Archives par étiquette : Lr4

[Astuce Lightroom] Peaufinez le maquillage de votre modèle

Suite à la question d’un lecteur concernant l’amélioration d’un portrait qu’il avait effectué, nous allons vous montrer une petite astuce visant à compléter le maquillage de votre modèle…

Attention, on n’est pas ici dans les basiques corrections locales qu’on peut trouver ci et là. On a voulu sortir des sentiers battus et répondre efficacement un besoin.

Le pas à pas

La pratique de la photo de portrait nécessite un coup d’oeil mais ausis un peu d’habitude pour corriger dès la prise de vue certains défauts.

Si d’aventure, un post-traitement s’avère plus simple et plus rapide concernant par exemple le blanchiment des dents d’un modèle (voir en fin d’article), d’un point de vue imperfection de peau, un petit coup de maquillage habillement appliqué pourra faire gagner du temps.

Pourtant, lorsque l’on ne fait pas appel à un (ou une) professionnel, la gente féminine lorsqu’elle se maquille, ne porte le fond de teint que sur le visage. Si cela est suffisant au quotidien, ce n’est pas le cas pour une séance photo. La photo ci-dessous atteste nos dires.

Fig.01

La différence de teinte entre le menton et le cou est comme qui dirait « on ne peut plus visible ».

Pour rattraper ça, c’est très simple et l’opération ne prend pas plus de 2 minutes. Pour l’exemple, on a même pris la liberté de travailler sur un fichier Jpeg ! Pour commencer, ouvrez le panneau des retouches locales au pinceau et suivez les étapes de la Fig.2 ci-dessous.

Fig.2

Cocher la case en (2) va circonscrire la retouche aux pixels ayant les mêmes attributs que ceux qui se trouvent au centre du pinceau. Pour vérifier la portée de l’effet, afficher le masque de la correction avec le raccourci clavier [O]. 

La seconde grande étape est d’appeler le correcteur de teinte…

Fig.3

En route pour un petit maquillage « numérique ». 

 

Pour s’assurer que la teinte sera la même, l’idéal est de prélever un échantillon de couleur sur le menton du modèle. Maintenez le bouton droit de la souris enfoncé au-dessus de la pipette, puis glissez sur le visage du modèle. Enfin relâchez le bouton de la souris.

Fig.4

Lightroom permet facilement de prélever une teinte hors du cadre prédéfini…

Fig.5

Jugez sur pièce de l’effet « Avant/Après ».

Le mot de la fin

Pour conclure, la figure 5 vous rappelle où trouver quelques recettes beauté pour vos portraits et en bas de la liste comment les gérer (création, suppression…). Rapidement, « Adoucir la peau » fait appel au curseur Clarté, « Blanchiment des dents« , atténue la Saturation et augmente légèrement l’Exposition et vous trouverez ci-dessous les ajustements correspondants au « Renforcement de l’iris« …

Fig.6

[Lightroom 4] La version 4.2 officiellement disponible

Après un mois d’évaluation, la version de test publique de Lightroom 4.2, se transforme en version officielle.

Au menu, on commencera avec un nombre de boitiers reconnu par Lightroom dans son module Développement très largement étoffé d’une douzaine de références. Sony, Fuji et Leica étant les grands gagnants dans cette affaire, avec une mention spéciale pour le Nikon D600 dont les Nefs se voient déjà — de manière préliminaire et partielle — reconnus par le moteur de conversion Made in Adobe.

Connectez-vous…

Le mode connecté est maintenant compatible avec les boitiers suivants:

– Canon EOS Kiss X5
– Canon EOS Kiss REBEL T3i
– Canon EOS 600D
– Canon EOS Kiss X50
– Canon EOS REBEL T3
– Canon EOS 1100D
– Canon EOS 5D Mark III
– Canon EOS 1D X
– Nikon D4
– Nikon D800
– Nikon D800e

Sur ce point rappelons que la version « RC » se limitait à offrir cette option aux Nikon D4, Nikon D800 et Nikon D800e, et seulement pour les machines tournant sous Windows.

Coté cailloux…

La liste des profils d’objectifs dont les corrections d’aberrations sont prises en compte dans le module Developpement explose elle aussi comparativement à la « RC ». On notera que c’est essentiellement les objectifs de la marque au point rouge (Leica) qui font gonfler la liste. Un fan de la marque aurait-il intégré le groupe de betas testeurs ?

Source http://www.adobe.com

Pour les bogues…

De nombreuses corrections ont été apportées dont les majeures se trouvent ici. Il semblerait effectivement que Lightroom dans son nouveau costume soit un peu plus réactif. Autant sur notre MacBook que sur notre Mac Pro. Chose qui semblerait être confirmé par plusieurs utilisateurs.

