Archives par étiquette : Galerie Web pour Lightroom

Nouvelle galerie

Comme d’habitude, plein d’articles en préparation, mais toujours aucune publication. C’est aussi que la rédaction d’articles divers est variés pour la presse m’accapare quelque peu et je suis malheureusement contraint de délaisser le blog et même parfois la prise de vue.

Heureusement, ce samedi matin j’ai pu m’échapper un peu moins d’une heure pour flâner au coeur de la campagne languedocienne. Et j’étais d’humeur poétique. Tout cela pour vous présenter l’actualisation de mon portfolio réalisé sur la base des modèle TTG de Matthew Campagna mais aussi du modèle Impact de Timothy Armes.

Le site en question : http://sebastienabric.com

TTG Auto Index V4

Quatre ans après l’apparition des premières solutions d’indexation d’albums photo Web conçus avec Lightroom, Matthew Campagna décline une version CE (Core Element) de son plus célèbre modèle de galerie Web pour Lightroom, que l’on peut même qualifier de plug-in Web : TTG Auto Index.

Onglets, halo lumineux, fond de page transparent et icônes Sociaux sont des exclusivité du moteur TTG CE

Cette évolution s’est amorcée avec la déclinaison d’un autre plug-in faisant appel à un nouveau moteur de portage TTG Core Element framework : TTG Stage CE. TTG CE n’est quant à lui pas un modèle ou un plug-in, il définie une nouvelle technologie de portage de galerie Web mise en place par Matthew Campagna avec l’aide de John Bishop. Cette base de développement de modèle Web pour Lightroom, ouvre des perspectives de personnalisation qui vont bien au-delà de ce que vous connaissez.  Le travail pour les 2 compagnons a été d’isoler les fonctionnalités propres à TTG Auto Index pour les intégrer au moteur TTG CE. Après une série de quatre bêtas publiques qui ont débuté le 7 février, TTG Auto Index CE (alias V4) a été lâchée en version officielle ce jour.

Ce qui change…

Avec cette refonte, le modèle gagne en paramètres de personnalisation. Désormais plus claire, l’architecture de configuration du plug-in repose principalement sur  les panneaux Informations sur le site, Palette de couleurs et Aspect. Les caractéristiques communes aux modèles propulsés par TTG CE permettent d’affirmer que le premier panneau est réservé à la personnalisation de la page du gabarit, le second à son contenu et enfin le troisième aux options propres au modèle ou plug-in. Dans notre cas, la mise en page des cellules de présentation des albums indexés se fera au travers de ce panneau Aspect. C’est lui qui permettra de choisir entre-autres, une présentation de type Descriptive ou Iconic, qui au passage gagnent trois déclinaisons supplémentaires : Iconic Entitled, Text Box, Text only.

Exemple d’une page d’indexation ©Matthew Campagna

Ce qui arrive…

La véritable révolution, se trouve sous le capot d’Auto Index V4. Le moteur utilisé (TTG CE V3) offre les mêmes options que TTG Stage CE :

  • création d’ombres portées,
  • utilisation d’un cliché en fond de page avec en option la possibilité qu’elle reste fixe par rapport à la page,
  • arrières-plans transparents,
  • arrières-plans de couleur dégradée,
  • Ajout d’icônes « Sociaux » dans le pied de page,
  • La possibilité d’arrondir les coins de certaines fenêtres ou objets angle par angle.


Les 4 nouveaux curseurs d’ajustement de la courbure des angles

Il existe une liste plus longues des nouveautés, mais elle concerne plus les « pros » du PHP…

Ce qui disparait…

Peu nombreuses sont les options qui disparaissent, mais celle qui est la plus regrettable est la plus relevée, est la suppression des séparations par des caractères spéciaux des liens hypertextes. Pour les faire apparaitre, il faudra ruser et saisir du code HTML dans le champ « HTML for Custom Menu Items » de la rubrique Panneau Informations sur le site>Menu Items.

Et alors ?

