Archives par étiquette : Actualité

[Livre] Notre coup de coeur : Les memophotos

Parues au mois de juin, les Memosphotos d’Anne-Laure Jacquart aux Editions Eyrolles nous ont enchanté et il serait malheureux de ne pas en parler. Tout autant vis à vis de l’auteur qui a réalisé un véritable travail pédagogique, que de l’éditeur qui a pris le risque de se lancer un format original, que des photographes pour qui ces fiches sont une aubaine.

Après 2 ouvrages parus chez Eyrolles, Anne-Laure récidive avec apparemment toujours autant d’envie pour vous faire progresser dans la pratique de la photo. Cette fois, ça se matérialise au travers de 2 dépliants ayant pour thème Les réglages de l’appareil et La Composition étape par étape. Composés chacun de 13 feuillets, l’auteur vous explique les bases de la prise de vue avec un appareil photo : angle de vue, cadrage, impact visuel, vitesse, obturation et exposition n’auront plus de secret.

"Composez, réglez, déclenchez !" est le premier ouvrage d'Anne-Laure Jacquart aux Editions EYrolles. Par manque de temps, nous n'avions pas chroniqué «Composez, réglez, déclenchez ! La photo pas à pas », mais nous avions pensé beaucoup de bien.

Ne vous méprenez pas et ne pensez pas avoir à faire à un simple condensé des pratiques usuelles. Le travail de vulgarisation qu’Anne-laure a effectué est vraiment remarquable. Habituellement les articles et livres traitant de ce sujet sont assez rébarbatif et pas toujours très abordables pour les novices. Ici, l’angle d’approche est parfait, rythmé par des exemples, de petits croquis et des tableaux synthétiques.

Notre Avis

Vous avez bien compris que ces fiches sont notre coup de coup de coeur de l’été et nous vous invitons à ne pas passer à coté. Comme on ne le répète jamais assez, c’est aussi une très bonne idée cadeau, qui associée ou décalé avec l’achat d’un reflex, sera grandement apprécié. Nous pensons même que les fabricants d’APN devraient s’en inspirer, et pourquoi pas les distribuer avec leur boitier.

Où les trouver ?

Les Memophotos sont disponible dans les grandes librairie ou tout simplement au travers de la boutique en ligne Eyrolles –ICI– au prix unitaire de 6,90€.

Photoshop est né à Marseille…

Non, le titre n’est pas racoleur. Photoshop est bien né à Marseille, d’ailleurs, son siège social s’y trouve toujours et il est à vendre !

On aurait été un premier avril, vous auriez eu du mal à me croire… Moi aussi d’ailleurs, car même oeuvrant dans la région, je n’en connaissais pas l’existence, jusqu’au moment où j’ai ouvert le journal, ou plutôt quand je l’ai refermé. Là, en dernière page le quotidien La Provence relate une histoire des plus savoureuses.

En 1966, Jacques Colletti, photographe de profession, ouvre son magasin photo à Marseille. A la recherche d’un nom pour son commerce, il trouve que Photoshop sonne bien. Il l’enregistre auprès de la chambre des métiers et de l’artisanat, et les années passent. En 1989, Adobe lance la première version de son logiciel de traitement photo : Photoshop. Précurseur et visionnaire, Photoshop devient rapidement incontournable dans le traitement et la retouche numérique.

Les 20 ans Photoshop en image. Réalisé par Jesus Diaz de Gizmodo. Il ne manque que CS5…

Alors qu’il aurait pu (et dû ?) se retourner contre la société Californienne, Jacques Colletti n’en fera rien. Plutôt flatté, il ne trouve pas d’intérêt à titiller Adobe qui lui fournit un outil de travail en parfaite adéquation avec son activité. Avec l’émergeance de l’internet fin des années 90, notre Marseillais décide de s’afficher sur la toile. Il demande alors à enregistrer un nom de domaine et ne trouve pas plus simple que de déposer l’URL Photoshop.fr. Alors libre, l’enregistrement se fait sans anicroche.

Comme tout vient à point à qui sait attendre, arrive enfin l’âge de la retraite. Jacques met alors en vente son affaire, nom de domaine compris. Au bout de quelques semaines, le voilà destinataire d’un courrier d’Adobe le mettant en demeure de ne plus utiliser le nom de domaine Photoshop.fr. Après presque 45 ans d’activité (le logiciel Photoshop vient de fêter ses 20 ans…) et une dizaine d’années d’exploitation de son site internet, Adobe se réveille…

Que Nenni. Après quelques échanges, Jacques se voit proposer une somme inférieure à 10 000€ pour l’achat de Photoshop.fr. Notre homme n’étant pas à se faire duper (44 ans de commerce, ça marque), fait estimer son bien par la chambre des métiers : 80 000 à 85 000€, pas moins. En fin de compte, Adobe France a indiqué à un journaliste du journal de La Provence, stipulant qu’ils ne donneront pas suite à cette affaire, que ce soit financièrement ou juridiquement.

C’est un grand «Ouf » de soulagement qu’a poussé Jacques à la lecture de la nouvelle. Il faut bien trouver à s’occuper à la retraite, mais de là en partir en croisade contre Adobe.

En conclusion, on retiendra, qu’il faut être très prudent à l’enregistrement d’un nom de domaine, et que l’inscription d’une marque auprès de l‘inpi est préférable pour éviter tout problème  et préserver vos droits au moment venu.

Si l’on pourrait reprocher à Adobe de ne pas avoir sorti le chéquier, on peut les féliciter de semble-t’il ne pas vouloir s’engager dans une procédure juridique, qui quelle que soit l’issue, n’est bonne pour personne. D’autant, que dans ce cas il n’y a pas de véritable spoliation.

Si le coeur vous en dit, l’affaire de Jacques est toujours à vendre.

Une mission de la photographie

Passé quelque peu inaperçu, un communiqué de presse datant du 25 mars 2010 relate que Frédéric Mitterrand, ministre de la culture, a créé une mission de la photographie. Confiée à Daniel Barroy (secondé par Manuel Bamberge), cette mission à pour but :

Je cite :

· renforcer et améliorer les politiques de conservation et de diffusion
· trouver des réponses adaptées à la préservation et à la transmission des
fonds photographiques menacés de disparition ou de dispersion
· veiller à la plus large diffusion possible des richesses des fonds
photographiques
· réfléchir avec l’ensemble des acteurs concernés afin d’adapter l’action
publique aux mutations techniques et économiques du secteur et à son
évolution
· proposer des axes de travail, avec les services et les professionnels
concernés afin de faire rapidement un diagnostic sur ce secteur.

Télécharger le communiqué de presse au format PDF

Véritable prise de conscience du malaise qu’il existe autour de la profession de photographe ou sucre d’orge pour assagir les photographes ? En tout états de cause il est bon de voir que peut être que les choses pourraient évoluer. A noter que ce communiqué est apparue le jour même de la présentation des nouvelles Rencontres Photographiques d’Arles, dont l’édition 2010 ouvrira ses portes du 3 juillet au 19 septembre 2010. Mais nous vous en reparlerons d’ici quelques temps avec un présentation un peu plus complète.