Archives par étiquette : astuce Aperture

[Astuce] Créer un négatif avec Lightroom, Aperture, NX2, C1 et autres…

Le genre humain est bien étrange. Avez-vous remarqué comme quoi il est rarement satisfait ? Quand il a ce qu’il veut, il lui arrive régulièrement de vouloir son contraire…

Pour anticiper, combler ou confirmer ce constat nous allons vous expliquer comment inverser la tonalité d’une image pour obtenir un effet « Négatif ».

Avec Lightroom, Capture NX2 et Aperture 3…

Comme il en fallait un pour l’exemple, nous avons porté notre choix sur celui qui nous semble à ce jour le plus couramment utilisé : Lightroom. Mais les explications qui suivent sont aussi valables pour Capture NX2, Aperture 3 et les plug-ins Nik Software.

De gauche à droite les courbe paramétriques modifiées de Lightroom, Aperture 3, Capture NX2, HDR Efex Pro 2 de Nik Software. Les autres plug-ins de la suite Nik Software sont aussi compatibles avec cette astuce. Dont Silver efex Pro 2…

Jusqu’à la version 2 de Lightroom, il fallait faire preuve de ruse… La manipulation demandait à créer un fichier .Irtemplate, puis à lui « balancer » des lignes de code. Pour les puristes, il suffisait d’exporter un preset « vierge », puis de changer son nom et les lignes de codes correspondantes aux paramètres de la courbe des tons…

Depuis Lightroom 3 et maintenant Lr4, il suffit d’inverser les seuils du point blanc avec celui des point noir au niveau de la courbe paramétrique. Le procédé s’opère à partir du module Développement et du panneau Courbe des tonalités.

Vérifier que le choix Courbe à points et bien sur « Linéaire »

Saisir avec la souris le point noir (en 1 ci-dessous) et le glisser vers le haut de l’histogramme. Faire l’inverse avec le point blanc (2). Sauvegarder le résultat comme (3).

Bien que sauvegardé dans la base des données des courbes personnalisées, Il existe un autre moyen pour retrouver rapidement cet effet ; en l’enregistrant sous forme de preset. Sans quitter le module Développement, cliquez sur le bouton (+) qui se trouve à droite du titre Paramètres prédéfinis (volet escamotable de gauche).

Ne cocher que les cases Courbe des tonalités et Processus. Dans le cas d’une numérisation de négatifs par lot, appliquez ce paramètre à l’importation des images !

Une mise en garde reste de mise. Comme nous avons inversé la tonalité des clichés, à l’exception des curseurs Contraste,  Clarté, Vibrance et Saturation, tout les autres seront inversés. Par exemple, pour éclaircir l’image, il faudra abaisser la valeur du réglage Exposition, pour réchauffer la balance des blancs, il faudra décaler la température vers la gauche…

Comparaison Avant/Après. A comparer avec la capture ci-dessous…

Après avoir inversé la courbe, en décalant la teinte vers les verts, on coorerise l’image en violet… Tout le contraire de ce qui aurait du se produire… Normal, la courbe est inversée ! Idéal pour réaliser des triptyques.

Une autre piste pour les récalcitrants… Dont C1

Evidemment, nous avons poussé le test avec les logiciels que nous avions sous la main. Forcément, il devait bien y en avoir un de récalcitrant pour confirmer la règle. Capture One de chez Phase One est un de ceux-là.

Mais, c’était sans compter sur notre obstination. Et nous l’avons trouvé ! Il faut dire qu’elle n’était pas loin. À défaut de pouvoir travailler la courbe des tons, nous nous sommes rabattus sur le panneau Niveaux que l’on trouve sous le volet  Exposition.

Faire alors glisser le point noir à mi-course vers le point blanc, puis glisser le point blanc à l’extrème gauche de l’histogramme. Enfin, placer le point noir à la place du point blanc.

En cliquant comme en (1) ci-dessus on pourra créer un Effet utilisable facilement et applicable à la volée à un ou plusieurs clichés.

