Travailler avec LightZone 2.3

mar 27, 2007 6 Commentaires

Avant de commencer, je tiens tout d’abord à remercier Volker, grâce à qui j’ai découvert Lightzone. La première impression ne fût pas la bonne et après avoir télécharger le logiciel, je l’ai vite abandonné dans un coin car trop habitué aux fonctions automatiques et à l’utilisation des courbes, niveaux et autres outils de récupération d’une exposition malmenée. Il faut aussi dire que l’utilisation de l’Anglais me rebutais… Etant assez obstiné de nature, je ne voulais pas m’avouer vaincu. Tachant d’oublier les mauvaises manies de Photoshop, PhoImpact, PaintShop et autres consorts, je me décidais de reprendre Lightzone en main. Et depuis, quel bonheur :-) C’est simple, intuitif, bien moins cher que CS2…et l’on arrive rapidement à de très bon résultats. Afin de chercher à palier le problème de la langue et en attendant une prochaine version en français (en cours d’élaboration), je vais tacher de vous présenter les principaux outils de travail et la philosophie de Ligthzone.

Lightzone en quelques lignes

  • Basé sur le Zone System de d’Ansel ADAMS -utilisant 16 zones de gris au lieu de 10-
  • Support des formats Jpeg, Tiff, DNG et Raw* (*Voir la liste des appareils supportés sur le site),
  • Enregistrement des paramètres en XMP et empilation de stacks (même principe que Lightroom et Aperture),
  • Toutes les modifications se font sur le principe des calques: pas de dégradations de l’image.
  • Entre autres, il permet de corriger:
    • L’exposition,
    • Le contraste,
    • Rattraper les ombres et Hautes lumières,
    • Mélanger les couches,
    • Modifier la TSL,
    • Modifier la Balance des Blancs,
    • Accentuer, flouter, débruiter,
    • Effectuer ces opérations sur certaines parties de l’image de manières simple,
    • Corriger les yeux rouges,
    • Corriger les taches,
    • Ect…

L’interface

Suite a une forte demande, voici en supplément la présentation sommaire de l’interface.

Nous avons 7 Zones de travail dont certaines sont modulables -1 à 4-

  • -0- Les outils de travail (aussi disponibles par la barre de menu au-dessus de celle-ci)
  • -1- L’explorateur** Pas disponible en version Basic
  • -2- Les informations du fichier: Exif…
  • -3- Visualisation de l’image avec possibilité de zoom et autres. Affiche en temps réel les modifications apportés à votre image.
  • -4- Les preview. Leur taille est modifiable par déplacement du curseur en bas de cet espace. De par le menu [view] ou avec des raccourcis claviers, vous pouvez configurer la position de cet espace.
    • [Ctrl + K] Place cette zone Verticalement ou Horizontalement.
    • [Ctrl + J] Swape la position de votre espace: S’il à droite, il passera à gauche. S’il est en bas, il passera en haut.
  • -5- Affiche le ZoneFinder -[Ctrl + 1]- ou le sampler -[Ctrl + 2] ou l’histogramme -[Ctrl + 3].
  • -6- Zone de visualisation de l’empilage des outils.

Par ailleurs, vous avez le choix entre 3 configuration d’espaces de travail

  • [Ctrl + L] Standard Layout – Tous les espaces sont visibles
  • [Ctrl + E] Editor Layout – Seul les espaces 3, 5 et 6 sont disponibles
  • [Ctrl + B] Browser Layout – Les espaces 5 et 6 ne sont pas disponibles

La « philosophie » Lightzone

Avant de commencer, il faut bien comprendre le fonctionnement de Lightzone -LZ pour les intimes- C’est une logiciel de retouche assez différent de ce que vous connaissez avec Photoshop. Par rapport à ce dernier, l’interface peut paraître légère, mais lorsque vous commencerez à l’apprivoiser vous vous rendrez alors compte de sa puissance et de sa souplesse. Lightzone ne travaille que par addition de calques: ce qui permet d’empiler les stacks (à la manière d’Aperture ou Lightroom) sans dégradation de l’image.