Télécharger Lightroom 4.2

Configuration requise

Windows

  • Processeur Intel ® Pentium ® 4 ou AMD Athlon ® 64 processeur
  • Microsoft ® Windows Vista ® avec Service Pack 2 ou Windows ® 7 avec Service Pack 1
  • 2 Go de RAM
  • 1 Go de disponible sur le disque dur
  • Affichage 1024×768
  • DVD-ROM
  • Connexion Internet requise pour les services Internet

Mac OS

  • Processeur Intel multicœur avec support 64-bit
  • Mac OS X v10.6.8, v10.7 et v10.8
  • 2 Go de RAM
  • 1 Go de disponible sur le disque dur
  • Affichage 1024×768
  • DVD-ROM
  • Connexion Internet requise pour les services Internet

[Astuce] Créer un négatif avec Lightroom, Aperture, NX2, C1 et autres…

Le genre humain est bien étrange. Avez-vous remarqué comme quoi il est rarement satisfait ? Quand il a ce qu’il veut, il lui arrive régulièrement de vouloir son contraire…

Pour anticiper, combler ou confirmer ce constat nous allons vous expliquer comment inverser la tonalité d’une image pour obtenir un effet « Négatif ».

Avec Lightroom, Capture NX2 et Aperture 3…

Comme il en fallait un pour l’exemple, nous avons porté notre choix sur celui qui nous semble à ce jour le plus couramment utilisé : Lightroom. Mais les explications qui suivent sont aussi valables pour Capture NX2, Aperture 3 et les plug-ins Nik Software.

De gauche à droite les courbe paramétriques modifiées de Lightroom, Aperture 3, Capture NX2, HDR Efex Pro 2 de Nik Software. Les autres plug-ins de la suite Nik Software sont aussi compatibles avec cette astuce. Dont Silver efex Pro 2…

Jusqu’à la version 2 de Lightroom, il fallait faire preuve de ruse… La manipulation demandait à créer un fichier .Irtemplate, puis à lui « balancer » des lignes de code. Pour les puristes, il suffisait d’exporter un preset « vierge », puis de changer son nom et les lignes de codes correspondantes aux paramètres de la courbe des tons…

Depuis Lightroom 3 et maintenant Lr4, il suffit d’inverser les seuils du point blanc avec celui des point noir au niveau de la courbe paramétrique. Le procédé s’opère à partir du module Développement et du panneau Courbe des tonalités.

Vérifier que le choix Courbe à points et bien sur « Linéaire »

Saisir avec la souris le point noir (en 1 ci-dessous) et le glisser vers le haut de l’histogramme. Faire l’inverse avec le point blanc (2). Sauvegarder le résultat comme (3).

Bien que sauvegardé dans la base des données des courbes personnalisées, Il existe un autre moyen pour retrouver rapidement cet effet ; en l’enregistrant sous forme de preset. Sans quitter le module Développement, cliquez sur le bouton (+) qui se trouve à droite du titre Paramètres prédéfinis (volet escamotable de gauche).

Ne cocher que les cases Courbe des tonalités et Processus. Dans le cas d’une numérisation de négatifs par lot, appliquez ce paramètre à l’importation des images !

Une mise en garde reste de mise. Comme nous avons inversé la tonalité des clichés, à l’exception des curseurs Contraste,  Clarté, Vibrance et Saturation, tout les autres seront inversés. Par exemple, pour éclaircir l’image, il faudra abaisser la valeur du réglage Exposition, pour réchauffer la balance des blancs, il faudra décaler la température vers la gauche…

Comparaison Avant/Après. A comparer avec la capture ci-dessous…

Après avoir inversé la courbe, en décalant la teinte vers les verts, on coorerise l’image en violet… Tout le contraire de ce qui aurait du se produire… Normal, la courbe est inversée ! Idéal pour réaliser des triptyques.

Une autre piste pour les récalcitrants… Dont C1

Evidemment, nous avons poussé le test avec les logiciels que nous avions sous la main. Forcément, il devait bien y en avoir un de récalcitrant pour confirmer la règle. Capture One de chez Phase One est un de ceux-là.

Mais, c’était sans compter sur notre obstination. Et nous l’avons trouvé ! Il faut dire qu’elle n’était pas loin. À défaut de pouvoir travailler la courbe des tons, nous nous sommes rabattus sur le panneau Niveaux que l’on trouve sous le volet  Exposition.

Faire alors glisser le point noir à mi-course vers le point blanc, puis glisser le point blanc à l’extrème gauche de l’histogramme. Enfin, placer le point noir à la place du point blanc.

