effects pour ne citer que les plus connus.

Le mélangeur de couches

Le mélangeur de couches est un outil très connu des amateurs d’images monochromatiques. Pour se voir affublé du titre de convertisseur N&B, posséder cet outil est indispensable. Lightroom n’échappe pas à la règle. Pour l’activer, il suffit tout bonnement de se rendre dans le module Développement de Lightroom et de cliquer sur NB.

Lightroom mélangeur de couches

L’image est alors transformée en noir et blanc, et le mélangeur de couches laisse apparaitre 8 curseurs de réglage. Par défaut, Lightroom applique un ajustement automatique qui permet d’obtenir une image présentant un bon équilibre général. Toutefois, le logiciel laisse le loisir d’agir sur 8 teintes afin de renforcer le contraste entre les plage de gris.

Lightroom Black and white

Ci-dessous, la transformation en noir et blanc laisse entrevoir que l’on a perdu le contraste de couleur entre l’arrière plan vert et le coquelicot. Dans la figure 4, on a abaissé la luminosité des verts pour qu’ils tranchent plus avec le coquelicot… C’est typiquement ce que l’on fait avec une photo de paysage où l’on cherche à contrasté le bleu du ciel avec le reste du paysage. On pourra renforcer localement l’effet avec les outils de correction locale en jouant sur la Température et la Teinte.

Lightroom Noir et blanc

1-Image d’origine ; 2-Simple désaturation ; -3-Paramètres par défaut du mélangeur de couches ; 4-Personnalisation du mélangeur de couches avec renforcement des verts.

En fait le mélangeur de couche vient en complément de la courbe des tonalités. Le premier agissant sélectivement sur le contraste, alors que le dernier travaille de manière globale.

Avant de voir faire pour interagir encore un peu plus sélectivement sur le contraste, laisser moi vous rappeler la présence du TAT.

2014-03-27_16-07-20
Disponible tant avec le mélangeur de couche qu’avec la courbe des tons, l’emploi du TAT est très intuitif. Cliquez sur son icone, placez le curseur sur la sélection à influencer, maintenez le bouton gauche de la souris enfoncé et déplacez celle-ci vers le haut ou le bas de l’écran pour voir tout de suite son effet. Magique !

Un substitut au mélangeur de couches : l’ Etalonnage de l’appareil photo

Un des principaux inconvénients du mélangeur de couches est que l’on peut lui trouver certaines limites dès que l’on joue un peu excessivement avec ses curseurs. Ces limites se matérialisent à l’écran par des aplats et des cassures dans la transition entre les niveaux de gris.

Posterisation

L’emploi excessif du mélangeur de couche engendre de la postérisation qui se caractérise par des cassures dans les transitions de gris.

La personnalisation des curseurs du panneau Etalonnage de l’appareil photo limite cette postérisation. Cette option sera à privilégier, même s’il reste possible de travailler aussi avec le mélangeur de couche. On peut donc les associer en privilégiant d’utiliser en premier lieu les ajustements du premier volet.

Lightroom noir et blanc

Les curseurs du panneau Etalonnage de l’appareil photo permettent de jouer sur les nuances de gris que l’on ait désaturé l’image via les réglages de base ou via le mélangeur de couches.

 

Désaturation partielle

L’inconvénient de l’emploi du mélangeur de couche est qu’il n’est pas possible de désaturer partiellement les éléments d’un cliché. Pour cela, il faudra transformer l’image en nuance de gris au travers du curseur Saturation qui se trouve dans les Réglages de base.

Desaturation partielle lightroom

Après avoir désaturé l’image dans le panneau Réglages de base, nous avons appelé le pinceau en cochant la case ‘Masque automatique’, puis nous avons ravivé la teinte en passant le pinceau sur les fleurs.

Selon l’importance des sujets à convertir en niveau de gris, l’approche sera différentes. Tantôt on désaturera l’image avec le curseur Saturation pour ensuite raviver ce qui doit l’être à l’aide du pinceau (option choisie ci-dessus), tantôt on prendra l’option de désaturer localement que ce qui nous intéresse, mais toujours à l’aide du pinceau.

Pourquoi privilégier principalement le pinceau ? Parce qu’il est le seul outil de correction locale à proposer la notion de masquage automatique. Cette option permet d’appliquer une correction de manière locale mais aussi sélective en ne sélectionnant que les pixels possédant les mêmes caractéristiques.

Colorisation partielle avec Lightroom

L’emploi du mélangeur de couche n’astreint pas à se passer de touches de couleur. Ici, nous avons teinté un à un chaque pavot.

Heureusement, on peut utiliser le mélangeur de couche tout en ayant l’opportunité de rajouter localement de la couleur. Ci-dessus, nous avons traité notre image en niveau de gris avec le mélangeur de couches, puis avec le pinceau, nous avons colorisé les fleurs des pavots. Et l’effet n’en est pas moins efficace…

Conclusion

Après ce petit tour du propriétaire, nous espérons que vous allez regarder vos photos différemment et peut-être leur donner une interprétation à laquelle vous n’aviez pas songé…

Sachez que si nous n’avons pas parlé du Virage Partiel, du Vignettage, de l’ajout du grain, ou de l’emploi du curseur Clarté, ni de l’impact de la balance des blancs, ces éléments sont des pistes qu’il serait bon que vous exploriez pour personnaliser vos photos.

Avant de nous quitter,voici mes derniers conseils:

- Shootez en Raw

- Préférez l’onglet étalonnage pour jouer sur le contraste des couleurs (ou plutôt des gris)

- Rappelez-vous l’existence du TAT

- Si vous desaturez des éléments à l’aide du pinceau jouez avec les curseurs Température et Teinte.

- Si vous voulez rajouter de la couleur à vos photos noir et blanc, pourquoi ne pas les coloriser ?

- Tester, explorez et amusez-vous !

Autres articles intéressants

, ,

A propos de l auteur

Profil de l auteur non disponible

2 commentaires pour le post “[Lightroom 5] Trucs et astuces pour convertir ses photos en Noir & Blanc”

  1. Trucs et astuces pour convertir ses photos en Noir & Blanc says:

    [...] Lire l’intégralité de cet article sur fotopassion.fr [...]

  2. Thomas B says:

    Un très bon tuto. Merci pour les conseils et la clarté de tes explications.

Laissez un commentaire

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.