Archives par étiquette : Didacticiel

Lightroom 5.2 et le nouveau mode d’exposition Auto

Un peu pris de court par l’arrivée subite de Lightroom 5.2, nous allons juste faire un petit retour dans le temps et vous parler du nouvel algorithme d’exposition automatique de Lightroom.

Depuis sa mise sur le marché, Lightroom –ou plutôt ses concepteurs– n’ont eu de cesse que d’augmenter la productivité des photographes et leur épargner le temps passé devant leur ordinateur. Grâce leur en soit rendu car le résultat et à la hauteur du projet. Même si l’on peut toujours s’attendre à mieux.

Après le processus de conversion 2003, 2010 et dernièrement 2012, un soin tout particulier a été apporté au dématriçage des fichiers brut de nos chers appareils photo numériques. Il était logique que les automatismes qui l’accompagne évoluent de même. C’est pour cette raison que l’équipe de développement d’Adobe a dernièrement (depuis Lightroom 5.2) modifié le comportement de son option Exposition Automatique.

Ci-dessus, pour exemple, une image pour laquelle nous avons appliqué l'exposition automatique... dans Lightroom 5.0

Ci-dessus, pour exemple, une image pour laquelle nous avons appliqué l’exposition automatique… dans Lightroom 5.0

La même image traitée en exposition automatique dans Lightroom 5.2...

La même image traitée en exposition automatique dans Lightroom 5.2…

Pour exemple, la photo ci-dessus n’a subit qu’une correction automatique. Mais une fois dans Lightroom 5.0, l’autre fois dans Lightroom 5.2. En observant les valeurs appliquées par l’algorithme, on notera que l’exposition est grandement revue à la hausse, alors qu’auparavant, on privilégié de l’abaisser. Notons que s’il s’avère que vous en faites pas toujours confiance à cette option, il est possible d’activer l’automatisme curseur par curseur… Pour cela, maintenez la touche [Shift/Maj] enfoncée pendant que vous effectuez un double clic de souris sur l’appellation de la correction (par exemple Exposition ou Contraste…). C’est valable pour les 6 curseurs de correction des tons.

Lightroom 5 version processus 2012

Attention, pour profiter du nouvel algorithme, il faut impérativement que vos fichiers soient convertis pour être traités avec le Processus 2012. Pour s’en assurer, regarder si un petit éclair apparait sous l’histogramme. Si tel est le cas, cliquez dessus pour mettre à jour votre ou vos photos vers le Processus 2012.

[Astuce Lightroom] Peaufinez le maquillage de votre modèle

Suite à la question d’un lecteur concernant l’amélioration d’un portrait qu’il avait effectué, nous allons vous montrer une petite astuce visant à compléter le maquillage de votre modèle…

Attention, on n’est pas ici dans les basiques corrections locales qu’on peut trouver ci et là. On a voulu sortir des sentiers battus et répondre efficacement un besoin.

Le pas à pas

La pratique de la photo de portrait nécessite un coup d’oeil mais ausis un peu d’habitude pour corriger dès la prise de vue certains défauts.

Si d’aventure, un post-traitement s’avère plus simple et plus rapide concernant par exemple le blanchiment des dents d’un modèle (voir en fin d’article), d’un point de vue imperfection de peau, un petit coup de maquillage habillement appliqué pourra faire gagner du temps.

Pourtant, lorsque l’on ne fait pas appel à un (ou une) professionnel, la gente féminine lorsqu’elle se maquille, ne porte le fond de teint que sur le visage. Si cela est suffisant au quotidien, ce n’est pas le cas pour une séance photo. La photo ci-dessous atteste nos dires.

Fig.01

La différence de teinte entre le menton et le cou est comme qui dirait « on ne peut plus visible ».

Pour rattraper ça, c’est très simple et l’opération ne prend pas plus de 2 minutes. Pour l’exemple, on a même pris la liberté de travailler sur un fichier Jpeg ! Pour commencer, ouvrez le panneau des retouches locales au pinceau et suivez les étapes de la Fig.2 ci-dessous.

Fig.2

Cocher la case en (2) va circonscrire la retouche aux pixels ayant les mêmes attributs que ceux qui se trouvent au centre du pinceau. Pour vérifier la portée de l’effet, afficher le masque de la correction avec le raccourci clavier [O]. 

La seconde grande étape est d’appeler le correcteur de teinte…

Fig.3

En route pour un petit maquillage « numérique ». 

