Archives par étiquette : trépied

Test du trépied Giottos YTL 8213

Giotto YTL8213 Intro

Vous n’avez pas encore choisi votre cadeau de noêl ? Il vous reste de la place dans vos souliers ? Alors pourquoi pas un trépied ?

Gitzo, Benro, Feisol, Manfrotto, Vanguard, Induro ou les originaux trépieds ‘Macro tout-terrain’ Benbo et uniloc… Les marques de trépieds ne manquent pas et les références non plus !

Et bien, aujourd’hui, nous allons en ajouter une à votre étude de marché avec la prise en main du Giottos ‘Silk Road’ YTL 8213.

''Pour bien choisir un trépied, se poser la question du besoin''

A quoi ce trépied va me servir ? A commencer par la nature de son utilisation : pour de la photo nocturne, en intérieur, pour de la macro… ? Ensuite, vient la question de « Qu’est ce qu’il devra supporter comme matériel  : un petit compact, un hybride, un reflex ‘amateur’, un reflex ‘expert-pro’, un petit zoom, un gros zoom, une camera ? »

TIPA

Giottos s’est vu décerner cette année le pris TIPA du meilleur Design pour les trépieds de sa série « Silk Road YTL »

Une fois le besoin cerné, ne reste plus qu’à sélectionner quelques marques et partir à la recherche des fiches techniques Internet pour trouver le mouton à 5 pattes…

Attention, généralement, il faudra leur ajouter une ‘Tête’ (ou ‘Rotule’) qui permettra de fixer le boitier et  ainsi de faire un cadrage au petits oignons avec un maximum de confort.n’oubliez pas qu’un tête de trépied, ou ‘Rotule’ devra généralement faire l’objet d’un achat complémentaire.

Dernier conseil, s’ils paraissent parfois couteux, les trépieds, mais aussi les rotules s’envisagent comme des investissements. Si vous faites le bon choix, il est à parier que vous le garderez plus longtemps que votre appareil. Il est donc judicieux de ne pas se tromper.

Sur le papier

La principale originalité du Giottos YTL 8213 réside dans la forme de sa colonne centrale, en « Y », d’où son nom. Alors que la plupart de ses concurrents font appel à une colonne circulaire, Giottos a dessiné  la sienne de manière à épouser —lorsqu’il est replié— la forme des 3 branches qui le composent.

En rouge la colonne d'un trépied "Classique". EN vert celle de la série YTL.

En rouge la colonne d’un trépied « Classique ». En vert celle de la série YTL.

Le gain de place annoncé par Giottos serait de 30% ! Si cette donnée est difficilement vérifiable, cette série de trépieds est véritablement compacte et son transport s’en trouve facilité.

Sur le terrain

Le trépied étant livré sans tête, nous l’avons couplé avec une rotule à friction Benro B3. Ainsi équipé, nous avons un ensemble de moins de 2,5kg. Ca nous change du trépied Uniloc 1700 et de sa tête Manfrotto 468RC… On est quasiment dans un rapport du simple au double.

Ce bénéfice en terme de poids, on le doit principalement à la forte présence de carbone sur le Giottos YTL. Le fabricant chinois, faisant appel à 8 couches de cet alliage ultra léger pour la construction des pieds. Les clapets de serrage étant en PVC et les autres pièces d’assemblage en aluminium (tout comme la colonne centrale).

_SAB3218

Les bandes de mousses facilitent la prise en main du trépied, d’autant que les sections supérieures offre un diamètre rassurant de 31mm.

L’autre point fort de du carbone est qu’il présente une très bonne rigidité et est moins sensible aux vibrations que l’aluminium. Si tant est que l’on fasse la différence entre ‘Carbone’ et ‘Carbone’. Il ne suffit pas d’apposer un autocollant carbone pour être assuré que le trépied sera d’une qualité et d’une fiabilité à toute épreuve.

Pour autant, Giottos semble ne pas avoir lésiné sur la conception de ses trépieds en carbone, car avec 8 couches et un diamètre de tube de 31mm pour notre exemplaire, on est en présence d’un produit rigide et capable de très bien amortir les vibrations sans entrer en résonance. Surtout qu’avec seulement 3 sections, on n’a pas toujours besoin de déplier la plus étroite d’entre elle. On a vraiment apprécié.

S'il faut déployer au moins 2 section de jambes pour que le sac ne touche pas le sol, avec une seule section, le pied n'a pas besoin non plus d'être lesté...