En cliquant comme en (1) ci-dessus on pourra créer un Effet utilisable facilement et applicable à la volée à un ou plusieurs clichés.

Pour conclure…

Dans les outils que nous avions à notre disposition, entre autres Capture One, Capture NX2, les plug-ins Nik Software (CEP4, SEP2, HDR Efex Pro 2…), Lightroom 4, nous avons malheureusement rencontré un cas désespérant : Canon DPP. Avec lui, et dans sa version actuelle, il n’y a rien eu à faire.

Convertir une photo en négatif avec Aperture 3 est aussi enfantin qu’avec Lightroom. Le procédé est exactement le même !

Pour les logiciels qui acceptent de voir triturer inverser leur courbe paramétrique, ayez à l’esprit que la manipulation doit se faire sur une courbe linéaire. Aucun point ne doit avoir été posé au préalable. Il faut intervenir en amont du traitement. Toutefois, il n’y a aucune contre-indication à modeler la courbe par la suite.

Capture NX2 n’est pas en reste et l’adjonction de quelques U-Points ci et là, produisent des effets surprenants

Enfin, la plupart des logiciels dispose de fonctionnalités qui permettent de sauvegarder des jeux d’améliorations et ainsi vous permettre d’appliquer votre effet à une ou plusieurs images, voire dès le transfert de la carte mémoire vers le disque dur de votre ordinateur. N’oubliez pas de vous servir de ces propriétés.

[Lightroom 4] La version 4.2 en Release Candidate

Adobe a mis ce jour en ligne une version de mise à jour en RC de Lightroom 4. Elle permet la reconnaissance et la prise en charge de nouveaux appareils, l’ajout de nouveaux profils d’objectifs et enfin, elle vise à corriger certains dysfonctionnements.

Parmi la longue liste, on trouve l’amélioration de la gestion de l’affichage des copies virtuelles, l’impossibilité d’activer certains raccourcis claviers dans le module Développement lorsque l’on édite une image avec le processus 2010 ou les réglages d’accentuation qui ne fonctionnent pas avec la version window de Lr4 et les Raw des Nikon D4, D800 et D800e… L’édition de JPEG avec Photoshop Element est par ailleurs à nouveau possible.

Ils sont reconnus par Lightroom

  • Canon EOS 650D / Rebel T4i
  • Canon EOS M
  • Fuji FinePix F800EXR
  • Leaf Credo 40
  • Leaf Credo 60
  • Nikon 1 J2
  • Panasonic DMC-FZ200
  • Panasonic DMC-G5
  • Panasonic DMC-LX7
  • Pentax K-30
  • Sony DSC-RX100

La correction de leurs aberrations est prise en charge par Lightroom

Sources

Même si Adobe a pris ses précautions, cette mise à jour étant ce que l’on appelle une Release Candidate, la prudence sera de mise. Cette recommandation est d’autant plus vraie pour les utilisateurs d’un système d’exploitation sous Windows. En effet, contrairement aux plateformes tournant sous Mac OS, il n’est pas possible de lancer la mise en jour  puisque l’installateur remplacera votre version actuelle. Sous Mac OS la RC sera installée en parallèle. Il sera possible alors de lancer l’une ou l’autre deux versions. Pour éviter toute corruption de votre ou vos catalogue, pensez à effectuer une sauvegarde de secours.

Télécharger Lightroom 4.2 RC

Configuration requise

Windows

  • Processeur Intel ® Pentium ® 4 ou AMD Athlon ® 64 processeur
  • Microsoft ® Windows Vista ® avec Service Pack 2 ou Windows ® 7 avec Service Pack 1
  • 2 Go de RAM
  • 1 Go de disponible sur le disque dur
  • Affichage 1024×768
  • DVD-ROM
  • Connexion Internet requise pour les services Internet

Mac OS

  • Processeur Intel multicœur avec support 64-bit
  • Mac OS X v10.6.8, v10.7 et v10.8
  • 2 Go de RAM
  • 1 Go de disponible sur le disque dur
  • Affichage 1024×768
  • DVD-ROM
  • Connexion Internet requise pour les services Internet

Lightroom 4 passe la première

Après une série de release candidate (RCxx), Adobe livre ce jour la version définitive de Lightroom 4.1.

Qu'elle chance, mon tout récent Nikon D800 est maintenant pris en charge...

Cette nouvelle mouture corrige un gros problème de reconnaissance des éditeurs externes, la possibilité de travailler sur des fichiers HDR jusqu’à 32 bits. Entre autre, la restauration des réglages effectuées avec la courbe à point de Lightroom 3 et d’autre corrections mineures ont fait leur apparition.