 

Pour s’assurer que la teinte sera la même, l’idéal est de prélever un échantillon de couleur sur le menton du modèle. Maintenez le bouton droit de la souris enfoncé au-dessus de la pipette, puis glissez sur le visage du modèle. Enfin relâchez le bouton de la souris.

Fig.4

Lightroom permet facilement de prélever une teinte hors du cadre prédéfini…

Fig.5

Jugez sur pièce de l’effet « Avant/Après ».

Le mot de la fin

Pour conclure, la figure 5 vous rappelle où trouver quelques recettes beauté pour vos portraits et en bas de la liste comment les gérer (création, suppression…). Rapidement, « Adoucir la peau » fait appel au curseur Clarté, « Blanchiment des dents« , atténue la Saturation et augmente légèrement l’Exposition et vous trouverez ci-dessous les ajustements correspondants au « Renforcement de l’iris« …

Fig.6

[Astuce Lightroom] Retrouver le dossier Bibliothèque dans Mac OS X Lion

Depuis la version 10.7 de Mac OS X, le dossier Bibliothèque n’est plus visible dans le Finder. Ce n’en est pas pour autant qu’il a complètement disparu. C’est juste qu’Apple a décidé de ne plus le laisser visible par défaut.

C’est toutefois bien gênant pour l’ajout de nouveaux modèles de galeries photo Web pour Lightroom. Heureusement, Apple pense à tout (ou presque) et permet d’afficher ce dossier Ô combien important pour nous. Pour savoir comment faire, suivez ce lien.

Il est courant que l’on doive notre salut à un raccourci clavier ou à une combinaison de touches. C’est notamment le cas lorsque l’on veut afficher le chemin d’accès d’un fichier lors d’une recherche dans le Spotlight.

[Tuto Aperture 3] Les piles

Depuis de la parution du magazine en version papier Le Monde De La Photo, l’éditeur avait pris l’habitude de mettre en ligne quelques semaines ou mois plus tard les didacticiels précédemment parus.

Malheureusement, la petite équipe éditoriale (même renforcée) s’est retrouvée quelque peu débordée et ce qui était devenu une habitude s’est transformé en exception.

Sur le site de mon ami Gilles Théophile (Utiliser-Lightroom.com), Vincent Trujillo —responsable du magazine— a effectivement regretté ce fait et promet d’essayer de renverser la tendance. C’est dans ce contexte que l’un des dernier pas-à-pas portant sur la notion de Piles dans Aperture a été mis en ligne… un peu comme un cadeau de Noël.

Lire la suite sur MDLP

[Color Efex Pro 4] Le tutoriel vidéo

C’est officiel depuis ce mardi 27 septembre. Color Efex Pro passe à la version 4. Les améliorations sont notables et apportent véritablement un plus à ce plug-in : combinaison de filtres, recette, historique et interface revue pour améliorer l’utilisation du logiciel.

Très sincèrement, il faut avouer que Nik Software a réussi son contrat. J’ai tellement été enchanté par cette nouvelle version, que je n’ai pas résisté à vous faire une vidéo de présentation. Pas encore trop à l’aise avec ce média, je ne pouvais pas éviter de l’employer tellement les apports qu’offre Color Efex Pro 4 sont nombreux en comparaison avec la version 3. Par contre, j’ai toujours un problème de colorimétrie entre ma vidéo et l’affichage de mon écran…

Sources

Color Efex Pro 4 est à présent disponible en téléchargement sur le site de Nik Software(www.niksoftware.com), dans les magasins spécialisés et auprès des revendeurs en ligne et nationaux.

Le logiciel est disponible en deux versions : Color Efex Pro 4 Complete Edition contenant 55 filtres au prix de vente conseillé de €199,95, $199,95 et Color Efex Pro 4 Select Edition contenant 26 filtres au prix de vente conseillé de € 99,95, $99,95. Les mises à jour de toutes les versions 2.0 ou 3.0 vers la Complete Edition sont en vente au prix de € 99,95, $99,95. Les clients qui ont acheté Color Efex Pro ou un ensemble Complete Collection à dater du 7 août 2011 ont droit à une mise à jour gratuite. Les clients enregistrés recevront par e-mail les instructions requises pour accéder à leur logiciel gratuit.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.niksoftware.com/freeupgrade.

Color Efex Pro 4 est compatible Windows et Mac et s’installe en tant que plug-in 32 bits et 64 bits d’Adobe® Photoshop® CS4 ou ultérieur, Adobe Photoshop Lightroom® 2.6 ou ultérieur, Adobe Photoshop Elements 8 ou ultérieur, Apple® Aperture® 2.1.4 ou ultérieur. Pour plus d’informations sur Color Efex Pro 4, y compris les didacticiels vidéo, la liste des fonctions, et les sessions de présentation en ligne en direct, visitez : www.niksoftware.com/colorefexpro.