Pour conclure…

Dans les outils que nous avions à notre disposition, entre autres Capture One, Capture NX2, les plug-ins Nik Software (CEP4, SEP2, HDR Efex Pro 2…), Lightroom 4, nous avons malheureusement rencontré un cas désespérant : Canon DPP. Avec lui, et dans sa version actuelle, il n’y a rien eu à faire.

Convertir une photo en négatif avec Aperture 3 est aussi enfantin qu’avec Lightroom. Le procédé est exactement le même !

Pour les logiciels qui acceptent de voir triturer inverser leur courbe paramétrique, ayez à l’esprit que la manipulation doit se faire sur une courbe linéaire. Aucun point ne doit avoir été posé au préalable. Il faut intervenir en amont du traitement. Toutefois, il n’y a aucune contre-indication à modeler la courbe par la suite.

Capture NX2 n’est pas en reste et l’adjonction de quelques U-Points ci et là, produisent des effets surprenants

Enfin, la plupart des logiciels dispose de fonctionnalités qui permettent de sauvegarder des jeux d’améliorations et ainsi vous permettre d’appliquer votre effet à une ou plusieurs images, voire dès le transfert de la carte mémoire vers le disque dur de votre ordinateur. N’oubliez pas de vous servir de ces propriétés.

[Aperture 3.3] Astuce : retrouver l’outil Tons clairs et Tons foncés de la version 3.2


Bien qu’en attendant Aperture 4.0, Aperture 3.3 ait apporté son lot d’améliorations, il est des choix qui ont fait grincer des dents, et notamment l’abandon des options avancées de l’outil «Tons clairs et tons foncés». Nous ne nous étalerons pas sur le bien fondé de ce choix, qui a ses avantages comme ses inconvénients, mais surtout comment faire re-apparaître l’outil dans la liste des améliorations.

L’astuce pas à pas

Comme cela m’a rappelé la transformation de l’outil «ToneMapper» de Lightzone en «Relight». À ce moment là, les nostalgiques avaient trouvé une parade pour faire revivre leur outil fétiche : rappeler un preset incluant cet outil.

C’est sur la même base que je vous propose aujourd’hui de ressusciter l’outil «Tons clairs et tons foncés» de la version 3.2 d’Aperture.

Etape 1

Se basant sur la capacité d’Aperture à importer des préréglages nous vous avons préparé un Effet (c’est le nom défini par Apple) incluant l’ancien outil «Tons clairs et tons foncés». Téléchargez et décompressez sur le bureau le fichier qui se trouve ici.

Fig.1: Le nouvel outil Tons foncés et tons clairs d'Aperture 3.3

Etape 2

Maintenant, cliquez sur le bouton Effet, puis Modifier les effets, come sur la figure ci-dessous. Le but étant d’accéder au menu qui va permettre d’importer le préréglage que vous venez de décompresser.

Fig.2

Etape 3

Dans la nouvelle fenêtre de dialogue, cliquez sur la roue crantée et optez pour Importer. Recherchez alors le fichier décompressé et importez le.

Fig.3

 

Etape 4

Le nouveau préréglage apparait maintenant dans la liste des effets (Fig.4) et il suffit de l’appeler pour avoir accès à l’ancien outil «Tons clairs et tons foncés» et à tous les paramètres qui lui sont propres.

Fig.4

Fin

Ci-dessous, le nouvel outil de la version 3.3 et celui de la version 3.2 d’Aperture.

Fig.5

Vous voilà maintenant avec le choix du roi… Faites en bon usage.

[Aperture 3] Flux, astuces et raccourcis

Le point fort d’Aperture, et souvent des logiciels tournant sous MAC OS c’est l’opulence des raccourcis clavier. Mais il y en a parfois tellement que l’on a du mal à s’y retrouver et à identifier ceux qui sont indispensables et ceux qui le sont moins. Cela dépend aussi de ses habitudes, et c’est pour cela que je vais vous livrer mes raccourcis clavier préférés avec en bonus un ou deux plutôt méconnus.