S’il faut déployer au moins 2 sections de jambes pour que le sac ne touche pas le sol, avec une seule, le trépied n’a pas besoin d’être lesté…

Malheureusement, cet avantage de la légèreté se paie et on apprécie de pouvoir lester le trépied grosse à un crochet escamotable qui se trouve sous la colonne. Petit reproche en passant, la forme de ce crochet pourrait être plus marquée. La anse de mon Lowerpro pouvant tout juste être attrapée.

Giotto Crochet YTL

Bien amarré à la colonne en ‘Y’, le crochet du Giottos Sik Road pourrait être plus courbé.

Pour mettre la rotule au plus près de sol, inversez la position du crochet avec celle de la platine de support de la rotule comme ci-dessous. Le crochet a pris la place de l’ensemble (1) et (2). Pour ne pas être trop gêné par les pieds, écartez ces derniers dans la position intermédiaire.

Colonne inversée Giotto YTL-2

Pour éviter d’avoir à viser à l’envers, mieux vaut pouvoir fixer l’ensemble APN-Objectif par le collier de pied de l’objectif. D’où l’importance d’avoir des objectifs macro (par exemple) possédant cette option.

Colonne inversée Giotto YTL-4

Les 3 éléments qui permettent d’inverser la colonne centrale. En changeant le sens de la vis (1) on peut d’utiliser indifféremment des rotules au pas de vis 1/4 » que 3/8 ».

Passé cet aspect un peu laborieux, le Giottos YTL 8213 et un trépied ‘Rapide’. Rapide à mettre en oeuvre grâce au système Quick Easy Lever Locking System, ou QEL Locking System. Chacun l’appelle un peu comme il veut, même si la technologie diffère d’un constructeur à l’autre, dans le cadre des utilisateurs, on appelle ça communément un verrouillage-déverrouillage des pieds pas clapet.

Clapet

Le principe du verrouillage-déverrouillage des pieds par clapet est notre préféré, même si on peut lui reprocher le risque de pincer… Ce qui ne nous ait jamais arrivé avec le système breveté Giottos.

Actuellement, deux systèmes s’opposent. Le système à bagues et celui à clapet. le premier demande à tourner des bagues au niveau des différentes sections des pieds pour les allonger ou les raccourcir. L’autre permet un réglage par manipulation de clapet de serrage. Il y a des adeptes des 2 systèmes. Pour autant, nous préférons le second. Nous le trouvons rapide et surtout rassurant. Avec ce principe, on voit facilement si les sections sont bien verrouillées. Ce qui n’est pas le cas du système à bagues.

Giotto YTL8213 au max

Avec les clapets, pas besoin de beaucoup de temps pour déployer le trépied à sa hauteur maximale (163cm + plus ou moins 10cm de rotule…). Bien que généralement, avec ce modèle (YTL 8213), on pourra s’abstenir de déployer les plus petites sections.

Toutefois, une chose nous a moins enchanté, mais elle est commune à nombre de trépieds –sauf à la série Explorer de Gitzo et aux Benbo et Uniloc– c’est le serrage, ou l’absence de serrage de l’inclinaison des pieds.

Pour profiter du niveau à bulle, il faudra relever légèrement la colonne centrale...

Pour profiter du niveau à bulle, il faudra relever légèrement la colonne centrale…

Du coup, on se trouve avec le choix classique entre 3 angles d’inclinaison. Option peu pratique en campagne… Si Giottos nous avait donné l’option de pouvoir opter pour l’inclinaison de notre choix, nous aurions béni ce fabricant ! Malheureusement, on reste du classique.

Giottos

3 crans permettent de caler les jambes selon des inclinaisons prédéfinies…

Dommage parce que l’on tenait là un sérieux concurrent aux Gitzo Explorer. Si ce dernier à pour lui une colonne centrale orientable que n’a pas notre modèle, Giottos possède à son catalogue une déclinaison de la série Silk Road, avec colonne orientable. Ce sont tous les trépieds Silk Road commençant par 83xx au lieu de 82xx.