NB : Il est aussi utilisable associé à Canon DPP ou Capture One…

[Capture one] Corriger les yeux rouges

Surprise, la liste des fonctions de correction de Capture One ne comprend pas la suppression des yeux rouges ! Il semblerait que ce soit une option peu utilisée car vous n’êtes pas nombreux à en avoir fait la remarque. Pourtant, C1 en version PRO possède tout ce qui faut pour faire disparaître ces maudits yeux de lapin…

En route en vidéo pour voir comment procéder…

Comme j’ai peu d’images avec des personnes ayant les yeux rouges, je vous ressers la même photo que pour le tutoriel réalisé pour DPP…

Capture One 6: les secrets de la correction locale

Depuis le 29 avril de cette année, Capture PRO a pris de l’embonpoint. En effet, la version 6.2 ajoute quelques fonctionnalités à l’outil de correction locales du démacriceur Danois. Notez aussi en aparté, que ce jour, Carole Clément propose sur le très bon site Focus-Numérique, une vidéo de présentation de ce fameux outil de corrections locales. Mais, cela ne change rien au pas-à-pas que j’avais prévu, d’autant que je ne compte pas tout à fait aborder le sujet sous cet angle. Le didacticiel que vous allez pouvoir consulter ci-après est un très bon complément à ce que propose Carole justement rien que par le fait que je vais aborder les nouveautés de la version 6.2 et que le tutoriel sur Focus-Numérique est réalisé avec la version 6.1.

Notions de base

L’outil Corrections Locales peut être appelé de trois manière :

  • En passant par la barre d’outils (1)
  • En passant par l’onglet Réglages locaux (2)
  • En employant le raccourci clavier [b]

Maintenir le bouton gauche de la souris au-dessus du pinceau pour visualiser le menu contextuel complet

Dans tous les cas, il vous faudra ouvrir l’onglet Réglages locaux pour avoir sous la main toutes les options utilisables avec cet outil. Autant activer le pinceau de par cet onglet et utiliser par la suite les raccourcis clavier pour alterner entre le mode Gomme (e) et Pinceau (b).

Les Couches

Un fois activé, reste à peindre les zones qui demandent à être corrigées. La taille du pinceau est ajustable d’un clic droit de souris, en faisant glisser le curseur Taille de droite à gauche. Le curseur Dureté, influence quant à lui la diffusion du pinceau. À 0, le masque est diffus (1), alors qu’à l’opposé, les bordures du contours sont nettes et franches (2). Notez que le calque peut être supprimé (3) et renommé.

Pour afficher ou camoufler la présence du masque, utilisez alternativement le raccourci clavier [m]. Le menu contextuel vu au paragraphe précédent active aussi d’autre options.

En (4), Capture One permet de changer de calque sans avoir à retourner dans l’onglet Réglage Locaux. Il est aussi intéressant d’avoir cette information sous les yeux quelque soit l’onglet d’ajustement où l’on se trouve. En effet, si vous vous apercevez qu’un curseur de réglage est grisé dans un panneau d’outil particulier, il se peut que vous ne soyez pas sur le calque par défaut (Fond). Un rapide coup d’oeil sur cet élément vous permettra de vérifier si c’est le cas et éventuellement de basculer sur le bon calque.

Les améliorations

Au fil de l’eau depuis la version 6.0, la liste des réglages d’ajustement proposés avec l’outil Corrections Locales s’étoffent. Aujourd’hui, Phase One a débloqué le curseur Saturation et Clarté. Si pour le premier, on pouvez contourner la chose en s’appuyant sur l’Editeur de couleurs, pour le second, on apprécie grandement de pouvoir y accéder. Notamment pour la retouche de portraits…

Les astuces de Capture One 6.2

Bien que la fiche technique de Capture One 6.2 affiche fièrement la possibilité de copier et d’inverser un masque local, elle ne présente pas comment faire… Et je reste persuadé que bon nombre de sites vantant ces nouveautés ne savent pas comment les employer, ni, et où les trouver. Je vais donc vous livrer la marche à suivre avec un exemple concret.

Raccourcis claviers utiles
– [b] : active le pinceau
– [e] : active la gomme
– [m] : affiche ou masque le calque actif
– [Alt] maintenu : permet de passer du mode pinceau au mode Gomme tant que la touche reste enfoncée.