J’aurais tendance à dire, que tant que tout marche bien, il n’y a pas de raison de changer une équipe qui gagne… D’autant qu’il n’existe pas de passerelle permettant de porter votre ancienne configuration de TTG Auto Index vers la nouvelle. Il faudra tout reprendre à la main, sans pouvoir s’appuyer sur le moindre automatisme. Ce qui signifie, aussi de devoir apprivoiser ce nouveau modèle. Donc, rien ne presse. Pour les nouveaux arrivants ou les habitués à TTG Stage, l’évolution est significativement majeure pour l’adopter. Surtout que les autres vaisseaux amiraux de la série TTG vont peu à peu migrer vers le moteur TTG CE… Prochaine étape : TTG Page et ensuite TTG Highslide. D’après Matthew, il se pourrait que la version actuelle du modèle Highslide, du moins dans sa version PRO, perdure et cohabite sans doute avec une version « CE ».

->La page de téléchargement de TTG AUto Index CE

[Astuce Lightroom] Sauvegardez les couleurs

Il y a quelques jours je vous expliquais comment prélever une couleur où qu’elle se trouve à l’écran pour l’utiliser dans la personnalisation d’un modèle de galerie Web. Aujourd’hui, je vous livre un complément qui va parfaitement compléter la précédente astuce.

Il est bien intéressant de savoir comment prélever une teinte avec la pipette de la palette des couleurs, mais il est out aussi important de pourvoir la sauvegarder en tant que favoris en vue de la réutiliser à nouveau. Nous allons pour cela faire appel à la fameuse touche du clavier [Alt/Option]. Après avoir prélevé une teinte, maintenez la touche [Alt/Option] enfoncée et cliquez sur un des échantillons du bandeau supérieur de la palette (Fig.1). Cela fonctionne aussi en maintenant le bouton de la souris enfoncé au dessus d’un de ces échantillons.

Fig.1

L’option est aussi disponible d’un clic droit de souris au dessus de ces favoris. A ce moment là, un menu complet (Fig.2) permet entre-autres de réinitiliaser  les nuances et de revenir aux sélections par défaut.

Fig.2


Maintenant, si choisir une teinte au moyen de la pipette ne vous sied pas, il existe un autre moyen. Cliquez et maintenez le bouton de la souris enfoncé comme indiqué sur la Figure 3 pour appeler le panneau de sélection des couleur de l’OS. De là, vous pouvez sauvegarder encore plus d’échantillons.

Fig.3


[Astuce Lightroom] Prélever les couleurs

Les graphistes et concepteurs de sites Web connaissent bien le problème afférent au bon choix des couleurs pour créer un site Internet. S’il n’est pas primordial d’être très précis dans le choix des teintes qui vont habiller un premier site, c’est bien différent lorsque l’on y ajoute par exemple une galerie photo qui doit être exactement dans les mêmes tons que le Blog.

Pour cela, Lightroom dispose d’un outil puissant : la palette des couleurs. Visualisable depuis le module Web, ce volet permet de trouver facilement une teinte compatible avec le Web. Il faut pour cela être certain que HEX est activé. Cliquez dessus si ce n’est pas le cas. À chaque sélection d’une couleur, sa valeur hexadécimale sera affichée dans ce champ. Très utile, pour ensuite Copier/Coller la valeur dans un éditeur de code CSS ou vers un autre champ personnalisable du module Web.

Mais, l’utilisation la plus utile reste celle de la pipette. En maintenant le bouton gauche du mulot, vous pouvez piquer une couleur où qu’elle se trouve affichée à l’écran de votre ordinateur. Même dans une fenêtre autre que celle de Lightroom. Dès lors, il est facile d’aller pointer une couleur sur un blog existant (ou ailleurs) pour l’utiliser dans sa nouvelle galerie photo conçue avec Lightroom.

Créer facilement un site Web avec Lightroom

Adobe étant très affairé à optimiser les performances de Lightroom et à proposer aux utilisateurs de nouvelles fonctions pour leur simplifier la vie, il n’est dès lors pas question de se perdre à améliorer les modules tels que celui des Diaporama ou Web.