A gauche, l'outil de correction localisé des AC. A droite, au sein du panneau Correction de l'objectif, le nouvel outil de traitement des aberrations chromatiques

Dernier fait marquant, L’outil de correction des aberrations chromatique évolue très sensiblement et il est maintenant possible de traiter localement ce type d’aberration à l’aide du pinceau.

Sources

Pour plus de détails, je vous invite à basculer sur le site de mon ami Gilles Théophile : http://utiliser-lightroom.com.

Pour télécharger Lightroom 4.1, c’est par ici.

[Astuce Lightroom 4] Masquer des modules

Entre un changement de région en cours et ce qui va avec (vente de maison, achat, notaire, préparation du déménagement…) et de nombreux projets qui avancent à grands pas et dont je vous parlerai bientôt, FOTOPASSION est quelque peu en sommeil.

J’essaie toutefois de vous distiller quelques infos via mon compte Twitter, mais ça ne vaut pas des articles de fond. Aujourd’hui, je vous livre une petite astuce que vous retrouverez dans l’un de mes prochains projets…

Cachez moi ce module que je ne saurais voir…

Avec Lightroom 4, la liste de modules s’est bien allongée, et l’interface peu sembler parfois un peu chargée. S’il y a certains modules auquel vous ne faites que rarement appel, voire jamais, cliquez avec le bouton droit de la souris dans la zone indiquée sur la figure ci-dessous et décochez ceux qui ne vous interessent pas.

Fig.1

Cette astuce s’apparente un peu au menu qui permet de gérer l’affichage des panneaux dans les volets latéraux escamotables de Lightroom.

Fig.2 : Si vous ne le connaissez pas, testez le Mode solo...

[Lightroom 4] La version commerciale est en ligne

Lightroom 4 est téléchargeable sur le site d’Adobe depuis ce matin 6H00. La période de bêta aura été courte, mais le logiciel semble bien né…

La grosse surprise ne vient pas de la finalisation du Process 2012, ni du nouvel outil de tonalité, mais surtout de la nouvelle politique tarifaire d’Adobe. Maintes fois critiquée, la pratique consistant à vouloir faire croire que 1 $=1 € est tout simplement abandonnée. Ce qui pour une fois, va avantager les européens que nous sommes et portera le tarif de Lr en version Full à 130,36 €  TTC et la mise à jour à 74,15 € TTC.

C’est ceux qui ont acheté une version promotionnelle de Lightroom 3 qui vont pouvoir se frotter les mains. Quant à ceux qui ne se sont pas convertis, il est encore temps. À ce tarif, la concurrence va être rude… Et de tous les dématriceurs, Capture One risque de prendre un sacré coup sur a tête.

Au passage, Adobe ajoute le Canon 1DX, le Nikon D4 et les 2 Nikon D800/E à la liste des boitiers reconnus par le moteur de conversion Lightroom 4.

Sources

[Lightroom 4] La bêta est là

Très attendue, la Bêta de Lightrom 4 est enfin disponible depuis ce jour 6H00. Pour la télécharger, rendez-vous à l’adresse suivante :

http://labs.adobe.com/technologies/lightroom4/

Cette Bêta est donnée active jusqu’en mars 2012…

Du dynamique…

En terme de nouveautés, la liste est longue. Après une large refonte du module bibliothèque avec Lr3  — les retouches locales ayant étaient introduites avec Lr2 — cette nouvelle mouture porte le focus sur le module Développement. Avec en fil conducteur de nouveaux algorithmes de traitement améliorant la dynamique Adobe corrige au passage les défauts engendrés par l’emploi de certains outils. Par exemple, nous avions noté une prédisposition à la postérisation et/ou à un changement de colorimétrie avec l’emploi du curseur Récupération ; et bien c’est aujourd’hui oublié…

Fig.01 : les nouveaux curseurs de réglages des retouches locales au pinceau, avec enfin la correction de la balance des blancs localisée !

Si les nouveaux profils pour certains boitiers Nikon améliorent les choses, Lightroom 4 est supposé tout simplement supprimer ces effets. De la même manière que vous ne devrait plus voir apparaître les effet de halos avec un emploi un peu trop poussé du curseur Clarté. Mais attention, il faudra changer vos habitudes car certains curseurs du module disparaissent pour en voir arriver de nouveaux… Ce sera l’occasion d’y revenir un peu plus tard.

Fig.02 : les nouveaux curseurs du module Développement

Fig.03 : la courbe des tons peut maintenant être travaillée sur les 3 couches RVB...