En premier lieu, j’ai peint l’arrière-plan enneigé avec une dureté à 50%, puis j’ai baissé le contraste, la luminosité et la saturation. Enfin, j’ai déplacé le curseur Clarté au minimum pour adoucir cet arrière-plan et faire en sorte qu’il soit moins présent. J’aurai aussi pu augmenter la luminosité au lieu de la baisser… Question de goût.

En 1, la photo après correction, et en 2, celle avant.

Cette fois, pour éclaircir un peu plus le petit garçon et sa luge, j’ai créé un nouveau calque (en 1, ci-dessous), puis j’ai cliqué sur le petit triangle à droite du panneau Couche de réglage (en 2 ci-dessous). Dans le menu, j’ai opté pour Copier le masque de>Couche 1.

Dès qu’un nouveau calque est ajouté, donnez lui un nom, ou appuyez sur [Enter]…

De là, j’ai à nouveau fait appel au menu précédent et j’ai cette fois-ci décidé d’Inverser le masque.

Avec la touche [m], je fais apparaître le masque actif. On voit bien ici que cette fois, l’arrière plan n’est pas influencé par les réglages que je vais appliquer.

Enfin, j’augmente l’exposition et la saturation, le tout avec un brin d’accentuation et de clarté pour renforcer le tout.

Ici, j’ai un peu exagéré les ajustements afin que la différence Avant/Après soit bien visible, mais dans la pratique, mieux vaut jouer sur plus de subtilité.

[Tuto Aperture 3] Les impressions

Il y a quelques mois, paraissait dans le magazine en kiosque MDLP une série de tutoriels consacrés à la gestion des impressions avec Aperture. Retrouvez aujourd’hui cette série de 3 pas à pas sur le site en ligne du magazine et apprenez comment utiliser au mieux cet outil aux multiples facettes.

Source

Imprimer rapidement une ou plusieurs images avec Aperture 3

Impressions avancées avec Aperture 3

Créer et diffuser une planche contact avec Aperture 3

Didacticiels Capture One, c’est parti !

En projet depuis longue date, le numéro 34 de MDLP en voit enfin l’aboutissement : une série de didacticiel va paraitre dorénavant de manière régulière est sera reprise un peu plus tard sur le site MDLP. Depuis longtemps, avec Lightroom et DPP, ce logiciel fait partie des préférés. La longue attente entre la version 3.7 et 4.0 est du passé. Depuis les mises à jour s’enchainent de manière rythmée et depuis deux ans, nous avons droit avant les fêtes de fin d’année à une nouvelle mouture qui s’avère majeure. Ce fût encore plus le cas avec l’apparition des tant attendues corrections locales (uniquement en version PRO).

Une coquille s’est glissée dans le descriptif des captures 8 et 9, qu’il faut intervertir…

Tout n’est pour autant pas parfait, car cet outil n’est pas disponible avec tous les réglages proposés par le logiciel, mais cela tend à s’améliorer et d’ici quelques semaines, deux nouvelles fonctions devraient y être rattachées… En tout cas, je peux vous assurer que Phase One travaille dur pour offrir un logiciel de qualité et qui sait, peut être que la fin d’année verra poindre une version avec un interfaçage avec Expression Media un peu plus poussé…

En attendant, profitez de cette première mise en bouche avec la présentation des points forts du logiciel et des options de la version Express. Prochainement, je vous parlerai de la version PRO et par la suite, les didacticiels porteront sur des fonctions spécifiques de logiciel. Capture One n’aura bientôt plus aucun secret pour vous.

[Astuce Lightroom] Tons directs

Profitez-en, c’est ma semaine « Tips ». Pour bien débuter ce week-end, nous allons voir comment détourner quelque peu l’utilisation de l’outil Tons Directs de Lightroom avec au passage deux astuces que je n’ai encore vu nulle part.

Comme support j’ai choisi une image de retour de pêche pour laquelle je trouvais que les mouettes n’étaient pas assez regroupées.
Pour que la présentation soit plus didactique, je me suis servi cette fois, d’un support vidéo. Je suis par contre désolé, mais je dois m’habituer à ce type de média, et ce n’est pas encore parfait. Sous réserve que ça le soit un jour…

Dans le but d’un confort optimal, la vidéo a été enregistrée en 1280×720 et n’est accessible dans ce format que via Vimeo à cette adresse. Cliquez sur l’icône HD, puis plein écran et enfin désactivez l’interpollation (Scalling à Off).