Même si on n'accède qu'à trois paliers d'inclinaison, on n'est pas obligé d'opter pour les mêmes crans pour tous les pieds

Même si on n’accède qu’à trois paliers d’inclinaison, on n’est pas obligé d’opter pour les mêmes crans pour tous les pieds

Conclusion

On n’ira pas par quatre chemins, le temps passé avec ce trépied nous a convaincu que le produit est qualitativement parmi les meilleurs. Il sait se faire oublier par la facilité de sa mise en oeuvre et sa légèreté. On reste tout de même un peu frustré de ne pas pourvoir donner un angle d’inclinaison aux pieds comme on le voudrait. Autre remarque, vu la compacité du produit, pourquoi ne pas avoir cherché à breveter un système qui permettrait de verrouiller les pieds en position replié afin de se servir du trépied comme d’un monopode sans risquer de voir les jambes s’écarter ?

Si vous n’avez pas besoin d’un modèle supportant 10 Kg, tournez vous vers le modèle YTL 8283 qui supporte 8kg et vous fera économiser quelques euros… Pour mettre dans une bonne rotule ! Sur ce point, on vous conseille la Manfrotto 468RC2…

Cliquer ici pour voir ce que nous avons ou pas aimé avec ce trépied

Points forts: Construction carbone 8 couches, rigidité, crochet de lestage, inversion de la colonne centrale, compatible avec filetage 1/4 » et 3/8 », mousse de confort sur les 3 jambes, compacité, poids, QEL Locking System.

Points faible:  Pas de housse ni de sangle dans le colis,  garantie que d’un an (voire 2 selon ou il est acheté), écriture qui s’effacent facilement, crochet pas assez proéminent, jambes non bloquées en position replié, que 3 positions d’inclinaison des jambes.

Une petite note au sujet du prix. S’il et attractif pour un trépied de cette hauteur, on trouve le delta entre les modèles aluminium et carbone relativement élevé en comparaison par exemple avec Benro. Toutefois, on reste dans des standards de prix relativement attractifs.

Sources

Les trépieds Giottos sont distribués en France par Daymen France et produits par Giottos.

Le modèle testé est le Giottos Silk Road YTL 8213.  si le prix public conseillé était initialement de 450 €, on le trouve (à cette date et avant changement de la TVA) au tarif TTC de 473 € sur le site http://www.digit-photo.com. Le modèle 8283 est lui à 325 € prix public conseillé. Il ne supporte  »que » 8kg mais avec un équipement plus léger que notre configuration, c’est un trépied tout à fait adapté.

Voir et télécharger la plaquette des trépieds Giottos.


Gagnez un trépied Nivelo 245BK aluminium

Aujourd’hui, bon nombre de photographe ne jurent que dans l’acquisition de nouveaux d’objectifs ou le renouvellement de leur APN pour trouver le saint Graal.

Pour ce type de photo un trépied est indispensable…

Pourtant, le bonheur est parfois à porté de main et sans mettre en péril le budget du ménage. Il suffit de compléter sa besace de quelques petits accessoires bien choisis : ouvrages techniques, matériel informatique (SSD, sondes, spectromètre, écran large gamut…), des télécommandes filaires, cartes mémoires de grande capacité, filtres polarisants ou neutres, trépieds, monopodes, flash, diffuseur, parapluie, voire des stages de perfectionnement.

C’est dans cet esprit que nous allons tacher de vous présenter plus régulièrement du matériel et vous aider à faire le bon choix. Nous allons débuter cette nouvelle section avec la prise en main du trépied Nivelo 245BK de Vanguard.

Attention un petit jeu vous attend en fin d’article pour gagner ce trépied. Soyez bien attentif…

Présentation

L’avantage du Nivelo, quel que soit son modèle, est qu’il est prêt à l’emploi et parfaitement adapté aux amateurs ou ceux qui n’ont pas de notions de ce que l’achat d’un trépied implique… Entendez par là, que contrairement aux modèles haut-de-gamme, il n’a pas besoin d’être associé à une rotule et à des plateaux rapides. Tout est inclus dans le paquet, même le sac de transport.

Fig.1

Le Nivelo 245BK est livré avec sa housse de transport. Notez que la colonne centrale peut être allongée.

