Photographier la montagne

juin 12, 2008 Pas de commentaire

Photographier la montagneQu’elle bonne idée que l’édition d’un guide photographique sur la montagne. Les Editions VM ne s’y sont pas trompées en confiant la rédaction d’un tel ouvrage à deux spécialistes de la discipline en la personne de Bertrand Bodin photographe passionné de montagne et Corinne Bruno journaliste qui l’a assisté sur de nombreux livres ayant pour sujet les Hautes Alpes. Cerise sur le gâteau, Bertrand a bien voulu se prêter au petit jeu des questions-réponses.

Passionnant

Dès les premières pages on voit que les auteurs sont de véritables amoureux de la nature. C’est sans nul doutes pour cette raison que cet ouvrage se parcours aisément. Ici, pas de technique assommante. Juste l’essentiel. L’autre particularité de ce guide c’est qu’il est agrémenté de photos sublimes qui donnent réellement envie de mettre en application tout les conseils prodigués :-)
Côté pratique, le format « semi-poche » fera de ce livre un compagnon idéal lors de vos balades.
Si vous n’aviez pas encore trouvé de destination pour vos vacances, Photographier la montagne et le site de Bertrand risque de vous donner des idées…

Bertrand Bodin est aussi un grand amateur de Panoramique

Bertrand_Bodin.jpg

L’interview

FotoPassion

Bertrand,

Vous êtes l’auteur de nombreux ouvrages sur les Alpes. Néanmoins, sur votre site, vous êtes décrit comme un photographe qui « cultive son refus de se laisser enfermer dans un style photographique et explore toutes les approches de l’image. » N’y-a-t’il pas une ambiguïté ?

Bertrand Bodin

C’est une rencontre avec Denis Brihat qui m’a décidé à devenir photographe. Voilà donc 35 ans que je suis photographe professionnel. J’ai commencé par le labo noir et blanc, puis couleur. Après le portrait en studio, le reportage mariage, l’industrie, l’architecture, la mode, le reportage, je me suis installé dans une station de ski à 1850m d’altitude pour y profiter de la qualité de la vie. Après 7 ans de photo filmage, je me spécialise illustration puis en sport de montagne dont l’aboutissement sera la couverture des Jeux Olympiques d’hiver à Alberville pour l’agence Gamma. Ensuite, je reviens à mes premiers amours, la photo de nature grâce à une commande du Parc national des Ecrins. Je bascule dans le numérique dès l’apparition du 1er boitier plein format 24×36 Canon et développe ma perception du paysage avec le panoramique. Parallèlement à mon activité économique, je continue mes travaux personnels en noir et blanc, explore toutes les technique Polaroid et participe régulièrement à des expositions personnelles ou collectives avec d’autres artistes, écrivains, peintres, sculpteurs, plasticiens…

FotoPassion

Ces temps semble difficiles pour les photographes et les passionnés qui veulent se lancer dans cette activité ne sont pas assurer d’y trouver leur compte. Quel conseil pourriez-vous leur prodiguer ?

Bertrand Bodin

Les temps sont en effet difficiles pour les photographes professionnels et encore plus pour des passionnés qui veulent en faire leur métier. Ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui ont eu une vrai formation (études, stages …) ou ceux qui possèdent un vrai talent. On ne s’improvise pas photographe et il ne faut pas oublier que le professionnel réalise les images que son client lui demande à contrario d’un amateur qui fait les images qui lui plaisent. Comme beaucoup de métier, celui-ci ne s’improvise pas. Le conseil que je pourrais donner pour celui qui veut débuter est de remplacer le mot photographe par cuisinier. Sil l’on veut jouer dans la cour des « grands », il faut acquérir toutes les compétences c’est énormément d’efforts et de persévérance pour transformer son Mac-Do en 4 étoiles au Michelin. Pour en vivre, en avoir conscience évitera que les petits clics se transforment en grande claque !

Mais il y aura toujours de la place pour un jeune auteur qui à des choses à dire par l’intermédiaire de l’écriture photographique. En photographie, tout a été fait et pourtant, il reste tout à faire !!!

FotoPassion

Pensez-vous que le numérique va relancer cette activité ?
D’ailleurs le terme graphiste ne serait-il pas plus approprié à celui de photographe ?

Bertrand Bodin

L’arrivée du numérique à fait bondir l’activité. Cela révolutionne la technique et la simplifie énormément.
Les amateurs ne s’y sont pas trompés. Il reprennent gout à l’acte photographique et les quantités d’images réalisées en numérique deviennent vertigineuses par rapport à l’argentique.
Le photographe est une personne qui réalise une image, un graphiste est quelqu’un qui la met en page. Le photographe est avant tout un auteur. D’ailleurs, le terme utilisé est souvent photographe auteur.

L’arrivée du numérique a permit au photographe de développer beaucoup plus facilement ses images et se passer de plus en plus du laborantin qui développait les images argentiques. Les nouveaux laborantins deviennent des retoucheurs et je préfère même le terme d’optimiseurs d’images. C’est un métier en devenir qui exige de grandes compétences photographiques et les graphistes en manquent souvent.

J’optimise moi-même toutes mes images numérique avec d’autant plus de facilité que j’ai eu une formation de photographe laborantin argentique. J’ai remplacé la lampe inactinique et les produits chimiques par un ordinateur véloce. Mais la philosophie d’amélioration de l’image est la même.

Fan de son travail, les questions étaient nombreuses dans mon esprit, mais je ne pouvais tout de même pas abuser de la gentillesse et de la disponibilité de Bertrand. Je le remercie donc très sincèrement.

Cote d’amour: +++++

Autres articles intéressants

, , ,

A propos de l auteur

Profil de l auteur non disponible
Pas de commentaire pour le post “Photographier la montagne”

Laissez un commentaire

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.