Fig. -0-

En Bleu, les différents calques de fusionEn rouge, l’opacité du calqueEn vert, l’activation du calque et sa suppression

A vous de choisir en fin de traitement entre, sauvegarder ces stacks -en créant un fichier .lzn- ou sauvegarder votre image en Tiff ou Jpeg avec les paramètres qui vont bien -profils, compression, 8 ou 16 bits, reéchantillonage…-, les stacks étant alors enregistrés dans l’exif du fichier extrait: GENIAL! Avec ce principe, vous pouvez aussi, créer plusieurs version à partir d’un même négatif sans surcharger votre Disque Dur! Il n’y a ici aucune courbe ou module de réglage des niveaux. A chaque sélection d’un outil, un calque est créé de manière totalement invisible de l’opérateur -simple & logique- et toutes les options de fusion sont alors disponibles: à vous de les tester! Dés lors, il va vous falloir apprendre -ce n’est pas très long :-) – à observer et analyser votre image. Pour ce faire, vous serez aidé de 2 outils primordiaux de LZ: ZoneFinder et ZoneMapper.

Commençons les présentations

1) L’affichage

De gauche à droite

  • Hide Preview – Affiche ou non les outils de prévisualisation: ZoneFinder, Histogramme…
  • Show the Crop Tool – Affiche ou non l’Outil de recadrage de l’image.
  • Hide the Rotate Tool – Affiche ou non l’Outil de rotation: ajustement des horizons ou rotations à 90°.
  • Hide the Proof Tool – Affiche ou non l’Outil de simulation de rendu de profil colorimétrique.
  • Show the Original Image – Lors de son activation, affiche l’image originale.

2) Les outils de retouche

De la gauche vers la droite.

  • ZoneMapper – Permet d’ajuster les niveaux, l’exposition, le contraste. A utiliser en association avec le ZoneFinder.
  • ToneMapper – Permet d’appliquer un claque de contraste afin d’augmenter, diminuer et ajuster le contraste. Outil très puissant demandant une certaine manipulation.
  • Sharpen – Outil d’accentuation (ou de netteté).
  • Gaussian Blur – Outil d’estompage de netteté.
  • Hue/Saturation – Modifie la teinte, la saturation et la luminosité. Aussi appelé TSL dans d’autre logiciels.
  • Color Balance – Balance des couleurs. Pour modifier certaines dominantes ou en imposer pour certains « effets ».
  • White Balance – Ajuste la balance des blancs.
  • Black and White – Passe votre image en N&B. En association avec les REGION, permet d’effectuer facilement une désaturation partielle…
  • Noise reduction – Réduction du bruit numérique.
  • Clone – Outil de copie d’une zone de l’image.
  • Spot – Outil de correction des taches
  • Red Eyes – Correction des yeux rouges

3) Les REGIONS

Sûrement l’ensemble de bouton le plus utile de LZ. C’est avec eux que le logiciel prend toute son ampleur. Exemple – Flouter un fond

Flouter un fond: on sélectionne l’outil Gaussian Blur , puis le Draw Bezier Region . Sélectionnez la zone à flouter comme par exemple ci-dessous. En Rouge, la zone d’où commencera le « floutage », en rouge celle à partir de laquelle les algorithmes s’appliqueront entièrement. Entre ces 2 zones, le flou sera moins intensif qu’après la zone pointé en bleue. Malheureusement, je me suis trompé dans la sélection. Si j’applique le flou, c’est sur la fleur que va l’outil va agir. Ce n’est pas grave, en cliquant sur le bouton en jaune, la sélection s’inverse et je peux alors appliquer mon flou Gaussien.

On diminuera ou accentuera son effet en déplaçant le curseur [Radius] et/ou en jouant sur l’opacité…

Avant/Après

Avant_apres_flou001

On pourra donc faire de même en association avec d’autres outils

  • Saturation partielle (avec le Black and White)
  • Traitement du bruit que dans une zone d’ombre « rehaussée » (avec Noise Reduction)
  • Rehausser une zone d’ombre ou atténuer partiellement une forte exposition …(avec ZoneMapper )
  • Saturer une partie de l’image (avec Hue/Saturation )
  • Appliquer une balance des blancs de manière sélective (avecWhite Balance)
  • Et bien d’autre ;-)

4) Les inséparables ZoneMapper & ZoneFinder

Les programmeurs de LightCraft se sont inspirés du ZoneSystem -principe d’exposition utilisé en N&B- pour transposer votre image en une plage gris définie en 16 zones d’une valeur d’1/2 Ev. C’est ce que représente le ZoneFinder . Ce visualiseur, vous indique alors -en temps réel- la répartition de ces différentes zones ainsi que celles influencées par le réglage des différents outils et, entre autres, le ZoneMapper.