Si les options de configuration pour la création de diaporamas restent limitées et ne semble pas très ouvert, le module Web lui, peut compter sur les développeurs tiers. Sur ce créneau, Matthew Campagna avec ses galeries TTG régnait presque en maître. C’était sans compter sur Timothy Armes…

Auteur de nombreux plug-ins pour Lightroom qu’il distribue par le biais de son site http://www.photographers-toolbox.com. À l’origine de 3 modèles pour le module Web de Lightroom, Tim avait en projet de révolutionner la création des sites Web en s’appuyant sur le service Publication que l’on trouve dans le module Bibliothèque et qui a fait son apparition avec la version 3 de Lr.

Notre entrevue lors du salon de la photo de Paris a fini d’achever sa conviction. Il fallait se mettre au travail. En quelques semaines seulement, Tim a conçu WSSP Impact. Premier plug-in Web pour Lightroom destiné à concevoir facilement un site internet complet sans connaissances particulières en code Html et consorts.

Ce plug-in permet d’indexer rapidement et sans effort plusieurs thèmes de galerie, mais il offre aussi une page Contact, la possibilité d’annexer d’autres pages telle que votre biographie, d’ajouter des liens hypertextes renvoyant vers d’autres sites en ligne et tout récemment de protéger par Login/Mot de passe des galeries…

Rester protégé

Le seul seul chaînon manquant était la difficulté à restreindre l’accès à certaines galeries. Depuis cette semaine, le problème est réglé. Tim a implémenté un « Password Protect » sur toutes ses galeries WSPP. Dès lors, vous pourrez créer un espace client accessible uniquement par Login/Mot de passe. La seule restriction étant que votre espace d’hébergement Web soit compatible PHP. Freenautes attention…

Auparavant, il existait bien une solution, mais elle était relativement fastidieuse. Tim nous lève ici une belle épine du pied.

Intelligemment, Tim propose via son plug-in de faire apparaitre dans l’index les galeries privées. Il suffit alors de cliquez sur le lien qui leur correspond et de saisir le couple Login/Password adéquat pour y accéder. Mais, si vous ne désirez pas qu’elles soient accessibles par votre page d’index, il suffit de cocher une simple case (ci-dessus en (3)). Transmettez alors le lien Url aux bonnes personnes.

Je reviendrai sur le sujet très rapidement.

Les points forts

Un petit récapitulatif des points forts des galeries WSPP (Web Site Publisher Pro) :

– Création d’un site complet à partir d’un seul et unique modèle.

– Personnalisation complète des zones de texte : titre en gras, insertion de liens hypertexte…

– Zone réservés à l’ajout de code: Css, script dans le Header, ajout script Google Analytics de manière très simple…

– Possibilité de restreindre l’accès à une ou plusieurs galeries via Login/Mot de passe.

– Lors de mises à jour de vos galeries, seulement les nouvlles images sont transférées vers le site.

– La suppression d’images ne requiert pas d’accéder au service d’hébergement via un client Ftp.

Sources

Noter aussi que les plug-ins WSPP de Tim ne sont compatibles avec Lightroom qu’à partir de la version 3.2.

– Télécharger les galeries Web pour Lightroom WSPP de Timothy Armes.

Le plug-in est en anglais ainsi que la notice. Ayant eu la chance de tester cette galerie en avant première, je vais très prochainement vous mettre en ligne une prise en main complète d’un de ces modèles.

De nouvelles options sont en cours d’élaboration et devraient rapidement rendre les galeries WSPP indispensables…

WSPP Impact et Filmstrip peuvent être testés pour une durée illimitée avec pour seule limitation la mise en ligne de 3 images par galerie.

Pour le lancement de cette nouvelle série de modules externes, Tim propose un tarif spécial pour moins de 30€. Le tarif peut sembler élevé par rapport à ce qui se fait, mais la série WSPP n’a aucun équivalent, tant sur la simplicité de mise en oeuvre que sur la richesse de paramètres de personnalisation. Une fois acquitté de cette « dîme », vous pourrez publier plus de 3 photos par galerie.

Mon nouveau site : Lrb Portfolio

Après FOTOPASSION, c’est au tour de ma galerie photo de muter. Devrais-je dire plutôt « …de disparaître… ».