Petit (37cm) et léger (1,14 kg), ce trépied est aussi agréable à transporter qu’à utiliser. Selon le terrain et le déploiement du nombre de sections, il est possible de jouer sur l’écartement des pieds entre 25° ou 50° (Fig.3). Très utile pour améliorer la stabilité de l’ensemble surtout lorsque les 5 sections sont déployées.Si la présence d’un niveau à bulle est intéressante, dans la pratique vous verrez que le calage est bien délicat…

Sans avoir —aux yeux des professionnels— l’aura de Gitzo, Vanguard est un acteur majeur parmi les fabricants d’accessoires photos. Oeuvrant depuis plusieurs années dans l’ombre des plus grandes marques, c’est en 1990 que Vanguard pris son indépendance pour livrer ses produits sous sa propre marque. Depuis, l’entreprise Taiwanaise, n’a cessé de produire des accessoires de qualité en faisant le principal de sa renommée dans le secteur des sacs photo et des trépieds, domaines où elle fût primée en 2009, 2010, 2011 et 2012… Si le trépied que nous allons vous présenter n’a pas été un des heureux élus, certains des brevets qu’il embarque ont eux, bien participé au succès de la marque.

Quick Fold et Twist’n lock

Pour se différencier de la concurrence, le Nivelo compte sur deux systèmes « made in » Vanguard. Le Quick Fold et le Twist’n lock. Malgré une certaine similitude avec le nom de certains sandwichs, ça ne se mange pas… Le Quick Fold est l’appellation donnée au système breveté par Vanguard qui permet de basculer la colonne centrale à 180° pour positionner la tête du trépied au ras du sol. Attention, la notice met bien en garde sur le fait que la colonne doit basculer complètement et ne pas se trouver en position intermédiaire comme ci-dessous. Très honnêtement, si l’idée est intéressante, au quotidien ne pas pouvoir placer la colonne dans un autre angle que 180° reste restrictif et pas forcément très pratique. L’option étant présente, on ne rechignera pas, mais son apport reste limité.

Fig.2

Un mauvais exemple d’utilisation du Nivelo. Si la stabilité du trépied est peu mise à contribution avec un compact, il n’en sera pas de même avec un boitier un peu plus conséquent. Le poids en charge maximal annoncé étant de 3kg…

Au sujet du Twist’n lock, le bilan est un peu plus positif. Pour que vous sachiez à quoi l’on fait allusion, ce système permet en un quart de tour de verrouiller et déverrouiller chaque section du trépied. Nous avons lu chez nos confrères et notamment chez mon ami Renaud Labracherie (FocusNumériques) que ce système n’était pas aussi maniable que vanté. Pourtant, nous avons réussi à l’utiliser sans peine. Il faut tout de même prendre garde à bien bloquer toutes les sections avant de reposer le trépied au sol… Mais l’habitude s’acquiert assez rapidement. Par contre les bruits de mécanisme, fond parfois un peu peur quant à la pérennité du système. Néanmoins, cette remarque est tout à fait subjective et laisse juste transpirer notre ressenti à l’utilisation.

Fig.3

Le système Twist’n Lock

Sur le terrain

Une fois le plateau rapide vissé au dessous de l’APN, l’appairage avec le trépied se fait aisément. On vous conseille tout de même de déployer les pieds et de développer les sections du tripode avant de lui associer un APN. Coté écartement des pieds, justement on est assez déçu. Tout simplement parce qu’il n’y a aucune option de verrouillage. Très honnêtement, ça ne rassure pas trop. Mais il y a d’autre grandes marques qui ne le proposent pas, même sur des modèle bien plus haut de gamme…. Au passage, on remarque que Vanguard a pris le soin de désaxer un peu le niveau à bulle intégré en le plaçant sur la manette de verrouillage du plateau rapide (en 1 sur la Fig.4). C’est un petit détail, mais il prouve que le fabricant taïwanais porte de l’intérêt au confort d’utilisation de ses produits.

Fig.4

Si comme nous, vous trouvez le niveau un peu petit, il en existe des modèles à moins de 20€ que l’on fixe sur la griffe porte-flash de l’APN. En 1 le niveau à bulle du Nivelo, en 2 un des produits de la marque Phottix.

Après quelques essais sur le terrain, il s’est avéré que le Nivelo joue bien son rôle de support d’APN mais cela à quelques exceptions prêtes. Ne pas envisager une utilisation sur un terrain accidenté, et ne pas trop le charger, même si la notice annonce qu’il peut supporter jusqu’à 3kg de matériel. Pour exemple, malgré toutes nos précautions, nous avons eu de la peine à obtenir des images nettes avec un Nikon D800 et son 16-35mm f/4 (Un peu plus de 2kg) au 1/15s même en utilisant un déclencheur filaire. Une petite précision toutefois, si l’on ne déploie pas plus d’une à deux sections, le tripode reste alors assez rigide pour envisager un taux de réussite autour de 85 %. Avec un hybride ou un compact, lors de nos tests, on peut envisager d’aller au delà, mais avec ses 5 sections ouvertes il faudra tout de même faire preuve de prudence.