Fig. -1-

Ci-dessus, la fig.1, vous montre la relation entre votre image, le ZoneFinder & le ZoneMapper . En plaçant votre souris sur les intervalles du ZM, les zones impactées apparaissent alors en jaunes.

a) Ajuster le point noir

Nous allons voir en exemple comment ajuster le point noir. Dans l’image ci-dessous, nous avons déplacer notre souris entre les différentes zones jusqu’au moment où nous rencontrons la dernière zones pour laquelle nous voyons encore une représentation dans le ZoneFinder. Les 3 figures ci-dessous représentent la manipulation.

En se plaçant sur les interlignes(et à l’aide du zonemapper), on détermine la zone à déplacer (CF une partie en jaune sur la roue de la voiture)

On clique alors sur le bouton droit de la souris…

On maintient le bouton droit enfoncé et on tire la ligne vers le bas


Le résultat en image (observez les zones vertes)

Avant_apres

b) Augmenter la luminosité

Il vous suffit de placer votre souris au milieu du ZM et de l’étirer vers le haut jusqu’à votre convenance.

Fig. Avant Fig.Après

Passez la souris sur l’image pour voir la différence

Avant_apres_ZF001 Avant_apres_ZF00

Rien ne vous empêche de placer plusieurs points sur le ZM afin de bloquer certaines zones pour quelles ne soient pas influencées par vos réglages, mais vous pouvez aussi appeler un nouveau calque « ZoneMapper ». En créant plusieurs point (comme sur la figure 1), vous modifierez donc aussi le contraste de votre image sur un ensemble de zones. Faite donc le test. Dans tout les cas, nous verrons cela en détail avec les exemples en fin d’article.

5) L’histogramme

Pour les nostalgiques de l’histogramme, vous pouvez l’appelé par le menu [View] + [Histogram] ou le raccourcis [CRTL] + [3]. Pour revenir sur le ZoneFinder, il vous suffit d’utiliser le menu view ou appuyer simultanément sur [CRTL] + [1]. Tout comme le ZF, l’histogramme possède un avertisseur de zones influencées par le ZM.

Un exemple vaut mieux qu’un long discours!

Vous trouverez===>ICI,les fichiers RAW qui nous ont servi pour cette présentation, avec en supplément les fichiers .lzn. Cela vous permettra de suivre pas à pas nos exemples, mais aussi de vous familiariser avec LZ :-)

Exemple001

Passez la souris sur l’image

Nous avons utilisé 7 calques pour en arriver à ce résultat. Il existe certainement d’autres manières mais le but ici est de vous démontrer comment peuvent se combiner les différents outils que nous offre LightZone. Les stacks s’empilant, la première opération effectuer lors de l’ouverture d’un fichier Raw est la création (par LZ), d’une ZoneMapper -RAW Tone Curve- configurée aux caractéristiques de votre boitier. Par défaut, je n’y touche pas et ici le travail commence avec la [ZoneMapper 4] située juste au-dessus.

1) Récupérer la zone d’ombre

  • Ouvrons une nouvelle ZM
  • Sélectionnons Draw Polygon Region et détourons la zone à traiter.
  • Ajustons le point noir -en rouge-, puis augmentons la luminosité -en bleu- -Cf: début de l’article-
  • Passez la souris sur l’image pour voir la différence

    ZM41

    2) Augmenter la luminosité et la saturation

  • Ouvrons Hue/Saturation. Hue = Teinte. Déplacez le curseur pour voir son effet puis laissez le à 0.
  • Déplaçons le curseur de la luminosité afin de donner un peu de « peps » à notre image.
  • Saturons légèrement pour faire ressortir les feuillages.
  • Passez la souris sur les images pour voir la différence

    avant/apres huesat

    3) Réduction du bruit numérique

    Personnellement, j’utilise très peu ce type d’outil car il fait souvent perdre de la matière à votre image. En fonction des ISO utilisés et de votre boitier, essayez plusieurs réglages. Mais dans tout les cas, traiter le bruit en association avec les régions, cela vous évitera d’appliquer cette réduction à une partie de votre image qui n’en n’aurez pas besoin ;-) . Pensez aussi à jouer sur l’opacité du calque.

  • Ouvrons Noise Reduction. 3 curseurs se proposent à nous.
  • Les 2 premiers sont liés: Color radius détermine le diamètre des pixels colorés qui seront estompés avec Color intensity.
  • Le dernier -Grain Intensity- atténuera le grain numérique (les tout petits points blancs apparaissant sur certaines images)
  • 4) Ajuster localement la balance des couleurs

    Nous allons tacher de supprimer la teinte bleuté qui se trouve sur le lavoir sans affecter la teinte chaude du mur de pierres.