La métamorphose de FOTOPASSION était l’occasion de séparer ce qui est un Blog personnel d’un site professionnel. C’est dans ce contexte que depuis quelques jours, un lien est venu se greffer sur le blog (Ca se regarde...). Ce lien renvoi vers mon site professionnel dans lequel vous pourrez visualiser une partie de mon travail photographique. Cette page a été élaborée sur la base du modèle Web pour Lightroom : Lrb Portfolio.

Depuis sa première version (HScroll Lua), ce template a bien évolué et propose une interface sobre, classe et relativement simple à mettre en oeuvre. D’ici quelques temps, je vous distillerai quelques conseils de personnalisation pour ce modèle. Si vous le désirez, vous pourrez télécharger le manuel sur le site de son auteur pour voir si cette galerie pourrait vous convenir.

En attendant, je vous souhaite un très très bon week-end prolongé (pour ceux qui font le pont).

Soyez prudent, car je ne compte pas perdre de lecteur ;-)

Amicalement

Sébastien Abric

TTG Highslide, le meilleur template Web pour Lightroom ?

C’est non sans une certaine fierté que Matthew Campagna a annoncé samedi la sortie de son dernier modèle de galerie Web pour Lightroom. S’appuyant sur la technologie HTML et Highlight Js de Torstein Høns, le résultat est visuellement proche du modèle TTG Shadowbox. Mais l’analogie s’arrête là, car ce modèle est entièrement nouveau.

Fig.1

Le mode Diaporama. En arrière plan on aperçoit les vignettes de prévisualisation et tout en bas, le filmstrip.

J’avoue ne pas encore avoir installé cette galerie, mais d’ici le début du mois de juin, je devrais enfin voir la fin du tunnel et j’aurais alors un peu plus de temps pour tester ce modèle. Si les essais son concluants, j’envisage même de basculer l’ensemble de mes galeries dessus.

Un modèle = 3 modes

Un peu plus haut, je vous disais que ce nouveau modèle ressemblait à TTG Shadow. En effet, comme lui, il utilise un moteur javascript pour afficher en grand les miniatures de prévisualisation. Seulement ici, en dessous de la fenêtre d’affichage, se trouve un bouton l’activation d’un mode diaporama et les miniatures reprises à la manière du Fimlstrip de Lightroom (Fig. 1) . C’est ce que Matthew définie Slideshow Mode, comprenez littéralement en français le mode Diaporama.

Si Matthew a donné un nom à ce style de présentation, c’est que son modèle est capable de présenter vos photos sous 3 modes différents :

– Le mode Diaporama vu précédement ;

– le mode Proofing, que l’on traduira par Comparaison ;

– le mode Inline Slideshow que l’on appellera Diaporama en ligne…

Si le mode Diaporama est relativement classique, le mode Comparaison est véritablement nouveau et particulièrement destiné à la commercialisation de ses photos. Pour cause, il ouvres sur la présentation de vignettes sélectionnables et sur un formulaire Contact intégré permettant d’envoyer la sélection à l’auteur des photos (Fig. 2). Très pratique, on regrettera que Matthew n’est pas pû (ou pas encore) intégré la possibilité de verrouiller l’accès à la galerie par un mot de passe. Par contre si la présentation des photos en diaporama n’est pas offerte dans ce mode, vous pouvez cliquer sur plusieurs images en vue par exemple de les comparer (Fig. 3) Formidable !

Fig. 2

TTG%20Highlight%20Proofing.jpg

Le mode Proofing permet d’envoyer un email à l’auteur des photos avec sa sélection personnelle.

Fig.3

TTG%20Highlight%20Proofing2.jpg

Toujours le mode Proofing (Comparaison) avec cette fois, deux images affichées à l’écran.

Pour finir, le mode Diaporama en ligne ressemble à ce que propose SlideShowPro avec là aussi le choix entre visualiser les photos par sélection (en cliquant sur une des miniatures) ou par diaporama, en cliquant sur le bouton Play qui se trouve en bas à droite (Fig. 4).

Fig. 4

Highslide%20Inline.jpg

Le mode Inside Slideshow (Diaporama en ligne). Naviguez dans le fimlstrip ou lancez le diaporama (en bas à droite).

En bref