Pour conclure…

Le Nivelo ne perdra pas la tête

Si le Nivelo est prêt à l’emploi en proposant un système de fixation complet pour un APN, sachez que contrairement à un modèle plus haut de gamme, vous n’aurez pas la possibilité de le faire évoluer. Entendons par là, qu’il n’est pas possible de remplacer la tête 2D par un tête à rotule 3D, offrant un peu plus d’option de réglage. Toute en plastique, elle remplie bien sa fonction et le plateau rapide est très fonctionnel.

Fig.5

À droite la tête 2D du Nivelo. À gauche, la Manfrotto 468GRC2 sur rotule, montée sur notre trépied tout terrain UNILOC.

Stabilité

Pour assurer le coup, on n’y fixera qu’un hybride, un compact ou un reflex estampillé « Amateur ». Entendez par là, léger. Pour finir, si l’aluminium est un  matériaux permettant un gain de poids intéressant, c’est au détriment de la stabilité. Le faible diamètre des 2 dernières sections handicapent trop la stabilité du trépied pour envisager une utilisation au-delà d’1,10 mètre de hauteur, soit le déploiement de 2 sections. Dans cette configuration, c’est quasiment un sans faute.

Les exclusivité Vanguard à l’épreuve

Enfin, pour les systèmes Quick fold et Twist’n lock, seul le dernier est intéressant à condition de bien saisir ses subtilités. Exemple :  si vous ne voulez développer que 2 sections du trépied. Commencez par saisir la seconde bague (en partant du haut), puis tournez jusqu’à ce que les 2 sections soient déverrouillées. Les développer et serrer le tout. Ne cherchez pas à tout allonger inutilement. Avoir de petites mains est un avantage… Dommage que les bagues ne soient pas plus épaisses. On y gagnerait en confort. Comme sur du Gitzo ou Benro… À noter que nous préférons largement ce système aux clapets, qui pour nous cassent trop souvent. Coté inconvénients  attention par contre au sable qui pourrait s’y loger…

Autant, le Quick fold (rotation de la colonne centrale) est agréable sur l’Alta Pro, autant avec le Nivelo et son bridage à 180° en rotation sans palier intermédiaire nous fait écrire que ça ne sert pas à grand chose… Sauf si on a un compact et que l’on veut prendre le risque de fixer la colonne centrale comme sur la Fig.2, ce qui est interdit par le constructeur.

Bilan

Sans trop tergiverser, on peut affirmer que le Nivelo est un trépied à usage urbain. Petit, léger et discret, il accompagnera les photographes dans leur prises de vue de monuments la nuit ou en intérieur par exemple, mais ne pas développer plus de deux à trois sections selon votre matériel. Pour ce qui est de la colonne rotative, on aurait préféré qu’elle puisse s’allonger un peu plus avec une option permettant de la dé-solidariser  pour s’en servir de monopode dans certains situations.

Finalement, le Nivelo est un bon trépied pour les baroudeurs, mais ceux des villes…

Au final, malgré un bilan à première vue plutôt mitigé, il reste — dans cette gamme de prix (autour de 160 €) — un excellent choix si vous avez bien en tête ses défauts. Surtout que la construction est sérieuse. D’ailleurs, les autres marques ne font pas vraiment mieux…

On vous conseillerez bien de vous rabattre sur le 244BK qui possède une section de moins, mais sur Internet, son tarif est plus élevé que le 245BK !

Pour information nous avons trouvé le 245BK à 105 € sur Amazon.

Maintenant, si vous voulez vous faire votre propre idée ou si vous estimez que ce trépied est pour vous, nous vous proposons de gagner notre modèle d’essai.

Pour cela, rien de plus simple, répondez à cette question « Comment est appelé le système qui permet d’allonger les pieds du Nivelo ? » à cette adresse : admin(at)fotopassion.fr et laissez un commentaire sur cette page.

Tirage au sort le 10 février 2013…

Les caractéristiques techniques

  • Hauteur pieds déployés : 1610 mm
  • Hauteur pieds rétractés : 370 mm
  • Poids : 1.14 kg
  • Poids maximum supporté : 3 kg
  • Nombre de sections des pieds : 5
  • Diamètre des pieds: 24 mm
  • Niveau à bulle
  • Plâteau à relâche rapide
  • Tête 2D

Sources : Vanguard