Naviguer

Les touches les plus utilisées doivent normalement être [V] et [W]. La première pour basculer alternativement en mode Navigateur, Scinder la vue ou Visualiseur, et la seconde pour naviguer au sein des 3 onglets de l’inspecteur : Photothèque, Métadonnées et Ajustements.

Pour gagner un peu plus de place au sein de l’interface, je masque l’Inspecteur « fixe » avec la touche [i] et j’appelle la palette flottante avec le raccourci [H]. Quand on en est là, l’idéal et de travailler en plein écran [F]. Si vous ne voulez pas travailler dans ce mode, je vous conseille de masquer tout de même la barre d’outils [Shift/Maj]+[T] pour libérer un peu d’espace.

Rien qu’avec ces 5 touches, vous pouvez gagner un temps précieux et surtout un confort appréciable. Un peu dans le même genre, la touche [Z] zoomera l’image à 100%, avec pour centre de l’agrandissement, les pixels se trouvant sous le curseur de la souris au moment du zoom.

Empiler

Prémisse d’une première sélection, l’utilisation des piles est trop souvent mésestimée. Pourtant qui n’a pas réalisé plusieurs clichés d’une même scène, sans pour autant au final, vouloir se séparer de chacune d’elle ? Les Piles (ou Stack en anglais) sont là pour simplifier le catalogage et surtout alléger la visionneuse.

Le principe des piles consiste à regrouper une série d’images de manière fictive. Une fois que la pile sera refermée, une seule photo sera visible dans le navigateur d’Aperture. Le seul élément qui fait savoir que l’on a à faire à empilement, c’est le petit chiffre en haut à gauche de la vignette.

En 1, un ensemble de clichés (et copies virtuelles) associé dans à une Pile. Elle est ici ouverte. En 2, le même ensemble, mais cette fois la pile est fermée.

Le manuel d’Aperture vous explique très didactiquement comment les employer. Les seules recommandations que nous allons faire ici sont :

  • vérifier que dans l’onglet Général des Préférences que la case « Empiler automatiquement les nouvelles… » est cochée,
  • configurer l’empilement automatique, via le menu Piles>Empiler Automatiquement

Déplacez le curseur pour empiler automatiquement les images en fonction de leur heure de prise de vue. Le chiffre à droite représente les secondes…

Enfin, sélectionnez toutes les images qui présentent la même scène, puis empilez-les avec le raccourci clavier [Cmd] + [k]. Pour promouvoir la meilleure d’entre elles, déplacez là avec la souris en tête de liste.
Si vous en voyez pas tout de suite un tel intérêt, pratiquez de la sorte et faites nous confiance.

Cataloguer, chercher

Lors du tri des photos, une première étape consiste à rejeter celles qui présentent des défauts de mise au point, de cadrage, de trop forts sous ou surexposition et autres critères que vous pouvez juger discriminants. La touche [9] rejette la photo active et les touches du pavé numérique 1 à 5 attribuent une notation sous forme d’étoile. [0] annule toute notation. Vérifier pour commencer que toutes les piles sont ouvertes : menu Piles>Ouvrir toutes les Piles.

Signalée à Apple, mais sans correction, malgré les mises à jour qui se sont depuis enchaînées, la touche [/] est censée marquer d’un drapeau la photo sélectionnée. Malheureusement, il y a comme un bogue, car en fait en pratiquant ainsi on rejette l’image ! L’astuce consiste à appeler l’éditeur de raccourcis (Aperture>Commande>Personnaliser) et de redéfinir cette touche comme elle devrait l’être. Pour ce faire, dans le champ de recherche en haut, à droite de la fenêtre de dialogue, tapez « drapeau », puis appuyez sur la touche [/]. Acceptez la nouvelle attribution puis enregistrez les changements sous un nouveau nom.

Une fois cette première sélection effectuée, vient le temps d’affecter les mots clefs. Rien de plus simple : Appelez la palette de mots-clefs [Shift/Maj]+[H] et glissez sur vos photos les mots-clefs adaptés.

Si le champ de recherche est facilement disponible, je préfère passer par la palette flottante Filtre, qui offre pléthore d’options. Prenez vous aussi l’habitude de l’employer [Option]+[F].