Enfin, le softproofing fait son apparition. Prévu avec la version 3, il n’avait pu voir le jour faute de temps. Maintenant, il est bel est bien là et s’active au travers d’une case à cocher. On peut même définir des copies virtuelles simulant l’effet d’un couple imprimante/papier. Pour cela, en mode proofing, il suffit de cliquer sur le bouton Créer une copie d’épreuve (sous l’histogramme). Pour en rester avec les impressions, vous noterez que le module Impression se pare de deux curseurs Exposition et Contraste pour palier au problème rencontrés par certains avec très tirages trop denses ou trop sombres. Pas que Lightroom soit un mauvais outil pour imprimer les photos, mais bien souvent à cause d’une calibration d’écran hasardeuse…

Fig.04 : le panneau Histogramme en mode épreuvage

 De(ux) nouveaux modules…

Cette version 4 de Lightroom est aussi l’occasion d’introduire 2 nouveaux modules : Cartes et Livre. Vous allez enfin pouvoir géoréférencer vos photos en les positionnant sur une carte ou à l’aide de traces GPS (.kmz). Le module livre permet la mise en page d’un album photo qui pourra être directement commandé via Blurb, qui est le partenaire choisi par Adobe pour cette option. Au besoin, le livre est aussi exportable au format PDF.

Fig.05 : Le module Cartes

La vidéo…

Pour être en phase avec son temps, Lightroom 4 sait maintenant cataloguer nativement les vidéos. Elle sont reconnu dans le modules Bibliothèque et peuvent être gérées dans celui-ci de la même manière que les photos. Cela comprend aussi, que pour les partager, il faudra passer par le volet d’exportation…

Fig.06 : Lightroom vous rappelle à l'ordre lorsque vous venez à vouloir appliquer des corrections qui ne sont pas prises en charge...

Les vidéos sont maintenant lisibles dans Lightroom sans autres artifices (appel à un lecteur externe). Cerise sur le gâteau, on peut apporter un lot d’améliorations via le panneau Réglages rapide et leur appliquer de la même manière des paramètres prédéfinis.

Et le reste…

Après cette petite présentation des évolutions les plus majeures et surtout les plus attendues, nous vous listons les autres nouveautés et vous invitons à consulter l’article complet que Gilles Théophile a réalisé sur le sujet.

– Fonction email intégrée avec outils de mise en page et carnet d’adresse, compatible avec les principaux systèmes de webmail.
– Flux de travail DNG amélioré avec possibilité de compresser sans perte de qualité et sans perte de la réversibilité propre aux fichiers Raw.
– Système de chargement rapide des données avec les DNG, améliorant de manière spectaculaire le chargement des photos dans le module Développement.
– Compatibilité avec un nouveau produit Adobe qui sera annoncé d’ici peu.
– Gestion des couleurs des galeries Flash.

Améliorations de second ordre…

– Sélection et déplacement de plusieurs dossiers à la fois.
– Zone d’échantillonnage de la BdB variant avec le niveau de zoom.
– Affichage de la correction de bruit à toutes les valeurs de zoom.
– Listes hiérarchiques de parramètres prédéfinis dans le menu Importer et dans le panneau Développement Rapide.
– Importation d’un modèle de mise en page pour la prise de vue en mode connecté.
– Possibilité d’indiquer quelles images ne doivent pas être republiées (services de publication).
– Plus d’options pour la gestion des métadonnées à l’export.
– Filtrage des images en fonction du statut des métadonnöes (enregistrées ou pas).
– Gravure de CD restaurée pour Win 64 bits.
– Les marqueurs Retenue ou Rejetée ont dorénavant un statut global.
– Empilement autorisé dans les collections.
– Nouveau système d’enregistrement des réglages pour les modules de sortie.
– Possibilité d’importer, dans le module Livre, des mises en page personnalisées réalisées dans Illustrator.

Pour ma part, j’attendais avec impatience la prise en compte des piles dans les collections !

Sources

Configuration minimale requise pour Windows

  • Processeurs Intel Pentium 4 ou AMD Athlon 64
  • Windows Vista SP2 au minimum
  • 2Go de RAM
  • 1Go d’espace disque disponible
  • Résolution d’écran 1024×768
  • Lecteur DVD-ROM
  • Une connexion Web active

Configuration minimale requise pour Mac Os

  • Processeurs multicoeur Intel 64-bit.
  • Mac OS X sup à 10.6.8 (Snow Leopard)
  • 2Go de RAM
  • 1Go d’espace disque disponible
  • Résolution d’écran 1024×768
  • Lecteur DVD-ROM
  • Une connexion Web active