    • Ouvrons Color Balance.
    • Sélectionnons Draw Polygon Region et détourons la zone à traiter.
    • Cliquons sur la pipette -en rouge- puis, sélectionnons un gris dans la zone à neutraliser comme sur l’image ci-dessous -en rouge-
    • La zone déterminé est alors passée de la teinte bleuté à une teinte chaude qui s’harmonise avec le reste du mur ;-)
    • A la place de la pipette, vous auriez put directement déplacer ce point. Se rappeler qu’il doit toujours être à l’opposé de la teinte à neutraliser comme sur cet exemple.

    Passez la souris sur l’image pour voir la différence

    avanrt/apres bw

    5) Eclaircir localement une portion d’image (ici ce sera les arbres)

    Les arbres se trouvant au dessus dur mur, sont à contre-jour et donc légèrement foncés. Nous allons localement augmenter la luminosité.

  • Ouvrons une nouveaux calque ZoneMapper .
  • Sélectionnons Draw Bezier Region et détourons la zone à traiter.
  • En fonction des informations données par le ZoneFinder et plus généralement comme indiqué en début d’article, nous réglerons le ZM comme indiqué ci-contre.
  • En rouge, le décalage des nuances de gris.
  • Passez la souris sur l’image pour voir la différence

    rehaussearbres

    6) Effacer/Cloner une partie d’image

    En haut à gauche de l’image, nous avons des branches qui apparaissent. Nous allons les supprimer en clonant un autre partie de l’image.

  • Ouvrons le calque CLONE .
  • Figure1 => Créez une zone où sera copié une partie de l’image
  • Figure 1 & 2 => La flèche indiquera l’épicentre du clonage.
  • Figure 3 => La croix représente le centre de ce qui sera copié dans la région précédemment créée.
  • Passez la souris sur l’image pour voir la différence

    cloneavant/apres

    7) Accentuer: ajouter de la netteté

    Les fichiers Raw ne normalement pas accentués et sont Brut. Néanmoins, les logiciels permettant de les visualiser accentuent plus ou moins la netteté. Lightzone semble sur ce point très honnête et la fin du traitement d’un fichier se fera généralement avec cet outil…

  • Ouvrons Sharpen . 3 options s’offrent à nous.
  • Le curseur Amount permet d’ajuster l’intensité avec laquelle va s’appliquer l’accentuation (quantité)
  • Le Radius permet de régler le rayon. Plus il est grand plus la netteté sera grossière, et inversement.
  • Enfin, le Threshold réglera le seuil, qui avec LightZone est très peu impactant.
  • N’oubliez pas non plus l’opacité du calque. ;-)
  • Passez la souris sur l’image pour voir la différence

    sharpenavant/apres

    Le mot de la fin et les références

    La première partie de cette présentation et terminée. D’autres vont rapidement suivre -Notions d’exports et sauvegardes- -Traitements par lots-…..et aussi en fonction de vos attentes. En souhaitant que cela vous ai donné l’envie de continuer et de découvrir LIGHTZONE. A bientôt.

    Références

    Autres articles intéressants

    , ,

    A propos de l auteur

    Profil de l auteur non disponible

    6 commentaires pour le post “Travailler avec LightZone 2.3”

    1. Florent says:

      Présentation très sympa !

      A noter que l’interaction avec Lightroom FR 1.0 fonctionne bien :) On a là un couple très performant, du coup.

    2. vincent says:

      Formidable!
      Quel travail!
      On attend avec impatiente les autres parties de cette presentation de Lightzone;ce logiciel qui permet,entre autre,de mettre en pratique le zone system qu’on utilisait en argentique.
      Merci.

    3. Goodix33 says:

      Vraiment super ton tutoriel
      Vivement la suite!

    4. dufrenoy says:

      bonjour,
      j’ai un pc qui ne supporte pas les instructions nécessaires aux dernières versions de lightzone. Quelles dernières version puis-je installer et où les trouver
      Merci

    5. Seb says:

      Bonjour,

      Malheureusement je ne sais pas où trouver la version 2.3…. A partir de la 2.4, LZ a besoin d’instruction SSE2.

      Sachez que pour les nostalgiques ou ceux qui en aurait besoin, la 2.4 se trouve ici:

      http://www.lightcrafts.com/suppo...

      Seb

    6. bark says:

      @Seb, merck à vous pour ces images :)

    Laissez un commentaire

    Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.