Retoucher

Lorsque je travaille mes photos, il m’arrive d’appeler les retouches locales (pinceau) en ayant effectué un zoom. Si j’ai besoin de me déplacer au sein de l’agrandissement, je maintiens la touche [Espace] enfoncée et j’utilise la main pour faire glisser l’image. Je relâche alors la barre d’espace pour voir réapparaitre mon pinceau avec ses réglages. Notez qu’avec le pinceau, appuyer sur la touche [Alt] permet d’activer la gomme…

Pour vous aider à optimiser vos ajustements avec les panneaux Exposition, Courbe et Niveaux maintenez la touche [Cmd] en même temps que vous déplacez les curseurs. [Alt]+[Shift/Maj]+[H] vous alertera sur les zones écrêtées (sombres et claires).

Clou du clou, l’emploi de certains ajustements demande à pouvoir voir l’image au mieux à l’écran sans être parasité par cette fichue palette de l’Inspecteur… Et bien, c’est possible, si vous maintenez la touche [Shift/Maj] enfoncée pendant que vous déplacez un des curseurs des panneaux de réglage. A ce moment, l’Inspecteur s’estompera, ne laissant entrevoir au-dessus de l’image que le curseur actif (CF ci-dessous) !

Un peu dans le même style, en maintenant [Ctrl] enfoncée pendant que l’on clique sur un curseur, une fenêtre de dialogue propose de réinitialiser le réglage.

Classiquement (valable avec la plupart des logiciels aussi bien sous MAC Os que Windows), pensez à utiliser [Cmd]+[Z] pour revenir au paramètre précédent.

Enfin, [M] compare la version initiale du fichier avec celle traitée.

Exporter

Pour exporter la copie de travail, pratiquer tout comme avec Lightroom via l’association des touches [Cmd]+[Maj]+[E].

Mot de la fin

Vous avez avec ce petit article le déroulé d’un flux de production simpliste avec Aperture 3, mais qui présente l’avantage de mettre en avant les raccourcis clavier qui me semblent être les plus utiles à connaitre. Pour une liste presque exhaustive de ces derniers, n’hésitez pas à parcourir l’aide qui se trouve dans le menu d’Aperture 3 sans omettre que vous pouvez déclarer vos propres raccourcis au travers du Menu Aperture>Commandes,

[Astuce A3] : Référencer des photos d’un Glisser/Déposer

Il y a quelques mois, lors des premières présentations d’Aperture 3 sur MDLP, je vous avez initié aux notions de fichiers gérés et de fichiers référencés. Je vous avez expliqué qu’il était envisageable d’importer rapidement ses images par un Glisser/Déposer au dessus de l’icône ou de la fenêtre active d’Aperture. Si la manipulation est simple, elle présente l’inconvénient de voir vos clichés « gérés » (copiés dans la base de données d’Aperture).

Si vous voulez importer vos photos de la même manière, mais avec la volonté qu’elles soient « référencées » (elles restent à leur emplacement initial), il faudra utiliser un subterfuge… Pour cela, il suffira d’utiliser une des fonctions du Finder de Mac Os : les Alias correspondant aux raccourcis dans Windows.

Pour créer un Alias, cliquez sur le ou les fichiers concernés et déplacez-les en maintenant les touches [Alt + Cmd] enfoncées. Selon votre clavier cela correspondra aux touches [Option + Pomme]. Déposez-les ensuite à l’emplacement voulu.

Pour importer des fichiers référencés dans Aperture, procédez de la même manière en déposant les photos au-dessus de la fenêtre d’Aperture. Le ou les fichiers seront alors référencés. C’est à dire qu’il resteront à leur emplacement initial et ne seront pas copiés dans la bibliothèque d’Aperture. Attention, cela ne fonctionne pas si vous placez les images au-dessus de l’icône d’Aperture. Il faut que cela se fasse dans la fenêtre active du logiciel.

Fig.1 – La photo sera gérée dans la bibliothèque d’Aperture

Fig.2La photo sera référencée dans la bibliothèque d’Aperture